Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 00:00

porte trompe-l'oeil

 

Au n°3 de la place Fernand Soil la porte est toujours close. Bien sûr, me direz-vous, puisque c'est, comme le vieux téléviseur abandonné sur le seuil, comme la pierre de taille et les joints de ciment de l'encadrement, comme le numéro 3 lui-même, si joliment gravé dans la pierre qui n'existe pas, un trompe-l'oeil, une illusion, un faux.

Et pourtant... pourtant, regardez de plus près : sous la fausse porte en trompe-l'oeil il y a bien une vraie porte. On en distingue très nettement les gonds et les clous, et le dormant de bois est encore bien visible sous la peinture brune. Si vous observez mieux encore vous distinguerez même sur la droite le départ d'une seconde porte, parfaitement authentique elle aussi, et que le peintre a emmurée dans les pierre d'illusion de sa fresque. Bien sûr les poignées de cuivre sont fausses, et il n'est plus possible d'ouvrir, de la rue, aucune de ces deux portes, définitivement bloquées sur leur mystère.

Quant aux belles grilles de fer forgé, toutes sont feintes, évidemment, mais les grilles d'aération, laides et noires, habilement masquées par le dessin, sont bien vraies, tout comme ce bout de table que la photo a arraché à la terrasse du café voisin. Et, sur le téléviseur inexistant, le compteur électrique, avec son tag négligemment tracé, est, croyez-moi, des plus réels, malgré sa face blanche et ses coulures de peinture. Car ce numéro 3 qui n'existe pas est tout de même habité par des gens qui se chauffent et s'éclairent, comme nous.


Le vrai, le faux, s'entremêlent étroitement pour tisser, trame et chaîne, la tenture du décor. Le faux s'appuyant sur le vrai, le vrai se défaussant sur l'illusion, et tous deux finalement s'entendant à merveille, pour créer ce trompe-l'oeil admirable, cette porte bien close sur ses ombres, qu'on a coutume d'appeler Vérité.

 

Par Carole - Publié dans : Nantes
Ecrire un commentaire - Voir les 25 commentaires
Lundi 20 octobre 2014 1 20 /10 /Oct /2014 02:42

Ecran noir, page blanche... Il y avait longtemps

Que mon ordinateur comme un âne fourbu

Renâclait, s'épuisait, marchait à reculons.

Il vient de rendre au vide sa pauvre âme têtue.

Pardonnez, mes amis, si je m'absente un peu,

Je reviendrai vers vous quand une autre machine

Voudra bien consentir à marcher de nouveau

Sur cette vaste toile où j'ai tendu mon fil.

 

Par Carole
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires
Dimanche 19 octobre 2014 7 19 /10 /Oct /2014 01:30

liope-16-octobre-2014-copie-1.jpg

 

Je suis passée hier place du Bouffay, et j'ai vu que Liopé "liquidait". Installée là depuis des décennies, l'animalerie déménage en banlieue, chassée du centre-ville par la marée des restaurants, des cafés, des terrasses et des banques. 

Nous ne verrons plus les grands aquariums lumineux où se reflétait la vieille place, nous ne verrons plus la mer allée de la Tremperie, nous n'achèterons plus de poissons en avril en rêvant à la Loire sous nos pieds enfermée dans sa fosse.

C'est ainsi, tout doit disparaître, et les vieilles boutiques de Nantes sombrent dans nos mémoires comme navires à voiles ensablés dans l'estuaire.


Quittant pensivement Liopé, je me suis souvenue de mon poisson rouge d'autrefois. Il n'avait pas été acheté chez Liopé, celui-là, mais quelque part à Blois, dans une boutique également disparue.

Mes grands-parents me l'avaient offert pour mes quatre ans, et c'était un ravissement de le voir, virant dans son bocal, frétiller, s'agiter, s'éclairer, petite flamme vive.

Quand j'ai eu cinq ans, que je suis entrée à l'école, je l'ai vu grandir, s'épanouir, tournant plus posément, regardant le monde par la vitre, à mesure que la raison lui venait.

Bientôt j'ai eu six ans. Dans son bocal terni, il a commencé à mûrir, à engraisser, à ralentir, allant son train de poisson gras sans plus chercher ailleurs.

Et puis, je ne sais comment, j'ai eu sept ans et je l'ai vu vieillir, ne remuant presque plus, pâle et enflé comme un pauvre hydropique.

J'avais huit ans quand il est mort. J'ai bien pleuré, et puis j'ai eu neuf ans...


Dans son bocal mon poisson rouge avait fait le tour du temps, tout doucement, comme une aiguille aurait fait son tour d'horloge.

Et moi j'avais appris, tout doucement, ce que c'est que la vie, tournant dans son bocal comme petit poisson, juste pour faire le tour, avant de disparaître, de l'humble goutte d'eau qui abrite le temps.

 

 

poissons-rouges-Liope-avril-2013.jpg



 


Par Carole - Publié dans : Nantes
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Vendredi 17 octobre 2014 5 17 /10 /Oct /2014 00:20

songe.jpg

 

Il ne passerait plus ni par la porte de corne, ni par la porte d'ivoire. Il ne voguerait plus sur l'océan des nuits semé d'étoiles en fuite... Quelqu'un l'avait couché en lettres antiques sur la coque dépeinte d'un bateau pourrissant. 

Lui, derrière son grillage, il appelait comme un vieux prisonnier...

Beaucoup passaient indifférents. Quelques passants tournaient la tête, d'autres même s'arrêtaient, tentés.

Songe...

Puis chacun reprenait son chemin. Il y a tant de grillages en ce monde. Tant de songes enfermés.



Par Carole - Publié dans : Fables
Ecrire un commentaire - Voir les 17 commentaires
Jeudi 16 octobre 2014 4 16 /10 /Oct /2014 01:06

 

     Mme Dutilleux s'y reprit à deux fois pour lire l'article. Elle avait dû mal comprendre. Il devait y avoir une erreur. Ou alors c'était une coïncidence. Une homonymie. Un de ces hasards extraordinaires... Anaïs ! [...]

 

Suite du récit à lire sur mon blog de récits et nouvelles cheminderonde.wordpress.com

 

 


Par Carole - Publié dans : Récits et nouvelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 00:21

carrelage-copie-1.jpg

 

Passage Pommeraye, on refaisait le carrelage. Et la lumière fascinée, virtuose et légère, dansait sur les carreaux comme une patineuse.

Un chemin nouveau, ça accroche toujours la lumière. A chaque fois, on croit que ça va s'en aller vers le ciel. Et puis dès qu'on y marche, la boue et la poussière nous ramènent à la terre, à la pesanteur de toujours.

Tout au bout du passage, juste où nous conduisait la coulée de lumière, jouait le violoniste. Celui qui porte un chapeau haut de forme pour mendier dans les rues. Celui qui a l'agilité d'un virtuose, et joue toujours si faux. Celui qui invente sans fin des airs nouveaux qui ne sont chaque fois que de vieilles rengaines. Celui qui nous donne toujours, malgré tout, un peu de cette joie qui veut danser sous les pas.

 

Par Carole - Publié dans : Nantes
Ecrire un commentaire - Voir les 17 commentaires
Lundi 13 octobre 2014 1 13 /10 /Oct /2014 01:46

grande-roue.jpg

 

On avait démonté la grande roue. Comme allumettes en boîtes on avait entassé les poutrelles, sur la remorque qui allait emporter ailleurs, plus loin, notre bel "Œil" de Nantes.

Rencontre étrange. On se disait que tout, châteaux de cartes, grandes roues ou merveilles, finit toujours ainsi, petit tas de quelque chose qu'on emporte sans gloire, par un soir gris souci, à l'ombre du temps qui tournoie.

Et aussi que, finalement, cela s'en va toujours se rebâtir, un peu plus loin, tout aussi haut, tout aussi beau, éternel mécano des possibles, à la lumière d'un matin revenu.


Qu'elle tourne ou qu'elle roule, en cercle ou en rectangle, c'est drôle comme elle s'obstine à faire symbole, cette roue de la foire d'automne. 

 


Par Carole - Publié dans : Nantes
Ecrire un commentaire - Voir les 17 commentaires
Samedi 11 octobre 2014 6 11 /10 /Oct /2014 00:51

Wilma-Hurskainen.jpg

 

J'ai beaucoup aimé, parmi les oeuvres exposées lors de cette nouvelle "Quinzaine photographique nantaise", la série "Growth" présentée par la photographe Wilma Hurskainen. C'est un projet tout simple en apparence : la photographe et ses trois soeurs devenues adultes ont rejoué, plusieurs années durant, les rôles que leur avait assignés leur père, sur les photos de famille de leur enfance. Puis les photos ont été montées côte à côte, la vieille photo prise par le père à gauche, et la nouvelle à droite, du côté de la page qu'il faudra bientôt tourner.

Tout l'intérêt bien sûr réside dans la somme des décalages, évidents ou subtils, qui traduisent la "croissance" et le détachement progressif des êtres emportés par le temps : l'enfant est devenue femme, le regard rêveur est devenu un regard pensif, le sourire heureux s'est un peu figé, et il faut se serrer se gêner s'écraser pour tenir encore à quatre dans l'espace où chacune autrefois trouvait si naturellement sa place.

Mais l'image qui m'a semblé la plus juste, la plus profonde, c'est celle de l'absence.

Le grand-père mort ne pouvait plus prendre place sur le canapé, comme avant... Alors elles, tout simplement, se sont assises toutes serrées près de sa forme absente. Souriantes, malicieuses et joueuses, assises sans paraître le remarquer tout contre ce grand vide qu'avait laissé le mort.

Et c'est bien ainsi, ainsi que cela se passe, toujours. Lorsque quelqu'un qu'on a aimé disparaît. On continue, et c'est comme si le mort n'était plus rien, puisque tout peut continuer. On accomplit tous les gestes qu'exige la vie, ce grand metteur en scène, et on sourit au photographe, puisqu'il faut bien jouer le jeu. Mais lorsqu'on développe la photographie, on s'aperçoit que l'absent est toujours à sa place. Qu'on s'appuie contre l'ombre disparue, qu'on se tient près de son absence comme au bord d'un vide si bien rempli de lui-même qu'il nous soutient de tout son être – mieux qu'aucune présence.


 

 

Par Carole - Publié dans : Nantes
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires
Vendredi 10 octobre 2014 5 10 /10 /Oct /2014 00:26

imposture.jpg

 

Alors que je feuilletais le livre d'or de l'une des expositions de la "Quinzaine photographique" nantaise, je suis restée en arrêt devant cette étrange lettre de dénonciation.

 

On n'a pas si souvent l'occasion de lire de vraies lettres anonymes rédigées à plume de corbeau. On a moins souvent encore l'occasion de trouver dans de telles missives empâtées de haine, de vulgarité et de fautes d'orthographe, la riche matière d'une réflexion sur l'art.

Mais là... là, tout y était.

La disparition, d'abord. L'oeuvre incriminée était une série de photographies présentant des lieux marqués par des disparitions. Or, notre corbeau, prétendant "reconnaître" Saint-Palais, nous affirmait, de sa plume trempée dans l'encre épaisse du bon sens, qu'il n'y avait "jamais eu de personnes disparues" à Saint-Palais. Admettons qu'il ait sincèrement cru reconnaître Saint-Palais (bien que sur ces vues de détail on se demande quels indices auraient pu rendre possible une telle reconnaissance)... Qu'il n'y ait jamais eu de disparitions à Saint-Palais, cela pourrait être vrai, à la rigueur, au sens étroit des faits-divers (et encore, j'en doute). Mais au véritable sens, au sens humain du mot, est-ce seulement imaginable ? Existe-t-il un seul lieu humain qui ne soit pas hanté par la disparition ? L'humanité elle-même n'est-elle pas une continuelle "disparition", et n'est-ce pas l'unique mission de l'artiste, que de saisir les traces infimes, laissées où que ce soit, dans les lieux même les plus anodins, les plus apparemment dénués de secrets, par la disparition ?

Quant à la véracité... c'est très intéressant aussi, la véracité, car rien en art ne peut jamais être ni vrai, ni faux. Une fois saisie par l'artiste, la réalité s'échappe aussitôt à elle-même, pour devenir toile, photo, récit, tout ce qu'on voudra qui ne sera plus jamais le réel, et qu'on ne pourra plus jamais dire ni "vrai" ni "faux", puisqu'il sera simplement autre, insaisissable terme d'une métamorphose. 

Et le corbeau le savait de reste, puisque la seule photo qualifiée de "véridique", censée représenter un pont, ne figurait - évidemment - pas dans l'exposition...

Mais l'imposture ?... ah, l'imposture ! Tout artiste n'est-il pas un imposteur, lui qui doit se changer en lui-même, se défroquer de sa banalité pour se glisser dans le costume mal cousu qu'il s'est taillé sans en connaître d'avance le patron ?


Ainsi, à l'encre antipathique de la dénonciation, notre corbeau avait écrit, en creux et à l'envers, tout à fait malgré lui, un véritable petit traité de l'art, cette imposture nécessaire, vouée à cerner l'humain comme disparition, et à échafauder hors de toute réalité un univers qui lui est propre. 

Le traité du corbeau, en somme.

Mais faut-il s'étonner que la jalousie et la haine, ces passions puissantes qui remuent les êtres jusqu'en leurs profondeurs les plus boueuses, puissent rendre un imbécile aussi singulièrement perspicace ?


 

Par Carole - Publié dans : Fables
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Jeudi 9 octobre 2014 4 09 /10 /Oct /2014 00:00

 

    Parfois, venus de très profond, de ces eaux noires alourdies de reflets où on les croyait pour toujours engloutis, des souvenirs remontent.

    Celui-ci, par exemple, a surgi tout à l'heure, solitaire et bizarre comme un poisson des abysses. Je ne saurais vous dire quel hasard, ou quelle nécessité secrète, l'avait saisi dans son filet pour l'amener tout vivant jusqu'à moi. Enfin, tel qu'il est, ce souvenir étrange, apeuré et fuyant, un peu sombre, un peu monstre... je vous le livre [...]

 

Suite du récit à lire sur mon blog de récits et nouvelles cheminderonde.wordpress.com

 


Par Carole - Publié dans : Récits et nouvelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Catégories

Mes blogs WordPress et Eklablog

cheminderonde.wordpress.com (blog consacré aux récits longs que je ne peux publier sur Overblog. Un lien renvoie vers chacun de ces textes, qui figurent dans la catégorie "Récits et nouvelles".)

 

cheminderonde.eklablog.com  (blog "miroir" de ce blog, mais fermé aux commentaires)

 


Avertissement

Tous les articles (textes et photos) présentés sur ce blog sont protégés par copyright : link 

 

Albums du blog

Pour lire ou feuilleter les albums, qui rassemblent une grande partie des articles parus sur ce blog en 2012 et 2013, il suffit de cliquer sur l'image de couverture : 

 

petite-morale-couverture---album-du-blog.jpg

 

       houzée couverture album du blog    

 

essai couverture ombre titre crown quarto       pommeraye---le-photographe---Crown-quarto.jpg

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés