Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'homme qui grimpait

Publié le par Carole

homme-qui-grimpe-recadre.psd.jpg
 
Il en avait si longtemps rêvé. De ce bleu, de cette lumière d'au-delà.
Il en avait si longtemps rêvé qu'un jour il s'est hissé, par-dessus les immeubles, qu'il est allé voir tout là-haut ce que c'était qu'azur, ce que c'était qu'espoir.
Quand il est arrivé, enfin, au bord du ciel, l'horizon était si pâle encore, et puis il y avait tous ces nuages bas. Et ces doigts gris comme ceux d'une main prête à le repousser - d'une pichenette.
Mais il était devenu si léger, à force de grimper. Il ne les a pas vus.
Il a poursuivi son chemin de lierre bleu aux murs de l'impossible.
Il a continué à rêver, bien plus haut que lui-même.

Publié dans Nantes

Partager cet article

Ce que lisent les statues

Publié le par Carole

Lecteur---pommeraye.jpg
Nantes - Passage Pommeraye - juillet 2013
 
 
         On associe souvent le livre à l'immortalité. Pourtant, l'un des plus mystérieux pouvoirs du livre - je veux dire le livre de papier - est de donner au temps qui passe la forme de ses pages, qu'on ouvre et qu'on referme, de faire prendre aux heures lentes le visage un peu las du volume écorné qu'on repose en rêvant, fermé comme un secret sur le pétale de camélia ou le brin de bruyère mis à sécher dans les feuillets rendus à l'ombre.
        Aussi, face à ces créatures de pierre qu'on rencontre un peu partout dans la ville, absorbées dans la lecture de leurs livres immobiles, souvent je m'interroge : que peuvent bien lire les statues ? Le temps passe sur elles, comme il passe sur nous, recouvrant de poussière, de toiles d'araignée, de mousses ou de feuilles mortes le volume qu'elles tiennent, imperturbables, entre leurs doigts rigides. Elles lisent immobiles toujours la même page qui ne se tourne pas.
         Et parfois je me dis que ce qu'elles tentent ainsi de déchiffrer, dans leurs livres figés, ce n'est pas la pierre grise, c'est l'énigme sans fin de notre coeur humain, que chaque instant fait battre dans le grand vent du temps, mais qui voudrait toujours ne pas tourner la page.
 
 
lecteurs - statue de J
Nantes - Jardin des Plantes - avril 2013

 

 

Publié dans Nantes

Partager cet article

Luxe

Publié le par Carole

luxe-copie-1.jpg
 
    Le luxe... Certains croient que c'est de rouler en Porsche et de faire des chasses en Sologne, d'avoir un yacht à Cannes et une villa au cap Nègre.
    Le luxe... Certains prétendent qu'il s'achète et ne se partage pas. Qu'il se bâtit sur la peine des hommes, et qu'il se crache comme un fouet au visage de tous ceux qui n'ont rien.
   Pourtant le luxe, le véritable luxe, c'est bien autre chose. Le luxe, en fait, c'est cela même : prendre un instant pour écrire sans raison sur un vieux transformateur recouvert d'affiches anciennes et déchirées un mot qui ne sert à rien, un mot de ronde, léger comme l'enfance, et richement orné de pleins et de déliés. Mettre sa foi dans l'inutile. Affirmer que le bonheur modeste et déjà révolu du samedi 17 novembre vaut, à jamais, toutes les fêtes et tous les champagnes. Penser que l'art peut nicher partout comme un oiseau misérable et splendide. Donner sa chance au gamin fou qui veut signer Loko. Offrir un peu de soi au passant qui viendra après soi. 
    Le luxe, c'est de prendre le temps de lire sur les murs de la ville, sur les pages des livres, ou sur les coeurs qu'écrivent les battements du temps, les mots absurdes qui se sèment et éclosent. De consentir à musarder, sur le chemin qui ne mène pas à Rome et qui va vers les hommes.
   Le luxe, c'est d'accepter que la beauté, la joie, l'illusion, l'espérance, ou même la laideur - et l'art qui contient tout - nous soient offerts pour rien. Absolument pour rien, comme un luxe insensé, sur cette terre où nos vies inutiles et si généreusement superflues n'ont d'autre sens que de réfléchir sans fin ce luxe-là, si simple, et infini.
    On va trop vite en Porsche, en yacht, en Sologne, au cap Nègre, pour penser à tout cela.
   Si bien que le luxe est comme l'amour : ceux qui croient le posséder sont ceux qui l'ont déjà perdu.

Publié dans Fables

Partager cet article

L'année prochaine en l'an 2000

Publié le par Carole

feu-d-artifice.jpg
 
Récit à lire sur mon blog de nouvelles cheminderonde.wordpress.com
 

 

 

Publié dans Récits et nouvelles

Partager cet article

On (n')y voit goutte

Publié le par Carole

 Capture poix 
(capture d'écran)
 
    "In 1927 Professor Parnell heated a sample of pitch and poured it into a glass funnel with a sealed stem. Three years were allowed for the pitch to settle, and in 1930 the sealed stem was cut. From that date on the pitch has slowly dripped out of the funnel."
("The pitch drop experiment", The University of Queensland, Australia, school of mathematics and physics
 http://www.smp.uq.edu.au/content/pitch-drop-experiment  )
 
 
 
    Il y a quelque jours - c'était précisément le 11 juillet 2013 - s'est produit un de ces grands événements infimes qui remuent les pensées comme des mondes : la goutte de poix qui s'était lentement, lentement formée dans un entonnoir obscur de Trinity College de Dublin, est lentement, lentement, tombée. Je vous laisse regarder - il vous faudra, malgré l'accélération des images, quelques gouttes de patience...
 
   Vidéo
 
    Il y avait quatre-vingt-trois ans qu'elle était née, cette goutte de science.
   C'était en 1927, en Australie. Un physicien, le professeur Parnell, avait entrepris de démontrer par l'expérience qu'un corps solide en apparence pouvait, en vérité, être un liquide. Et il avait enfermé dans un entonnoir bouché un beau morceau de poix recuite et solide, aussi dur et immobile, apparemment, que la pierre. Trois années plus tard, il avait retiré le fond de son entonnoir, permettant à la poix ainsi concentrée de s'abandonner aux forces rationnelles de la gravité, et à sa vérité cachée de liquide. Et lentement, lentement, des années durant, une goutte s'était formée, puis, lentement, lentement, des années plus tard, cette goutte, selon l'universelle loi des gouttes, était tombée.
    L'expérience avait été reprise en 1944 en Irlande, au Trinity College. Enfin l'on avait voulu, pour conclure l'aventure, filmer la naissance de la goutte poisseuse, puis, surtout, sa chute lente, si lente, "la plus lente du monde". Une première tentative avait échoué - ce qu'il faut imputer sans doute à la poisse, ennemie de la science. Ce n'est que cette année, le 11 juillet, qu'une caméra assez patiente a pu saisir enfin l'instant de vérité. Et l'on vient de communiquer au monde la troublante image de cette chute - que j'oserai dire de poids.
 
    Quatre-vingt-trois ans, simplement pour prouver aux hommes que l'apparence est trompeuse. Quatre-vingt-trois ans, pour qu'ils sachent que l'évidence aveugle est noire comme la poix. Qu'on n'y voit goutte dans la vieille caverne. Mais que la goutte obstinée du savoir peut lentement venir à bout de la pierre d'ignorance.
    Quatre-vingt-trois ans.
    Ce n'est pas trop.

Publié dans Fables

Partager cet article

Bien (de consommation)

Publié le par Carole

bouddhas-soldes.jpg
 
    On trouve de tout, en soldes... Vraiment de tout. Ainsi ces deux bouddhas attendaient sereinement, hier, sur l'étagère de mon "hyper" de banlieue, l'acheteur avisé qui, pour seulement vingt euros, saurait saisir l'occasion, et meubler de sagesse éternelle l'allée gravillonnée d'un pavillon de parpaings.
    C'étaient deux bouddhas identiques, épiant le chaland, frères de résine et d'usine, derniers débris d'une armée de bouddhas vendus à prix discount, à liquider, à déstocker, avant que les emplettes de papeterie scolaire ne supplantent les achats de matériel de jardin - et la mode d'un été celle d'un autre été.
 
   Si le poète est l'alchimiste qui transforme la boue en or, notre moderne société de consommation est, quant à elle, la magicienne à rebours qui transforme en viles marchandises les pensées précieuses, et recycle inlassablement, en comptes trébuchants et sonnants, stridents comme une alarme à la caisse, toutes croyances, toutes beautés, toutes vertus - lestant de lourds profits jusqu'à l'Impermanence elle-même.
   - Vivre en sage et et se montrer lucide ? dites-vous.
    Mais toute notre sagesse, et notre lucidité même, elle nous les revendra. Avec bénéfice. Et, idiots que nous sommes, nous achèterons. A prix cassés.

 

   Je tenais ces propos pessimistes... et cependant mes deux bouddhas, tout soldés qu'ils étaient, semblaient veiller là-haut, les yeux mi-clos. Dans la vaste indifférence des choses privées d'âme, ou la profonde miséricorde de l'éternelle pensée, qu'aucune carapace de résine à prix promo ne saurait altérer - allez savoir !

Publié dans Fables

Partager cet article

La route de Merlette

Publié le par Carole

Récit à lire sur mon blog de nouvelles cheminderonde.wordpress.com

Publié dans Récits et nouvelles

Partager cet article

L'ergate forgeron

Publié le par Carole

ergate-forgeron-copie-1.jpg
 
 
   Je l'ai trouvé dans mon jardin il y a quelques jours... C'est une sorte de capricorne, un longicorne, insecte sombre et de grande taille, qui se nourrit de bois mort. Je l'ai posé sur un morceau de papier pour mieux l'observer. Puis j'ai sorti mon guide des insectes. Après réflexion, j'ai décidé que c'était un ergate forgeron - je me suis peut-être trompée...
   On disait dans le guide que ces insectes sont cruels et se dévorent entre eux. Qu'ils mordent aussi, sauvagement, le doigt des imprudents qui les ramassent à terre...
   Mais devant moi, sur le morceau de papier, mon sombre forgeron était aussi vulnérable sous sa carapace qu'un chevalier français prisonnier de sa lourde armure, à la bataille de Crécy. Et il agitait ses si longues antennes avec la délicatesse d'un funambule maniant son balancier au-dessus du vide. J'ai retourné la feuille. Il est tombé sur le dos, posant sur son ventre ses pattes en croix, résigné à mourir, aussi pitoyable que le pauvre Gregor Samsa de La Métamorphose.
    Soldat et cannibale, forgeron et artiste, vaincu agonisant, il était tout cela. Terrible, splendide, et tellement fragile... Semblable, en somme, à chacun d'entre nous - qui nous disons humains.
    J'ai mieux compris Kafka.
   J'ai mieux compris Linné aussi, s'ingéniant à décrire et à nommer le monde, pour rester, au-dessus de la mêlée grouillante des bêtes et des plantes, le savant et le maître.
    Et j'ai remis sur ses pattes, déesse magnanime, mon longicorne, pour qu'il s'en retourne à sa vie d'insecte.

Publié dans Fables

Partager cet article

Belle vie

Publié le par Carole

belle-vue-copie-1.jpg
 
    Longtemps, passant près de cette maison de moellons, j'avais levé les yeux, confiante, vers le cartouche où son nom est inscrit. Car c'est une villa du temps où l'on donnait aux maisons des noms, comme aux châteaux, afin d'y enclore son Eden.
   J'avais toujours lu "BELLE-VIE" sur les grandes majuscules antiques à demi effacées, et je trouvais cela charmant, "BELLE-VIE", sur le front paisible de cette vieille villa solidement bâtie de moellons, mûrie et ravinée comme un fruit oublié, en son petit jardin d'où dépassait un vieux pommier. "BELLE-VIE" malgré l'âge venant, "BELLE-VIE" malgré les voies ferrées et le carrefour bruyant. "BELLE-VIE" malgré tout, contre tout, à cause de tout.
    Depuis plusieurs mois je n'étais pas revenue dans ce quartier de la périphérie.
  Il y a quelques jours je m'y suis retrouvée par hasard. La maison de moëllons n'avait pas disparu encore. Elle surplombait ce soir-là un chantier poussiéreux hérissé de gravats et de tractopelles. Devant la fenêtre où les ombres agitaient leur long visage de camarde, le vieux pommier, mort, se couvrait d'un linceul gris de lichen. J'ai voulu sottement m'approcher, lire de plus près, avant de repartir, la promesse heureuse d'autrefois...  
   Alors je me suis aperçue que que je m'étais toujours trompée : car non, cette villa ne s'appelait pas, ne s'était jamais appelée "BELLE-VIE", mais simplement, dérisoirement, courageusement, obstinément, dans ce coin laid où la ville fait sa mue et revêt lentement sa peau grise de banlieusarde : "BELLE-VUE"...
    "BELLE-VUE", après tout ce n'était pas si mal. "BELLE-VUE", tellement mieux que rien. 
   Mais comment avais-je pu me tromper si longtemps ? Et puis, est-ce que cela existait, quelque part, est-ce que cela pouvait seulement exister, est-ce que cela pouvait même sérieusement s'imaginer sur cette terre, un lieu qui se serait appelé "BELLE-VIE ?
 
    Je me suis éloignée, nostalgique. Une dernière fois je me suis retournée. Un rayon très doux du couchant éclairait obliquement les hautes lettres étroites, et j'ai lu à nouveau, très distinctement, comme si cela avait été gravé au burin de patience ou d'illusion dans mon propre coeur obstiné : "BELLE VIE".

Publié dans Fables

Partager cet article

Le vase d'opaline

Publié le par Carole

Récit publié sur mon blog wordpress. A lire ici
http://cheminderonde.wordpress.com/2013/07/03/le-vase-dopaline/

Publié dans Récits et nouvelles

Partager cet article