Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Disparaître

Publié le par Carole

disparaitre-2.jpg
 
Dans la rue, soudain, l'autre jour, cette troublante invitation.
Ces membres de plastique épars sous le rideau baissé.
Et, surtout,
cet index pointé
vers la fissure qui s'élargit,
vers la faille où grandit le vide,
sur le chemin familier...

Publié dans Fables

Partager cet article

L'oiseau bleu

Publié le par Carole

    Je rêvais.
    Je rêvais d'un grand perroquet bleu.
    C'était un grand perroquet merveilleux qui volait doucement dans mon jardin. Il s'est posé sur mon cou. Il m'a enveloppée dans le bleu de ses ailes immenses et dans la chaleur de ses plumes. Et il a murmuré, de sa voix claire qui rocaillait d'étoiles : "Rrrêve... rrrêve..."
    Mais le vacarme, au-dehors, a fini par me réveiller. J'ai entrouvert la fenêtre. C'était la voisine, madame Dumaurier. Elle était en chemise de nuit, elle courait en tous sens [...] 
 
Un conte, cette fois, à lire sur mon blog cheminderonde.wordpress.com

Publié dans Récits et nouvelles

Partager cet article

La fenêtre de Balzac

Publié le par Carole

fenêtre maison de Balzac
 
    Quand j'ai visité, à Passy, la maison aux contrevents verts, la vieille demeure campagnarde où Balzac a longtemps vécu, j'ai eu la surprise de découvrir, dans le bureau très simple qu'il y avait installé, cette fenêtre de manoir gothique. 
    Surgi de l'obscurité triste d'un soir de mauvais temps, c'était un grand vitrage qui découpait le monde en petits carreaux de couleurs. Un carreau vert près d'un carreau bleu, un carreau gris près d'un carreau mauve, un carreau rouge près d'un carreau jaune... Le monde, ainsi filtré par ces rectangles de verre fanés comme de vieux livres, et cernés de plomb comme de minces caractères d'imprimerie, était une somme de petits univers, enclos sur leurs couleurs, leurs lumières et leurs ombres. Et tout cela réuni recomposait un autre monde, harmonieux et brisé, chatoyant et obscur, précis et trouble comme un vitrail de cathédrale, où l'on reconnaissait pourtant le ciel et les nuages, les arbres et l'herbe des pelouses, les fleurs du jardin et le toit des maisons voisines, tous les humbles détails de la réalité humaine, perçus comme à travers une multitude de lentilles et de prismes magiques, transformant le regard pour l'éveiller, égaré, à tous les étonnements, à toutes les admirations, à toutes les pénombres.
    Une vraie fenêtre de romancier.

Publié dans Fables

Partager cet article

Détournement

Publié le par Carole

sens-interdit-regard.jpg
 
   On appelle cela "détourner" les panneaux. Quelquefois, un étrange agent de la police du rêve vient dans nos rues faire la circulation, collant son clair visage à la serrure du songe.
   Alors, brusquement, le sens interdit nous regarde et n'interdit plus rien, mais nous invite à emprunter les voies sans nombre de la fantaisie, les sentiers buissonniers aux issues incertaines qui ne mènent qu'à nous-mêmes. 
   Nous écartant de notre route ordonnée et hâtive, voilà que nous prenons un instant l'autre chemin, celui qui s'en va sinuant, tout au bord de nos coeurs.
   C'est si peu de chose, un bout de papier collé qu'emportera la première pluie d'orage. Juste un signe, un clin d'oeil d'on ne sait quel ange, dans la rue où l'on passe.

Publié dans Fables

Partager cet article

Ultima

Publié le par Carole

     Joseph Leprince avait eu une journée très chargée : après le déjeuner au Lutétia en compagnie de son collègue Grenier, le dramaturge, il y avait eu la séance à l'Académie. Ensuite il était passé aux Deux Magots prendre [...]
 
cliquer pour lire la suite du récit sur mon blog cheminderonde.wordpress.com

Publié dans Récits et nouvelles

Partager cet article

Un peu d'espoir

Publié le par Carole

espoir-poste.jpg
 
    Que lui avait-il donc confié, à cette boîte jaune, celui qui avait écrit en partant, sur la paroi de métal, le mot léger qui faisait palpiter son coeur ? Quelles promesses d'amour, quels timides murmures, quelle ardente demande, quelle supplique folle à écarter les ombres, à soulever les grilles ?

Publié dans Fables

Partager cet article

La fille de la cabine téléphonique

Publié le par Carole

   "Le petit appartement était entièrement plongé dans l'ombre maintenant. Et personne n'avait appelé. De toute la journée. Personne.
       Elle se dirigea vers la fenêtre pour fermer les volets. Puisqu'il n'y avait plus rien à attendre. Puisque personne n'appellerait plus [...]
 
suite du récit à lire sur mon blog de récits et nouvelles https://cheminderonde.wordpress.com/2013/08/06/la-fille-de-la-cabine-telephonique/

Publié dans Récits et nouvelles

Partager cet article

Chevaux qui vont

Publié le par Carole

achat-de-chevaux.jpg
    "On a gardé le cadre d'une boucherie chevaline pour vendre des bijoux. Elle a belle allure, cette mosaïque sur fond beige, le cheval rouge dressé sur ses jambes arrière, piaffant, crinière et queue si noires. L'inscription "Achat de chevaux" juste au-dessus tempère un peu cette pétulance. [...] Beaucoup de matière, et la peinture tout autour sur les boiseries n'est plus qu'un rouge chaud, sans rapport avec le sang."
(Philippe Delerm, Traces, photographies de Martine Delerm)
 
 
     Quand je l'ai vu debout, rouge et royal, sous l'or des réverbères, des phares et des vitrines, je l'ai aussitôt reconnu : non seulement je l'avais déjà vu, mais je l'avais déjà lu, ce beau cheval de mosaïque qui refuse la mort et qui défie le temps.
    C'était dans le livre de Philippe et Martine Delerm, Traces. Le texte s'appelait "Boucherie cadeaux", et la photo, prise en plein jour, était étrangement cadrée, brisant après le V l'inscription de l'enseigne, pour qu'on ne puisse lire, du mot CHEVAUX, que son inachevé début.
   Dans la boutique engrillagée on ne vendait plus des bijoux, mais de simples chaussettes. Et ce grand cheval écarlate, avec sa crinière noire et ses muscles ombrés, m'est apparu, par cette nuit d'été flambante, comme un bel antique orgueilleux et guerrier, suant le sang et la boue des combats. C'était le même, c'était déjà un autre.
 
    Ainsi vont les images et ainsi vont les livres, ainsi vont les boutiques, et ainsi vont les mots : au grand galop, d'une heure à l'autre et d'un esprit à l'autre, refusant de finir, toujours inachevés, recréant les chemins, brouillant toutes les traces et soulevant les grilles, et se cabrant toujours, pour repartir encore. Ne s'arrêtant que pour mourir, et ne vivant que de bondir toujours plus loin qu'eux-mêmes, dans les cercles du temps et les traces des jours. 

Publié dans Lire et écrire

Partager cet article

Livre de pierre

Publié le par Carole

tetes-pilier-provins.jpg
      Provins - Collégiale Saint-Quiriace
 
 
    L'architecte a pensé l'édifice et dressé les piliers - hauts et droits, ils s'en vont vers le ciel.
   Mais en bas, sous la voûte, dans les recoins pleins d'ombre, ça grimace et ça grince, ça mord, ça erre, ça meurt. Angoisse, haine et détresse, qui rongent et qui grignotent le long frein de misère. C'est hideux, douloureux, si laid, très pitoyable, et tout à fait terrestre.
    L'architecte n'y prend pas garde. Il réfléchit plus haut.
    Est-ce que cela importe, ce qui se grogne là, à celui qui bâtit la demeure éternelle, étirant sur les plans ses colonnes grandioses, méditant l'édifice en toute perfection pour que le ciel s'y pose?
 
    Et puis vient l'artisan, l'humble ouvrier, aux mains salies, au dos ployé, qui modèle le grès comme il dessinerait ses os. Travaillant et peinant, il sculpte, sans y penser, près des piliers célestes, les visages effarés de la terre, les faces de boue grise, cette glaise d'en bas, plus dure que le rocher, qui soutient les chefs-d'oeuvre et les nobles élans. 
 
     Et tout est dit alors, tout s'écrit dans la pierre.

Publié dans Fables

Partager cet article

A Barbizon

Publié le par Carole

Barbizon-l-angelus-mosaique-copie-2.jpg
 
    J'ai beaucoup aimé, à Barbizon, ces naïves mosaïques accrochées aux murs des maisons, qui reconstituent les tableaux les plus célèbres des peintres venus jadis dans ce village, riches de leurs seules idées échevelées et de leurs barbes de bison, inventer le chevaletde plein air et refonder la peinture toute entière.
   Ces oeuvres si anciennes aujourd'hui, et bien souvent assombries par le temps et la quiétude compassée des musées, ainsi exposées dans la rue au soleil et aux pluies, dans leur cadre de vignes, de roses et de pierres moussues, paraissent vivre en voisines, du côté de chez Picassiette, au grand jardin des simples et de tous les humains.
    Et puis ces petits cubes de faïence colorée, avec leur allure pointilliste, leur faux air de Signac et leur penchant vers Van Gogh, nous rappellent que c'est là, vraiment là, dans l'atelier de Millet, ou à l'auberge Ganne, que la peinture moderne est née, ardente, insoucieuse et nécessaire, comme un bel enfant grandissant vers l'avenir, du vieux monde des règles et des préjugés auquel le romantisme avait donné le premier coup de pied.
    On marche, on flâne, à Barbizon, et on se dit en passant qu'il s'en est fallu de bien peu que tout cela n'existe pas - de quelques rocs de moins dans la forêt de Fontainebleau, de quelques étés sombres et pluvieux, d'un père Ganne un peu avare qui aurait réclamé qu'on le paie en bon argent, ou de quelques barbes moins indisciplinées. De bien peu. Comme tout ce qui importe vraiment.
 
barbizon-glaneuses.jpg

 

Publié dans Fables

Partager cet article