A la fenêtre de l'automne

Publié le par Carole

ombres-chinoises-recadre.jpg
 
Dans le ciel fauve et noir
je l'ai vu qui cognait
comme un ballon perdu
à la fenêtre de l'automne.
 
Les feuilles de la nuit
repoussant sa prière
déchiraient son visage.
 
Il est tombé meurtri
comme un soupir
entre leurs griffes.
 
Caillou de feu brisé
une étincelle en pleurs
a couru sur le fleuve.
 
J'ai écouté là-bas
le frisson de l'hiver
ricocher sur l'eau lente.
 
Ce n'était rien.
Juste l'été
qui venait 
de
mourir.

 

 

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
C'est très très beau mais triste. Mais qu'importe, c'est beau. Vraiment.
Dernièrement, j'ai cherché deux poèmes sur l'automne pour mes élèves, un pour les CP et l'autre pour les CE2. Beaucoup étaient tristes. J'ai fini par en trouver deux qui disaient des choses
positives sur l'automne.
Répondre
Z
Merci pour cette douce lumière!
Répondre
F
il ne fait que s'endormir, il hiberne l'an prochain il revient
Répondre
M
Ce soleil qui fond dans l'automne a une dignité poignante!
Répondre
F
j'adore cette image très "japonaise"….
Répondre
C


Contente de la remarque. 



A
Une bien jolie continuité de ton billet d'hier.
Répondre
N
Très beau, ce naufrage du soleil emportant l'été avec lui. Mais je trouve, moi aussi, que tu fais venir l'hiver bien vite. Sous nos latitudes, nous avons la chance d'avoir la douce transition de
l'automne. Amitiés.
Répondre
C


Il fait déjà frais, ici.



A
Magnifique, Carole... Cette photo d'abord qui est une oeuvre d'art, puis ce poème extraordinaire car tu t'y montres comme toujours "visionnaire", et poignant ! Tu as développé l'idée du "ballon" et
c'est vraiment très beau.
Répondre
Q
Qu'ajouter ?
Juste un sourire émerveillé devant ta page.
Merci pour le partage, Carole.
Passe une douce journée.
Répondre
J
L'été meurt en beauté grâce à tes mots choisis et ta belle sensibilité. Bon dimanche à toi. Amitiés. Joëlle
Répondre
L
C'est très beau, merci.
Répondre
M
Dieu, que c'est beau!

Je déteste l'automne et me réjouis toujours quand les arbres sont enfin glacés et dénudés, préparant dans le silence le retour de la vie dans les premiers chants d'oiseaux.

Le cycle des saisons et la fréquence des pluies dans nos pays tempérés nous a donné l'amour de la chaleur et de la lumière. Ce cycle c'est la vie d'ici: là où les saisons se ressemblent la joie de
voir des ciels bleus est moins intense, il me semble.
Répondre
J
L'automne ne sert à rien. Pendant que l'on y est supprimons également l'hiver. Deux saisons suffisent amplement...
Répondre
J
Ce n'était rien, mais si bien dit et photographié, merci...
Répondre