Un roi

Publié le par Carole

roi-fee-3.jpg.psd.jpg
 
Dans son château de carton-pâte, assis sur son trône de bois blanc, vit un roi débonnaire. On le transporte sur un char comme un vieux souverain mérovingien, parmi les animaux et les enfants, dans les rues de la ville en liesse. Des fées le regardent passer, des papillons immenses se posent autour de lui. Sa couronne de plastique, piquée de perles grossières et de rubis factices, luit au soleil autant qu'une autre, dans ses dorures d'Epiphanie, et son simple manteau de velours rouge l'enveloppe de toute la dignité modeste qui lui sied. Il n'a d'autre escorte que quelques jeunes gens en blouson et désarmés. Il n'a d'autre sceptre qu'une main de justice, de raison et de charité, taillée dans un bout de carton emballé de papier doré, qui lui sert à saluer et à bénir, inlassablement, la foule heureuse.
 
Le roi du Carnaval année règne aussi au Bouffay. Comme son cousin parisien de Montmartre, il administre en Gargantua la commune libre de ce vieux quartier. Chaque année il y vendange joyeusement son carré de vigne en amitié, et chante en buvant de son petit vin clairet la devise éternelle de son beau pays : "Humour, bonté, gaieté ".
Maître du rire, de la fête et de la fantaisie dans ses domaines minuscules, il règne en dieu le père sur le plus vaste des royaumes : l'autre monde, revers du nôtre - le monde à l'endroit où tout est à sa place, où nul mot ne meurt, où aucune harmonie ne se perd, l'Eden que créent et que recréent, à l'infini, dans tous nos coeurs vivants, chaque instant de bonheur, chaque lueur d'humanité, chaque étincelle de la joie, chaque appel de la liberté, et chaque effort de la bonté.
 
-Utopie, dites-vous, songe-creux...
-Songe, oui, mais songe sage. Car prenez garde à cela : aucun rêve ne changera jamais le monde, mais seuls les hommes qui rêvent peuvent changer quelque chose à ce monde - ce terrible monde à l'envers où il nous faut bien vivre.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Le rêve est indispensable au bonheur . Surtout qu'il reste accessible et non utopique pour qu'il devienne celui de toute une population .Douce soirée, bises Carole
Répondre
C


Oui, c'est un peu ce que représentait mon roi : un rêve simple et joyeux.


Bonne et douce soirée à toi aussi, Erato.



J
" I have a dream " ! Sans des êtres comme MLK, comment le monde changerait-il ? Êtres que nous devrions plus souvent suivre dans leurs rêves comme tu as suivi ce roi d'un jour ! Belle journée à toi
Carole. Joëlle
Répondre
C


J'ai pensé à Martin Luther King en effet. Son rêve ne s'est pas encore réalisé, et nous pouvons le poursuivre.



G
mais surtout que le rêve ne devienne pas un cauchemar
Répondre
C


J'y ai bien pensé, et c'est pourquoi mon "roi" rêveur ne règne que sur trois rues et un carré de vignes, et a pour devise "humour, bonté, gaieté" - n'est-ce pas ta devise aussi ?



A
Rien à rajouter à ce que tu dis pour terminer, je suis d'accord.
Répondre
C


Adamante, je le savais, et c'est bien pour cela que j'ai posté l'article "chez toi" sur SCALP...



P
Un rêve ne pourra changer le monde mais que serait le monde sans rêves ?
Bonne journée Carole
Anne
Répondre
C


C'est exactement ma pensée. Bonne journée à toi aussi.