Le photographe

Publié le par Carole

le-photographe.jpg.psd-copie-1.jpg
Carnaval de Nantes - 1er avril 2012 
 
Celui-là s'était juché, à découvert, sur un abri de tramway, face au grand troupeau débridé des chars du carnaval. Il ne voulait pas en manquer un seul, il les tenait tous en joue. Je l'ai vu, j'ai visé, j'ai tiré... et de mon simple D3100 je l'ai eu, lui, le noir aventurier aux aguets, l'homme à l'EOS5D qui braquait sur le monde le long canon de son téléobjectif à super zoom. Je l'ai eu vivant, et même peut-être un peu éternisé...
 
Le photographe est un chasseur. Il sait se poster au bon endroit, braver tous les dangers, franchir tous les obstacles. Longtemps il scrute, il observe. De son regard avide il fouille et perce le mystère des êtres et des objets. Puis il arme son appareil, calcule lentement, pèse l'ombre et mesure la lumière, et, brusquement, sur la proie qu'il guettait, il déclenche le tir. Un seul coup suffit souvent, parfois c'est une longue rafale. A l'autre bout quelqu'un ou quelque chose est pris - saisi.
 
Car, sachez-le bien, ce que vise le photographe, c'est le coeur.
Toujours le coeur.
Le coeur des choses, le coeur des êtres.
Le coeur qui bat, le coeur qui vibre, le coeur vif au galop,
le coeur ardent et frémissant de tout ce qui sait vivre.
Mais aussi le morne coeur délaissé, oublié dans son ombre,
le coeur fossile et endormi de tout ce qui s'ignore.
 
Le coeur, je vous dis, le coeur du monde,
qu'il faut viser pour qu'il ne meure jamais.
 
 
le-photographe-2.jpg.psd-version-2-copie-1.jpg

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Voyeur et veilleur, tel est le photographe.
Répondre
C


C'est bien cela, mais quêteur aussi, et parfois enquêteur.



L
super joli
j'aime beaucoup
Luna
Répondre
C


merci, Luna.



E
Le photographe recherche l'élément sensible qui fera vibrer les regards.Bises Carole
Répondre
C


Exactement.


Bises à toi aussi.



L
Un très beau texte ! Heureuse de vous lire. Cosima
Répondre
C


Merci, Cosima.



P
je suis d'accord avec toi.Le photographe dès lors qu'il vise un être vivant est un chasseur.Selon son talent il réussira ou non à capturer l'âme,le coeur? de la personne. Ce n'est pas pour rien que
certains peuples refusent la photographie ne voulant pas perdre leur âme
Ton texte comme d'habitude est superbe,tes mots si simples en apparence transcrivent exactement ce qu'est un photographe.
Et ta dernière photo avec le cheval et coïncidence heureuse le dessin en résonnance avec la couleur de ce Pégase
Répondre
C


Oui, j'ai pensé à ces peuples dont tu parles en écrivant le texte.



P
Et ce photographe satisfait enfourcha son fier destrier rose pour aller au plus vite délivrer les nombreux coeurs enfermés dans sa boîte noire !
J'aime !
Répondre
C


Sans doute !



J
Bien vu Carole, mais je ne me sens pas comme un chasseur lorsque je photographie. Je dirais plutôt que je me sens en osmose avec ce que je photographie ! Par rapport aux personnes c'est un peu
délicat car j'ai l'impression de leur voler des instants de vie. Belle journée à toi. Joëlle
Répondre
C


Je comprends ce que tu veux dire car j'éprouve la même gêne à photographier les personnes.



N
Re..L'autre photographe: c'était toi
Répondre
C


Tu vois, Nounedeb, je ne me sens pas encore assez "photographe", n'étant qu'une débutante, pour me reconnaître quand on emploie ce mot !


Alors merci de m'avoir appelée "photographe", cela me fait vraiment plaisir. C'est vrai que j'avais bien repéré le cheval et que je suis revenue faire une photo au même endroit quand je l'ai vu
passer, cet extraordinaire Pégase rose en maillot vert.



G
Pour ma part je vise toujours les yeux pas le coeur...si le coeur est flou çà ne se voit pas.
Répondre
C


Hum... toi, tu vises les yeux et tu atteins le coeur.



Z
c'est une réponse aussi!
Répondre
C


Zadddie, tu as raison : ta question me trottait dans la tête...


A bientôt, et merci pour toutes ces questions que tu soulèves sans cesse - même, et peut-être surtout, quand tu ne dis rien et qu'il faut poser soi-même le problème.


Carole



A
Viser le cœur et réussir à le saisir, à le fixer pour le transmettre, cela n'est pas toujours à portée du viseur. Mais quelle merveille quand le cœur se dit de l'instant fugace à jamais perdu.
Répondre
C


C'est extrêmement difficile, en effet, et je ne me moque pas en fait quand je dis qu'il faut guetter comme un chasseur.



N
Que dire d'autre que magnifique! Et l'autre photographe, qui convie le cheval ailé pour une rose caresse!
Répondre
C


C'est le même photographe, mais dix minutes plus tard. Un chasseur obstiné, poursuivant Pégase... peut-être Bellérophon ?