Solitude

Publié le par Carole

Cazeneuve---cloche.-recadre.psd.jpg
Château de Cazeneuve - Chemin de ronde
 
  
Quand tu bâtis sur moi tes murs
que tu me serres de tes remparts,
que dans tes donjons tu m'étouffes,
que tu secoues ton glas dans mon coeur affolé
et que je crie du fond de tes cachots,
je te hais, solitude.
 
Mais quand, montant les marches à tes côtés,
je vais sur tes chemins de ronde,
que de là-haut je regarde le monde,
et que je veille sous le ciel
avec tes yeux de vieux fantôme,
je t'aime, solitude.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Belle polysémie de l'image et du texte !
Répondre
M
C'est très beau, merci
Répondre
C


Merci pour votre visite et pour ces mots.



C
Une "merveille" aux deux visages! Abhorrée et aimée, elle est la source des poètes... Merci pour cette poésie!
Bonne soirée, amitiés
Cendrine
Répondre
C


Je crois qu'en elle nous puisons tous ce que nous avons de meilleur, mais elle est dangereuse aussi, et parfois cruelle.



D
belle inspiration pour la solitude

merci
amitié
Danielle
Répondre
C


Merci, Danielle, à bientôt.



L
ce poème est sublime ! Les deux versants de la solitude y sont on ne peut mieux exprimés : solitude enténébrée qui évoque la pression de la mort, et solitude lumineuse, l'envolée vers l'infini
serein...
Répondre
C


Merci, ton commentaire très beau me ravit !



B
Un très beau poème bien illustré par une photo originale. C'est amusant, je viens de publier un article sur la solitude mais dans une autre communauté ... Un thème d'actualité
Répondre
C


Un thème éternel...



N
Ronron!
Répondre
C


J'aime bien te faire ronronner, Nounedeb !



L
j'apprécie le dernier paragraphe du poème sur la solitude en haut de ce donjon
Répondre
C


Merci, l'Angevine, c'est que tu t'y connais en châteaux !



H
Dualité d'une solitude qui ne veut pourtant rien séparer, mais que notre coeur regarde parfois de côté...

Très beau texte Carole,

Hélène*
Répondre
C


Merci, Hélène, cette dualité, je l'éprouve souvent.



P
Choisie ou subie, la solitude que nous apprécions et celle que nous redoutons nous habitent ... la photo et les deux strophes qui l'accompagnent expriment parfaitement leurs facettes et les
ressentis qui en découlent .
Une belle poésie Carole, bisou, Plume .
Répondre
C


Merci, Plume, c'est bien cela : elle nous habite, c'est ce qui m'a fait choisir l'image du "château", de la demeure.



L
Cet excellent contraste entre deux strophes souligne la criante vérité des extrêmes. Aimer ou haïr n'ont quelquefois entre eux qu'un mince fil d'argent qui rompt si facilement!
Répondre
C


On va sans cesse de l'un à l'autre, la solitude suscite particulièrement, il me semble ces sentiments extrêmes, car elle est l'expérience humaine fondamentale.



G
...et qui a dit que la solitude n'existe pas...elle devrait se faire sonner les cloches
Répondre
C






E
Une jolie photo qui respire la tranquilité!
Répondre
C


la tranquillité d'un côté, l'angoisse de l'autre : deux faces.



M
Amour haine, la solitude est une "personne" dont nous ne pouvons nous passer...
Répondre
C


Une "personne", oui, et peut-être notre double.



D
La solitude de l'arche gauche qui lui n'a pas de cloche, mais l'espace de l'infini!!!
Répondre
C


Merci pour ce commentaire très pertinent. Deux arches sur la photo, deux strophes dans le poème, et deux faces de la solitude - ouverte sur le monde, ou prisonnière du glas et des ombres.



T
Bonjour Carole. Tu exprimes très bien le paradoxe que nous vivons avec notre bonne vieille solitude ; parfois nous l'aimons et parfois nous la détestons. Très joliment écrit. Tibicine
Répondre
C


Paradoxe, nécessité aussi. Merci, Tibicine.



J
Deux solitudes, celle qu'on n'a pas choisi et l'autre qu'on décide de vivre ça et là parce qu'elle fait du bien.... Merci Carole, bon W-E.... jill
Répondre
C


Parfois c'est la même, qui a deux faces aussi.



J
Ah, comme je te suis dans ta pensée Carole. Les deux visages de la solitude me sont familiers.Ils ramènent à la solitude intrinsèque de l'Homme: il nait seul, il vit seul, il meurt seul, face à son
destin.Amitié. Joëlle
Répondre
C


L'humanité est vouée à la solitude, il ne lui reste pas d'autre choix que de l'accepter, et si possible d'en tirer de quoi réfléchir et créer. Merci, Joëlle, à bientôt.



N
C'est beau ça...
Répondre
C


Merci, Nova, à bientôt.