Bulles de savon

Publié le par Carole

bulles-de-savon-4.jpg
 
C'était si étrange et c'était si attirant, dans la rue déjà sombre, ces bulles de savon tournant dans la lumière, que nous les avons suivies sans y penser.
Quelques instants nous avons marché, fascinés, guidés par leurs promesses si légères. La rue était pauvre et triste, elles dansaient et tournoyaient par tous leurs arcs-en-ciel. Dans le crépuscule gris c'était comme un chemin léger qui s'élevait vers les étoiles, comme un envol d'embruns qui avait l'air de mener loin, et où se recueillaient, en anneaux fragiles et menus, les couleurs irisées du bonheur qui fuyait devant nous.
 
Puis, tournant à leur suite le coin de la rue, nous sommes arrivés jusqu'à un petit restaurant très ordinaire. Un appareil de métal noir était posé sur le trottoir, devant la porte. C'était de là que sortaient, en flots pressés, grésillants et factices, les bulles qui nous avaient enchantés.
Le prix des repas était affiché sur la vitre jaune. A l'intérieur, on entendait des rires et la sono marchait. Dans la rue où nous étions seuls, il faisait déjà froid, la nuit était tombée tout à fait.
 
Il suffit de si peu pour que surgisse devant nous le chemin de beauté qu'on pourrait suivre jusqu'au bout.
Il suffit de si peu pour qu'il s'éteigne et se dissipe et laisse place à l'ordinaire parcours.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Bonjour !
Quelle magnifique photo! Où est-ce qu'elle a été prise si j'ose demander?
Répondre
C
A Bordeaux.
E
Comme tu le dis si bien , il suffit de si peu pour ..... il suffit de prendre le temps de regarder et vivre le moment qui s'offre à nous. Belle soirée, bises Carole
Répondre
L
Et parce qu'il suffit de si peu pour que tout s'éteigne, abreuvons-nous des clartés passagères pour en faire un feu d'artifice lorsqu'en nous, tout doucement, monte la solitude.
Répondre
C
Regarder le monde comme un enfant regarde des bulles de savon : un art naïf qui se perd.
Répondre
C


Peut-être pas, puisqu'un simple restaurateur a eu l'idée de ces bulles... une idée digne des anciennes "Vanités", d'ailleurs.



N
Extraordinaire Carole, ce devait être merveilleux de voir ces bulles de près.
Bonne journée.
Répondre
C


Oui, c'était féerique... 



B
C'est tout à fait féérique et original!
Répondre
C


Merci, Balladine, c'était bien un moment de féerie dans une rue sombre et pauvre.



C
Il y a de ces merveilleux "petits riens" qui jaillissent dans la précaire réalité et le chemin s'éclaire, ensorcelé par ces bulles diamantées...

Le rêve, la magie, la force de l'imagination nous guident et nous enivrent. Merci, une fois de plus, pour ce très beau texte qui m'enchante.

Amitiés charmées

Cendrine
Répondre
C


Merci, Cendrine. Je crois que toi-même tu sais souffler de petites bulles fées dans Paris, pour nous inviter à suivre des chemins qu'enchantent ta réflexion et ton savoir...



S
La beauté n'existerait pas sans notre sensibilité. Ouvrir son regard à chaque instant, c'est laissé s'échapper l'appel indicible de notre âme curieuse de la vie. Il suffit de rester dans notre
intériorité tout en marchant pour l'enfermer et la priver de tout ce qui l'aurait étonné, déconcerté, ému... Suzâme
Répondre
C


Oui, les bulles de savon ne font qu'indiquer le chemin, et il est éphémère, à nous de le tracer.



D
l'étrangeté des bulles de savon et voici l'enfance qui revient
merci pour ce texte

belle journée
Danielle
Répondre
C


Elle ne demande qu'à revenir... c'est notre beau fantôme.



G
Et aussi tellement éphémères toutes ces bulles
Répondre
C


Le symbole même de l'éphémère...



R
La maison encore silencieuse, je lisais, tôt ce matin, sous la plume de Bernard Pivot, un très beau petit texte à l'entrée "Pianiste" de son pseudo-dictionnaire intitulé "Les mots de ma vie"
...

Et tout naturellement, j'ai pensé : on dirait "du Carole Chollet". Il ne manque qu'une photo ...

Voilà.
Je voulais vous l'écrire.
Tout simplement.

Mon épouse et notre Petit-Prince dorment encore.
Je retourne chez Pivot ...
Répondre
C


Merci pour ce très agréable commentaire. Vous avez piqué ma curiosité, et j'ai pris le livre de Pivot à la bibliothèque. A bientôt. 



J
"Il suffit de si peu pour que surgisse devant nous le chemin de beauté qu'on pourrait suivre jusqu'au bout."

J'aime tous ces chemins de beauté que vous suivez chaque jour, ici à nouveau avec ces bulles - quel adulte ne se souvient pas de ses bulles d'enfant ? - chemin suscité par vos regards attentifs,
aimants plus encore, du monde qui vous entoure, à chaque instant de votre vie.

A chaque instant : vous regardez, vous voyez, vous observez, vous ressentez, vous aimez, vous décrivez, vous communiquez vos émotions, vous ... vous ... vous ...

Merci.
Répondre
C


Merci pour cet éloge, Jean-Claude. Il faudra donc que j'essaie de le mériter maintenant... 



C
superbe quand des bulles indiquent le chemin
Répondre
C


Et plus fréquent qu'on ne le pense, même si les "bulles" peuvent être de forme et de nature assez diverses.



H
La séduction a mille façons de nous faire la cour et c'est souvent l'illusion qui nous joue le plus de tours. Mais, il y avait quand même du bon à se laisser emporter par ces bulles de savon!
Non?

Hélène*
Répondre
C


La réponse est bien sûr oui, Hélène.



K
Complètement magique
Répondre
C


Merci, Kri ! A bientôt.



M
L'être et le paraître, le réel et l'imaginaire, le quelconque et le beau, le naturel et le surnaturel, s'envoler ou rester sur terre, créer? oui, c'est ce que tu as fait, et bien fait fait je
crois.
Répondre
C


Tu as bien résumé cela : créer reste la seule ressource, dans un monde précaire.



P
Les parcours de vie ont la fragilité de ces bulles de savon porteuses d'enchantement parfois éphémère mais qui restera une ressource de beauté et de poésie ...
Merci Carole,bisou, Plume .
Répondre
C


Nos vies, petites bulles - c'est un symbole fréquent dans les "Vanités", ces oeuvres du XVIIe qui disent la précarité de la vie humaine. J'y ai pensé en écrivant le texte.



L
J'ai eu (presque)la même "vision", très récemment, dans une rue du Vieux Lyon. Ce qui me fascinait le plus était le regard et les éclairs dans les yeux des enfants ...
LOIC
Répondre
C


En effet, mais il n'y avait pas d'enfants ce soir-là, sans doute était-il trop tard. Merci, Loïc.



N
Je clique sur le message, la photo apparait et ma bouche s'arrondit en un Oh! émerveillé. Irisations légères qui ne cachent pas l'arrière plan misérable. A la lecture, même enchantement qui
disparaît soudain, comme la bulle éclate.
Répondre
C


Merci, Nounedeb, pour ce beau commentaire qui, vraiment, à tous les sens du mot, accompagne mon billet.



D
c'est très beau. J'aime beaucoup. Et finalement c'est presque moral. Quand on rencontre qq chose de beau, pourquoi aller en chercher l'origine? Il suffit de si peu pour être ramené "sur terre"..
Répondre
C


L'origine ne peut que décevoir, toujours trop humaine, trop banale. 



Z
Sur la forme ou plutôt le texte, rien à dire que je n'aie déjà dit: c'est à la fois doux et amère...j'aime "assez" ( pour ne pas écrire "beaucoup")
Quant au fond, excellente tactique! je m'en souviendrai, si un jour j'ouvre un commerce mal placé...
ps j'espère que vous n'avez pas été déçus aussi par l'ordinaire du repas...
Répondre
C


Merci, Nathalie. Cela te sera peut-être utile ! Mais nous ne sommes pas entrés dans le restaurant, alors je ne sais pas si la stratégie est bonne...



J
Il suffit d'un rien pour faire de sa vie un carcan ou unrêve...un tout petit rien. Ouvrir les yeux avec le coeur en bandoullière et l'âme juste là, prête à chanter. Amitié. Joëlle
Répondre
C


Presque rien, mais tout notre bonheur ou tout notre malheur dépend de ce "petit rien". Merci, Joëlle.



E
merci à tous les créateurs anonymes qui ajoutent de la poésie à la vie
Répondre
C


C'était une façon de les remercier...



J
Bonjour Carole... ah ce matin tu bulles bien, c'est charmant comme tout... merci !
Répondre
C


C'est bon de buller un peu quelquefois.