La farce, l'énigme et la laisse en abyme

Publié le par Carole

priere-de-tenir-les-chiens-en-laisse.jpg
 
         Que celui qui intime l'ordre se l'applique à lui-même, et se serre le cou de la laisse qu'il impose à tous, c'est bien rare.
        Mais que celui qui ordonne ne sache pas qu'il est soumis lui-même à la longe d'un maître, rien de plus fréquent.
 
       A l'envers, à l'endroit, toute pensée a son miroir : comprenne qui pourra.
 
     Ainsi, voyez-vous, comme il arrive si souvent, elle était amusante, elle était tout de même bien troublante, cette laisse en abyme, cette gigogne du trottoir...

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Et une laisse en métal , en plus.Il y a d'autres manières plus agréable de dire les choses.
La courtoisie se perd!!
Belle soirée Carole
Répondre
Z
en effet, l'image est amusante
Répondre
C
Celui qui a installé le panneau n'a pas dû penser à ton interprétation.
Répondre
C


Oh... c'était dans une école de Beaux-arts, on est très malicieux dans ces écoles-là.



V
Belle trouvaille, que la laisse "en abyme" et la "gigogne du trottoir !
Répondre
M
Humour estudiantin, bien sûr ! Oeil coquin de la photographe, assurément ! Réflexion avisée de la moraliste, qui en douterait ? Instant léger, pourtant profond, pour l'internaute de passage : la
boucle (de la laisse) est bouclée !
Répondre
J
Même les plus puissants ont leur laisse, ne serait-ce que celle de l'argent. Je crois qu'il y a plus que la pensée qui a son miroir. Belle journée à toi Carole. Amitiés. Joëlle
Répondre
G
très drôle..et bon mot de ta part..gigogne de trottoir
Répondre
C
Des chiens, un trottoir : je pense à cette phrase de Ian Monk aussi bizarre que votre photo : "Si toutes les crottes de chien étaient alignées, on pourrait marcher plus facilement sur le trottoir."
Répondre
C


Merci, j'aime beaucoup !



M
Quand la rue fait rire, sans le vouloir, voilà qui ajoute un peu de piment dans la vie!
Répondre
J
Oh! Carole je ne voulais surtout pas blesser tes mots, je voulais juste leur dire qu'ils avaient chez moi fait naître une autre histoire qui est un petit bout de ma façon de voir.
Quant à ta photo, comme toujours chez toi, elle est le fruit d'un regard à l'affût des petits détails qui interpellent ta promenade.
Aux Beaux arts certainement qu'on s'amuse avec les regards et qu'on aime le Land Art' ou plutôt le city Art'
Merci Carole pour tes mots, tes photos, tes partages...
Répondre
L
Très amusant en effet!!
Répondre
R
Pour le moins énigmatique ...
Répondre
C


... ou blagueur ? 


Les deux bien sûr !



N
...Laisser les chiens tenir prière..:)
Répondre
C


Excellent ! merci, Nounedeb.



A
De quoi nous faire tourner en rond, très surprenant et drôle!
Répondre
C


C'est ce que j'ai pensé en voyant le panneau.



J
La fractale du trottoir n'est pas une fractale parce qu'en fait elle peut se mesurer le trottoir étant droit et s'arrêtant "au bout du trottoir" justement. Le trottoir n'étant pas infini nous ne
pouvons parler de fractale.
La laisse quant à elle, si elle est laisse de mer est un trésor qui appartient à qui en fait?
Quand elle est laisse de chien elle est entrave et ici elle est tuteur alors laisse tomber tu ne comprendras rien!
Et quant à l'abyme ne pas le confondre avec abîme qui a pris l'accent de cime et qui parle donc avec un accent, de l'histoire qui est cachée dans ce cliché, ce cliché qui est très suggestif quant à
l'idée qu'on se fait d'une interdiction qu'on ne veut surtout pas s'appliquer à soi même.
Répondre
C


C'est vrai que d'un point de vue mathématique... j'ai remplacé par "gigogne", c'est plus simple et cela "s'accorde" mieux avec "trottoir" en fait. Merci du commentaire, c'est bien quand on peut
faire un peu évoluer un texte. J'aime bien l'idée du "tuteur" aussi, je vais y réfléchir. Toutefois je ne suis pas sûre que ce soit cela ici : j'ai pris la photo dans une école de Beaux arts, et
on aime bien s'amuser dans ce lieu.


Sinon, on peut très bien écrire "mise en abîme", mais ici je préfère le y pour plus de clarté (dans l'énigme !)