Le violoniste D.

Publié le par Carole

       Que l'être humain soit infiniment complexe, qu'il soit impossible de juger autrui sans se tromper, ce n'est pas à moi que vous l'apprendrez... j'ai vu tant de cas, j'en ai tant entendu, de ces plaidoiries contradictoires où tour à tour le même être vous apparaît pitoyable ou monstrueux, tandis que [...]
 
Suite du récit à lire sur mon blog de nouvelles cheminderonde.wordpress.com
 
 

Publié dans Récits et nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nina Padilha 05/02/2014 09:32

Vu que les vérités sont cachées à demi,
Faut-il un doctorat pour choisir ses amis ?
Mes dernières bévues augmentent ma défiance.
Cela devient ardu de gagner ma confiance.

Carole 05/02/2014 15:27



Et c'est en vers... J'ai imaginé un personnage de juge un peu "abscons", un peu pédant aussi, mais cela fait partie de la fiction (j'avais pris un peu comme modèle La Chute de Camus où le
personnage est de ce type). J'aime bien inventer des personnages très différents (j'ai "fait" aussi un clochard dans "Compagnon"). Donc pas besoin de doctorat !


Sinon, je ne vois pas de quelles bévues tu veux parler, pour ma part, si je m'aperçois que quelque chose n'est pas compris, je n'hésite pas à revoir le texte, et n'en accuse pas le lecteur, mais
moi-même. C'est l'intérêt de l'interactivité des blogs, à mon avis.



Martine 05/02/2014 08:39

Quelle histoire! Merveille de ta plume qui nous entraîne dans des questionnements une fois de plus.
Dualité du bien et du mal. De l'horreur aux côtés de la beauté.
Nous avons les deux en nous. Un rien peut faire pencher la balance à droite ou à gauche. J'y ai plus d'une fois pensé.

brrrrrrrrr!

aredius 05/02/2014 08:25

Je découvre vos nouvelles. Excellent

Carole 06/02/2014 00:10



Merci Aredius. Les nouvelles sont sur mon second blog (le blog wordpress), mais je mets toujours un "avis de publication" sur le blog principal (chez overblog).