Dans la chambre

Publié le par Carole

La femme en blouse bleue vient d'entrer dans la chambre. Elle a roulé sur le lino son chariot tout rempli d'instruments colorés. Déjà elle "fait" le lavabo du cabinet de toilette.
Pas de temps à perdre, elle est pressée.
Sur son lit, la malade, oh, la malade, elle a beau être là immobile et couchée, la malade, elle sait bien ce que c'est.
L'étage entier à faire, et c'est grand un étage, et sur les épaules qui s'inclinent la blouse bleue se fait de plus en plus lourde, de chambre en chambre toujours plus lourde sur les épaules qui s'inclinent.
Sur son lit la malade, oh, elle a beau être là incapable de remuer, elle comprend. Elle sait bien, elle a connu tout cela.
Mais tout de même, elle aurait pu lui dire bonjour, la femme en blouse bleue qui vient d'entrer dans la chambre. [...]
 
Suite du récit sur mon blog de récits et nouvelles cheminderonde.wordpress.com
 

Publié dans Récits et nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Une nouvelle tout en subtilité au sein d'un hôpital où le temps se traîne et l'on observe, et l'on remarque. La fragilité que confère la maladie rend vulnérable, prompt à à la tristesse ou à la joie selon qu'on vous regarde, vous déconsidère, ou ne vous "calcule pas" diraient les jeunes. Une description très touchante.
Répondre
E
Impossible de commenter dans l'autre blog.
Suis énormément touchée par ce texte. Merci, merci.
Répondre
N
Des blouses bleues, blanches, roses... J'en ai connu.
Des lits de malades aussi. Et il y en a toujours.
Mais la politesse, que j'ai connue aussi, est une denrée rare...
Répondre