Le cadre

Publié le par Carole

     Depuis combien de temps était-il ainsi, de travers, sur le mur d'en face ?
    Il devait bien y avoir plusieurs jours. Des mois même. Des années peut-être. Qui pouvait savoir ? Il avait dû glisser, peu à peu, glisser... très lentement, poussé par un déséquilibre infime du mince cordon qui le retenait, et, peu à peu, lentement, très lentement, fléchir, s'incliner... Jusqu'à ce qu'enfin il devienne impossible de ne pas le remarquer. C'est toujours de cette façon que les choses évoluent... se mettent à devenir insupportables... Presque rien tout d'abord, un léger détail, qui, sans qu'on y prenne garde, insensiblement, s'accentue, s'alourdit. Il y faut des jours, des mois et des années, souvent, mais,inéluctablement, cela suit sa pente, jusqu'à ce que ni le regard ni la pensée ne puissent plus s'en détourner. Jusqu'à l'inacceptable.
    Oui, c'était ce qui s'était produit, de toute évidence, avec ce... ce... disons ce... tableau... Que représentait-il, au fait ? On aurait dit... hum... un portrait... une sorte de visage... déformé par l'absurde prétention cubiste du peintre [...]
 
Suite du récit à lire sur mon blog de récits et nouvelles cheminderonde.wordpress.com

 

Publié dans Récits et nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article