La lucarne

Publié le par Carole

oeil-1.jpg.psd.jpg
 
Derrière cette lucarne minuscule, tout un monde, fragile et désuet, de bijoux, de rubans, de mannequins cintrés et de porte-manteaux de couturière.
Un monde en miniature, mignon et ordonné comme une maison de poupée, absurde et triste comme le fouillis solitaire, au grenier, d'une vie oubliée.
Dans l'ombre surchauffée du toit, le petit ballet suranné d'un rêve encore fervent.
En l'absence de tout balcon, l'exigence de se montrer quand même à la fenêtre.
Malgré la rouille et la crasse, l'obstination à poser sur le monde un regard élégant.
Et, contre la vieillesse gagnant comme une lèpre, la douceur de la nacre et le frou-frou des soieries.
 
J'ai connu de vieilles, très vieilles femmes, qui s'obstinaient, seules depuis si longtemps, à serrer un corset sur une poitrine effondrée, à attacher de leurs doigts gourds sur un poignet enflé un rang de perles irisées, à nouer sur les plis dévastés de leur cou un foulard de soie rose et fleurie, à décrocher à grand-peine, sur l'instable perroquet du vestibule, un coquet manteau de laine fine, pour faire chaque matin, dans la rue où personne ne les reconnaissait, un tour très digne de promenade, dernière parade de l'élégance. Avec cette suprême volonté que mettent les danseuses épuisées à rejoindre avec grâce, le spectacle fini, les coulisses obscures, elles allaient toutes droites et parées sur un bout de trottoir sale et bruyant, s'efforçant de ne pas boiter, de ne pas trébucher, de faire ce qui se devait, d'être comme il faut, sous le regard dur et aimant de spectateurs aussi exigeants qu'invisibles - puis elles rentraient, sans pleurer, vieux corps souffrants, âmes veuves esseulées, dans l'ombre de leur logis vide.
 
Ma grand-mère était ainsi.

Publié dans Fables

Commenter cet article

ADAMANTE 20/03/2012 23:46

Un sentiment mitigé entre ombre et lumière, un instinct de survie peut-être, ne pas lâcher surtout.

Carole Chollet-Buisson 21/03/2012 14:43



ne pas lâcher, c'est ce que je voulais dire en effet. Mais c'est si triste quand on n'a plus que cette force-là.



simple-regard 19/03/2012 17:36

J'adore cette photo!!

Carole Chollet-Buisson 19/03/2012 22:00



Merci à toi, dont le regard, plus savant que "simple", m'est précieux.



zadddie 18/03/2012 15:53

Dire quelque chose d'aussi beau que tes textes....mais c'est difficile...

Carole Chollet-Buisson 18/03/2012 16:14



Merci, Zaddie, là, vraiment, je suis très émue... J'essaie toujours d'offrir quelque chose de beau à mon (petit) groupe de lecteurs, mais cela me semble parfois difficile car "l'art est long et
le temps est court".


Amitiés, Carole



Gérard Méry 16/03/2012 23:12

C'est la lucarne d'Ali Baba...d'ailleurs je dirais plutôt "oeil de boeuf" que lucarne

Carole Chollet-Buisson 16/03/2012 23:19



C'est vrai, et je le sais bien. Mais j'ai l'intention d'utiliser l'"oeil de boeuf" dans un prochain article, alors je l'ai évité ici.



Nounedeb 16/03/2012 16:58

Un régal de délicatesse; du regard et de la plume.

Carole Chollet-Buisson 16/03/2012 23:20



Merci, Nounedeb, et à bientôt !