Icare

Publié le par Carole Chollet-Buisson

icare version du 6-10 -2 modifié- recadré 1.psd
 
"Icare...", ai-je pensé...
C'était, au-dessus d'une plage chargée de baigneurs en maillots, un homme habillé d'un T-shirt et chausé de tennis, emporté par une aile de nylon... et pourtant j'ai pensé "Icare..." - tant il est vrai que les vieux mythes guident toujours nos pensées d'aujourd'hui.
Peut-être est-il rassurant de constater qu'un passant d'une plage moderne parle la même langue encore que les aèdes antiques, et fouille obstinément le même coffre aux histoires.
Peut-être est-il au contraire effrayant de se dire que deux ou trois mille ans ont pu s'écouler sans que rien n'ait changé, au fond, puisque sur tant de réalités nouvelles on ne pose à jamais que des schémas anciens, et des pensées millénaires.
Je ne sais.
Je sais seulement que nous avons besoin des mythes parce que nous avons besoin d'histoires. Qu'il n'est pas possible à un humain de penser ou de regarder, sans changer aussitôt en récits ses pensées, ses regards. Et que jamais sur la terre les hommes n'ont volé, navigué, possédé, détruit, inventé ou conquis, que pour se raconter des histoires, de très vieilles histoires, qu'il leur fallait écrire, et réécrire, avec la fragile matière de leurs vies, toujours nouvelles, de mortels.
Nous sommes des êtres de récits. Nous sommes les enfants des mythes.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
cette photo est une réussite !! bravo !! et à un cm près , il était assis sur l'horizon !!!!!
Répondre
L
Sans les mythes, nous serions vides de rêves. Celui d'Icare est l'un des plus beaux je crois. Et ta photo est splendide.
Merci Carole, bon dimanche.
Répondre
G
Je ne sais pas si le même mais j'en ai vu un l'été dernier planer au dessus de la plage de Brétignolles sur mer à quelques mètres des rochers.
Répondre
N
J'ai fait une expérience de parachute ascensionnel. Magique. Le rêve d'Icare vécu? Un moment libéré de la pesanteur, cesser d'avoir les pieds sur terre. Inoubliable.
Répondre
V
Des enfants de mythes, dans notre culture. Des êtres de récit, oui, nous aimons tant nous raconter ! Bises, Carole.
Répondre
J
L'aîné de mes petits-fils est en 6e. Nous avons travaillé ses leçons de Français sur Homère il y a 3 jours. curieusement il a trouvé l'histoire intéressante et s'y est intéressé. Ces mythes sont
universels...
Répondre
N
Bonsoir Carole !
Enfants des mythes... C'est évident oui, nous sommes tous marqués par des histoires plus ou moins anciennes ! Très joli texte :)
Bises, bonne soirée
Répondre
R
M'autorisez-vous à lire en votre texte un délicat hommage à ceux qui, dans la montgolfière qui s'effondra mardi au-dessus de Gournah, à leur corps défendant, symbolisèrent chacun un nouvel Icare ?
Répondre
C


Je n'avais pas fait ce rapprochement, mais, bien sûr, il est permis, puisque tout homme qui "vole" procède d'Icare.



E
tu as raison de rééditer cette belle photo qui en plus de nous relier aux mythes fait rêver à l'été... nous sommes les enfants des mythes, du moins ils s'imposent à nous, parce que nous en avons
été imprégnés.. peut être que la mythologie s'écrit maintenant dans les robots et les galaxies...
Répondre
C
En écho, plus pessimiste, à votre beau texte, celui-ci qui est paru dans mon recueil de poèmes, Vers rêvés.

Dans les eaux icariennes, aux abords des Sporades,
Un corps vient de tomber, un kouros en sa fleur,
Le soleil à son plein caresse les Naïades,
Elles le bercent en leur sein et le baignent de pleurs.

Héritier de Dédale, architecte ingénieux,
Prisonnier avec lui dans l'odieux labyrinthe,
Compagnon de son père dans un vol hasardeux,
Il rêvait de l'Ether et d'infinies étreintes.

Amant de l'Absolu, il souhaitait se fondre
Dans l'Azur éternel, planer comme un oiseau;
Il est allé trop haut et voilà qu'il s'effondre
Dans la plume et la cire, fatals oripeaux !
Répondre
C


Merci, Catheau, pour ce beau poème. Je crois que le mythe d'Icare est inépuisable.



J
Titre approprié chère Carole... Merci à toi !
Répondre
J
Oui, Carole, les enfants de nos propres songes.Belle journée. Amitiés. Joëlle
Répondre
J
Penestin la mine d'or, pépites de jeux d'enfants, falaise qui s'effrite émet qui se fait grignoter par "les mites" du temps... Mais mes souvenirs restent intacts!
Répondre
C


Oui, Penestin, c'est aussi tout cela ! 



P
Icare ... N'y aurait-il pas aussi quelques défis (voire quelques vanités) à jouer les oiseaux ? Dans ce domaine, l'homme moderne a assez bien réussi je crois. Voir
http://photogus.over-blog.fr/article-moderne-icare-115455423.html Merci la superbe photo prise à l'instant exact !
Répondre
M
Joli ! heureusement il va s'en sortir...
Répondre
B
Une belle photo, très réussie avec le soleil qui jette son oeil sur la voile...
Répondre
C


Merci, Balladine. C'est une photo que j'ai prise à Pénestin, en Bretagne.


 



E
Cette photo est sublime .Bonne soirée
Répondre