Grêlons

Publié le par Carole

grele-8.jpg.psd-copie-3.jpg
 
Il a grêlé ce matin. Le jardin est devenu un grand nid mouillé empli de grêlons menus, ronds et luisants comme des oeufs nouveaux - semence frêle d'escargots somptueux, d'insectes inconnus. Au cou des fleurs s'accrochent en tremblant de longs colliers de perles pâles, qui déjà fondent et disparaissent.
Je voudrais écrire ainsi. Que chaque mot soit une goutte de grêle nacrée, un grain de source miroitant, un doux germe de perle semé par l'eau des pluies, un fin duvet de strass tombé de l'aile d'un nuage. Que tous ces mots forment ensemble de petits chemins de cailloux luisants dans les jardins du monde. Qu'ils bâtissent un instant, sur la terre sombre et sous le gris du ciel, des bornes où se poser, des huttes à rejoindre, des mirages à aimer, des carrefours où hésiter. Qu'ils posent en passant, aux lisières de la nuit, cette lueur infime de la lampe, qui vacille et tremblote au pas du promeneur aventuré dans le mauvais temps. Et puis que tout fonde, et que tout disparaisse. Qu'il n'y ait plus qu'à vivre, dans le jardin lavé qui s'étire au soleil.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je vous lis, je vous découvre et j'aime !
C'est très beau ...

Au gré long de nos petites vies, à l'or !

Au plaisir ...
Répondre
C


Ce gré long me plaît, Servanne,


à bien t'haut donc



A
Je n'ai que le silence pour saluer tes mots...
Répondre
C


Merci, Adamante, de saluer ainsi mes petits grêlons fugaces.



G
pas de pluie au bout de ta plume mais du soleil ..joli texte Carole
Répondre
C


J'aurais bien voulu que ce soit une plume d'oiseau.



V
"Qu'il n'y ait plus qu'à vivre" ...Merci envoilé !

Voilier
Répondre
C


Merci, Voilier, pour ce souffle qui frémit toujours dans ta voile.



P
Mais tu y parviens Carole !
Bonne journée
Anne
Répondre
C


Merci, Parisianne ! Tu me flattes, là, car ce n'était qu'un rêve, un idéal inaccessible.



P
magnifique texte!!!
Un cheminement comme je les aime et m'en nourris
Bonne journée, Carole et merci
Répondre
C


Merci Passion, pour ce commentaire qui me touche beaucoup.



J
Bonjour Carole... dans mon nord-ouest belge vers 16h 30 idem... presque de la taille d'un p'tit pois qui a haché le tendre feuillage des fruitiers... En 5 minutes tout fut blanc... Voilà un bel
emploi de la grêle dans ton écrit... Jill
Répondre
C


La grêle peut aussi être cruelle, je le sais bien. Ce matin-là, dans mon jardin nantais, elle était fine et belle.



N
Avant d'avoir commencé à lire, j'ai pensé aux oeufs d'escargots, perfections rondes, fragiles et nacrées.Un instantané de printemps pas encore sorti de l'hiver.
Répondre
C


Merci, Nounedeb : j'ai revu ce matin le texte que j'avais "pondu" un peu vite cette nuit et qui n'était pas encore arrivé à la "perfection ronde et nacrée". J'ai prolongé la réflexion intitiale,
et j'ai aussi utilisé tes oeufs d'escargot... 


Merci encore pour ton commentaire si fin et si attentif, qui m'a enchantée et qui m'a stimulée. Les petits cailloux sont aussi déposés de blog en blog, je crois.


Carole