Par les cornes !

Publié le par Carole

Par les cornes !
L'un nous parant la viande, l'autre allongeant nos crins,
Artistes en magasin, poètes à leur façon,
Ces deux marchands malins s'étaient en bons voisins
Passé la bête à cornes et le bétail à laine
Pour le dire d'un sourire en manière d'unisson
Aux oisifs, aux passants qui bayaient aux corneilles :
 
" Cela ne suffit pas de peigner le bison,
La girafe, le buffle, le crincrin, le mouton,
Cela ne suffit pas, ne fait pas un destin.
C'est par les cornes qu'il faut les prendre et les tenir,
Les clients, les taureaux, le bonheur, l'avenir,
La chance et l'espérance, la fortune et la lune.
 
Par les cornes la vie !
Par les cornes, on vous dit ! "
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Oui, il faut s'accrocher, si ce n'est pas aux cornes du taureau, cela sera les branches d'un arbre! courage, !! entre nous, bizarre ce taureau à Nantes?? Bisous Fan
Répondre
C
Je crois que c'est plutôt un buffle (mais je ne m'y connais pas en bêtes à cornes chevelues...)
J
Ah oui, et celles ci sont de taille, on ne risque pas de les lâcher ! Un texte plein d'humour qui aide à bien démarrer la semaine ! Amitiés. Joëlle
Répondre
Z
sourire de ravissement!
Répondre
M
Soyons ferme, relevons nos manches..
Poésie encourageante ..dans le travail de chacun pris avec philosophie.
Merci pour ce partage.
Répondre
N
Il me semble entendre Brassens sourire dans sa tombe.
Répondre
A
Génial, Carole ! Tu y mets un souffle dans ce poème encore, qu'on en reste étourdi... Je n'ai jamais entendu dire que l'on prend la vie "par les cornes" (seulement "à bras le corps"), mais cela me rappelle ces Crétois qui sautaient à dos de taureau d'après certaines mosaïques ou peintures sur amphores et c'est ainsi plein de gaieté. Ici par contre d'après ce que tu nous dis il s'agit de bouchers... Bon, l'humeur étant positive, on prend ! Ton style nous entraîne.
Répondre
C
un boucher et un marchand de perruques, bons voisins et à l'unisson, donc !
Q
Eh oui !
Et surtout ne pas les lâcher. :)
J'aime beaucoup.
Répondre
J
Oh oui Carole.... tant de choses sont un combat dans l'arène... de la vie !
Répondre
A
Une fable dont l'humour n'aurait pas déplu à monsieur de la Fontaine!
Répondre
C
Génial et revigorant ! Pour ma part, je m'accroche à la corne de la licorne, de l'unicorne, celle du rêve.
Répondre