Quand tout partira au vent

Publié le par Carole

Quand tout partira au vent
Ce n'était plus là-haut qu'un morceau de carton délavé par la pluie, froissé aux mains des jours, portrait perdu d'un visage esquissé
ouvrage inachevé déjà fané d'un artiste désabusé qui n'avait pas signé.
 
Quand tout partira au vent
il ne restera 
 
pouvait-on lire d'en bas.
Le reste du message était roulé comme un serpent dans son ombre d'énigme.
 
Quand tout partira au vent... 
de tout ce grand effort de l'art, des succès, des échecs, des visages adulés dans leur rond de lumière, des humbles repoussés dans leur noir de coulisse, des discours applaudis et des voix qui murmurent, des portraits qui se vendent, de ceux qui vont se pendre au clou de tante Misère
quand tout partira au vent...
... il ne restera
                           rien.
                                   Ou bien si peu. Si peu que rien. A peine quelques grains au tamis de demain.
Il le savait, celui-là, il s'apprêtait à nous le dire, pourtant il s'est interrompu, et il l'a fait, son dessin, sur son bout de carton, et même il a escaladé les murs, pour le donner au vent, et l'accrocher au vide comme dans un musée.
 
Pour que demain se sème, il faut jeter au vent tant de graines perdues qu'aucune ne s'égare mais trace le chemin.
Travaillons pour le vent.
Car le temps fait son oeuvre de nos oeuvres envolées.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Peut-être est-ce le vent qui de même emporta le talentueux dessinateur-poète ? ... Voilà un texte qui me plaît, Carole, pour son arrière-goût d'éphémère. Jonas
Répondre
G
J'imagine sans vent, toute cette accumulation de tout et n’importe quoi.
Répondre
C
Le vent fait le tri, en somme. Le vent, et le temps.
M
Eh bien moi, je lui trouve un air familier à ce dessin comme si Rimbaud livrait un message, comme s'il voulait lui aussi rappeler qu'il avait été une étoile filant sur son siècle!
Répondre
F
un très joli texte et écrire ou dessiner pour que le vent emporte ce que l'on ne veut pas garder, ce qui nous a fait mal
Répondre
Q
Continue à scruter ce qui existe autour de toi, et à semer tes propres mots...
Magnifiques messages, toujours.
Merci, Carole.
Répondre
J
Semer demande une part d'espoir, de confiance mais aussi de chance. Encore faut-il avoir bien préparé son terrain avant ! Le grain de folie du vent devient maître car il déjoue toutes les prévisions. Bon dimanche. Amitiés. Joëlle
Répondre
O
Je me demande quel gout avait la tarte qui se trouvait dans ce carton d'emballage...et à quoi pensait l'auteur du dessin en la dégustant...assise sur cette petite terrasse ensoleillée...et puis comment a-t-elle bien pu transporter ce crayon...cela devient rare les gens qui ont un crayon sur soi...cela m'a creusé l'estomac...je fila regarder si le bout de tarte aperçu hier soir au frigidaire est resté sagement à se place......bon dimanche...
Répondre
C
Pourquoi pas une tarte, après tout, c'est plus inspirant qu'une pizza, je trouve. Difficile d'identifier ce carton à 3 ou 4 mètres de hauteur. Je me suis surtout demandé comment il avait fait pour le coller si haut. Un obstiné du dessin "jeté au vent", ça devait forcément m'intéresser.
L
C'est dommage! Il était si beau ce portrait!
Même si le vent nous emporte, il faut quand même semer... il en restera toujours quelque chose. après nous, ce n'est pas le déluge, la vie continue...
Bon dimanche et merci pour cet excellent texte.
Livia
Répondre
A
Vanitas vanitatum, omnia vanitas ! dt l'Ecclésiaste... Tout est vide, tout est vacuité... Mais qu'importe nous qui sommes formels que nous aimions les formes ! Même si tout nous emporte - la foule, le vent, le temps... - notre amour demeure ! Passe un bon dimanche, chère Carole.
Répondre
A
A quoi bon "semer", nous sommes si peu de chose...
Répondre
C
Mais nous sommes nés pour semer, puisque nous sommes nés d'avoir été semés, non ?
A
Si peu mais peut-être l'essentiel...
Répondre
A
Heureusement le vent ramène à la raison l'oeuvre de vanité.
Répondre
J
Il y a de ces choses à regarder pour qui sait... et des gens qui font de ces choses, merci Carole !
Répondre