Etre et entrer

Publié le par Carole

Etre et entrer
    Ce soir-là, au-dessus de la porte du Lieu unique, deux lettres étaient éteintes, si bien que le mot "être" apparaissait tout vif et brûlant dans le mot "entrée". Je n'avais jamais pensé à la parenté de ces deux mots. Jamais non plus imaginé qu'une présence pouvait s'inscrire à l'intérieur d'une absence.
   Je l'ai trouvé étrange et beau, le bref message de ces lettres de néon vacillantes, qu'on réparerait dès le lendemain sans doute.  

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
C'est là quelque chose que je n'avais pas pensé....encore. Merci pour cette vision des mots.
Répondre
Q
Être... entrer... c'est si vrai !
J'aime la façon dont tu interprètes cette absence.
J'espère qu'ils ne répareront pas trop vite.
Répondre
L
"Etre", c'est vrai que ce mot unique convient au "Lieu Unique" ! Nous sommes quelquefois surpris par les raccourcis de la vie. Celui-ci a beaucoup de force inattendue,chère Carole.
Lorraine
Répondre
J
Si on examine les mots, on constate que chacun d'eux révèle d'autres mots qui eux même se découvrent, c'est un univers gigogne étonnant... Belle trouvaille Carole... Jonas
Répondre
N
bravo pour le coup d'oeil, moi aussi, je n'avais jamais vu le mot etre dans entrée; intéressant.
Bon vendredi.
Répondre
M
Quand le hasard met la rue en scène, il est amusant de le laisser mener le jeu!
Répondre
Z
de magnifiques pensées...
Répondre
P
Bonsoir,
c'est amusant, je n'avais jamais non plus songé à la proximité de ces deux mots. Merci de ce regard là.
Anne
Répondre
S
Oui, la vétusté des choses donne parfois une autre orientation à ce que l'on croit ...
Répondre
N
Né, être... ** )
Répondre
F
si on peut rentrer c'est qu'on est
Répondre
J
Parfois, les êtres disparus ou absents sont encore plus présents. Encore un paradoxe de la vie. Merci pour tes réflexions toujours si intéressantes. Amitiés. Joëlle
Répondre
G
Je dirais, quant à moi, qu'on peut être sans entrer mais qu'il faut être pour entrer, sauf à entrer dans l'être ! Bon, j'ai fini, je peux sortir, sans passer pour le sot qui a jeté un sort ? Bref, merci pour cet instant de réflexion et bravo pour ton oeil avisé qui a découvert ce prétexte "philosophique" !
Répondre
A
Ça y est j'ai encore laissé passer un "s" de trop ("mais quels sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ?" - l'aiguillon du mental...)
Répondre
A
Le plus étrange, est que les lettres manquantes indiquent "NE" ce qui souligne simultanément la négation de l'être. Or précisément pour "Etre" il n'y a pas d'entrée : il suffit de nier sa propre existence.
Merci Carole ! Tu mets toujours le doigts sur de grandes vérités.
Répondre
L
Je n'y avait jamais pensé non plus! C'est étrange comme les mots peuvent faire s'envoler nos pensées...
Belle journée
Répondre
A
Qu' "une présence pouvait s'inscrire à l'intérieur d'une absence" me fait penser à l'un de tes billets où tu montrais deux photos prises à plusieurs années d'intervalle. Une famille complète sur la première et la même avec un personnage en moins sur la seconde (le père, me semble t-il) qui pourtant "est toujours là", omniprésent à la place vide.
Répondre
O
"Et jamais personne ne se distingue en entrant par la fenêtre ?".........il risquerait d'être traité de ....."sot" ....à la sortie ?
Répondre
C
Et jamais personne ne se distingue en entrant par la fenêtre ?
Répondre
J
Eh oui être c'est faire son entrée dans le monde... rien ne t'échappe ! Merci.... ;-)
Répondre