Une goutte de lumière

Publié le par Carole

nouveau-ne-musee-de-Rennes---web-.jpg
(photo web)
 
Hier, de passage à Rennes, j'ai revu le "Nouveau-né" de Georges de La Tour.
Je ne pouvais guère entreprendre de photographier l'ensemble du tableau, enfermé désormais comme une Joconde dans sa vitre blindée, et prisonnier des reflets de nos vies fugitives.
Je ne tenterai pas davantage de présenter et de commenter cette oeuvre silencieuse - peut-être l'un des plus beaux hommages que la peinture ait jamais rendu au silence.
 
Je m'en tiendrai ici à un détail - mais les chefs-d'oeuvre ne sont-ils pas, comme le jardin enroulé dans la goutte de pluie posée sur le brin d'herbe, tout entiers dans chacun de leurs détails ?
Je vous parlerai seulement de la goutte de pluie : la petite touche de peinture d'un jaune pâle et très pur que le peintre a placée dans l'oeil de la femme de gauche - celle qu'on ne voit que de profil.
 
La Tour - l'oeil
 
Je ne l'avais jamais remarquée auparavant, cette goutte de peinture où se reflète toute la lumière de l'oeuvre. Mais hier, tout le temps qu'a duré ma visite au tableau, je n'ai vu qu'elle. Plus je la regardais, moins je pouvais détacher mes yeux de cette tache minuscule, et plus il me semblait que le génie du peintre s'était concentré là, dans ce petit point de peinture, cette infime goutte de lumière posée sur l'oeil qui voit, tandis que la bouche close, à peine dessinée, va s'effaçant, dans l'immense silence.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cristophe 07/01/2015 23:00

Alors que j'ai déjà vu plusieurs fois ce tableau (dont une fois en vrai), je n'avais jamais remarqué que le bébé pouvait être un faux, un baigneur.

Carole 07/01/2015 23:11



Ces bébés langés ne pouvaient pas du tout remuer.



zadddie 06/01/2015 23:45

C'est un pur bonheur de disposer d'un tel tableau ( enfin presque) et de pouvoir le redécouvrir à chaque fois

Carole 06/01/2015 23:47



Oui. Et je me demande pourquoi je ne vais pas plus souvent à Rennes. 



dalva 06/01/2015 20:36

Très bel hommage à la peinture.
Carole, je te souhaite une excellente année 2015, pleine de lumière et de moments forts et beaux.

Mamilouve 06/01/2015 12:09

Il est clair (!) que, sans toi, je ne l'aurais pas vue, cette étincelle d'amour qui brille dans l'oeil de la femme à la bougie. Merci pour ton regard, toujours si juste et pertinent. Il nous
enrichit.
Belle année à toi ! Et que 2015 nous offre encore de nombreux billets aussi sensibles que celui-ci ! (c'est un souhait très égoïste, je sais).

Alain 05/01/2015 16:45

Il s'agit d'un merveilleux tableau que j'ai vu à Paris et que Rennes a la chance de posséder.
C'est curieux comme les regardeurs d'une toile fixent souvent leur attention sur une couleur qui excite l'oeil. Vermeer était un maître en la matière : le petit pan de mur jaune de La vue de Delft,
le blanc de la prunelle et de la perle de La jeune fille à la perle ainsi que la touche rosée à la commissure de ses lèvres, ou le point vert dans l'oeil de La jeune fille au chapeau rouge.

Carole 05/01/2015 22:57



Le génie du peintre est justement de placer, exactement où il faut, ces touches parfaites. C'est toujours le détail qui fait la merveille.



flipperine 05/01/2015 16:41

dans un tableau à force de l'admirer il y a qq chose qui nous frappe

Quichottine 05/01/2015 14:56

Merci !

Je crois qu'il y a des moments comme ça, des moments où l'important est dans un minuscule détail qui donne à l'oeuvre toute sa force.

Ton ressenti devant ce tableau est magique.

Passe une douce journée.

mansfield 05/01/2015 14:25

Joli! Et comme c'est troublant ce détail qui attrape l'observateur, celui-là ou un autre, celui qui accroche à un instant précis et selon l'état d'esprit du visiteur. C'est une petite histoire
d'amour en somme!

Catheau 05/01/2015 14:24

Comment peindre le reflet dans un oeil d'or, tout l'art de Georges de La Tour ! Merci, Carole, pour cette minute contemplative.

Richard LEJEUNE 05/01/2015 09:20

Que votre article eût plu à Daniel Arasse, Carole, lui qui rédigea une superbe étude (Le Détail. Pour une histoire rapprochée de la peinture - Collection "Champs" Arts n° 624)) dans laquelle, p.
213, il définit La Tour comme "un virtuose du détail", s'attardant à plusieurs reprises sur quelques-unes de ses toiles et, notamment, à Nantes aussi - vous avez dû le croiser -, le Vielleur au
chapeau et cette mouche posée près de l'instrument, au-dessus de son genou droit ...

JC 05/01/2015 09:19

Le détail qui fait la vie d'un visage,la lumière de l'âme. Tu as raison Carole, c'est superbe.Amitiés. Joëlle

lucm.reze 05/01/2015 09:12

Georges de La Tour est un maître dans l’art du clair-obscur, mais je préfère les ombres et les lumières moins «nordiques» et plus naturelles du Caravage. Dans ce tableau, je trouve la lumière trop
jaune, trop confinée, elle donne un ton cireux au bébé. En plus, l’emmaillotage lui confère la raideur cadavérique d’une momie. Maintenant, comme vous, je me concentrerai sur cet œil qui brille
magistralement comme la perle de la jeune fille sur le tableau de Vermeer.
Meilleurs voeux pour cette nouvelle année.
Cordialement,

Carole 05/01/2015 23:01



Pour moi, la Tour est vraiment le maître. Et, comme je l'ai écrit, ce tableau me semble une expression admirable du silence, avec ses bouches fermées, presque effacées. Mais j'aime beaucoup Le
Caravage aussi. Et il y a tout près de ce tableau, à Rennes, un splendide Honthorst qui sans doute nous "réconcilierait" par la synthèse qu'il opère entre toutes les "branches" du "caravagisme".


Meilleurs voeux à vous aussi.



oups 05/01/2015 08:38

où :-)

almanito 05/01/2015 08:32

...concentréS (misère, pff!)

X 05/01/2015 08:30

Comme un point bleu dans un tableau ou juste un petit pan de mur jaune...

Carole 06/01/2015 23:41



En quelque sorte...



oups 05/01/2015 08:18

bonjour, vraiment magique...je ferme les yeux et m'imagine à un mètre de l'artiste au moment ou il décide de placer ce point....n'aurait-il pas été inspiré par le reflet dans les yeux de quelqu'un
regardant un de ces feux de bois....dont parle Carole quelque part...

Carole 06/01/2015 23:42



Un feu de bois, ou une chandelle. En ce temps-là la lumière était feu.



Nounedeb 05/01/2015 08:16

A nouveau, tu nous apprends à être ouverts à la découverte - et au bonheur?

almanito 05/01/2015 07:54

Tout l'espoir et l'amour du monde concentré dans cette petite lueur

jill bill 05/01/2015 01:47

Je connais cette peinture sans plus, tu as l'oeil... comme quoi on peut revenir sur un tableau et voir d'autres détails, merci, jill

Carole 05/01/2015 23:02



Il faut préciser que Rennes n'est pas très loin de chez moi. Il n'est pas difficile de revenir voir les tableaux (et on en a d'autant plus envie que le musée de Nantes est fermée depuis et pour
des années).