Le feu et le puits

Publié le par Carole

plaque-cheminee.jpg
 
"Manquer à la rêverie devant le feu, c'est perdre l'usage vraiment humain et premier du feu"
(Gaston Bachelard - La Psychanalyse du feu, 1949)
 
 
Je fais partie de ces "ruraux", certainement très arriérés, consternés qu'on ait pu décider, au nom de la raison et du progrès, d'interdire les feux de bois.
— Mais voyons : combustion, particules, rendement thermique, ne comprenez-vous pas ? Oh, oui, je vous comprends, mais de très loin, de si loin...
 
Devant ma vieille cheminée de granit, face à cette belle Samaritaine, lourde plaque de fonte venue d'une ferme de Creuse depuis longtemps démolie, je regardais danser sur ses pieds de cendre une flamme mélancolique et bien près de s'éteindre.
 
Le feu, le puits. La civilisation a commencé là. Entre les braises encloses du foyer et l'eau domestiquée des puits et des fontaines, est née et a vécu l'humanité que nous avons connue.
Mais voilà que commence une autre civilisation. Qui déjà ne connaît plus le puits. Et qui bientôt ne connaîtra plus la cheminée. Sans puits. Sans feu. Une autre humanité. Une autre façon d'être humain en ce monde.
 
Et moi devant la flamme à méditer, tombant tout doucement, avec tous mes semblables, de l'autre côté du temps, dans les grandes ténèbres assoiffées des mondes qui s'éteignent.
 
 

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lorraine 07/01/2015 19:01

Il est bon d'avoir connu le feu, d'avoir connu le puits. Il est bon de s'asseoir devant l'un et de se pencher à la margelle de l'autre. Ceux qui nous suivront ignorerons la magie infime d'un éclat
de brindille ou d'une goutte d'eau. ils sont les gens de demain. Ils feront encore des découvertes et encore des découvertes. Nous serons de menus fantômes heureux d'avoir vécu avant, quand le feu
et l'eau étaient des richesses.
Lorraine

Catheau 05/01/2015 14:26

Très belle image de ce Christ dans la lumière du feu tandis que l'humble Samaritaine est dans l'ombre.

Quichottine 05/01/2015 13:46

Je crois que nous n'y pouvons rien... hélas.
Mais je sais que j'entends encore la chaine du puits qui grince et le feu qui crépite dans l'âtre...

Des souvenirs qu'il faudra conserver malgré tout, car là est le vrai bonheur.

Passe une douce journée.

Aude terrienne 04/01/2015 18:55

Cela fait partie des multiples interdictions lancées sans études réelle des faits par des gouvernants fantoches (de droite comme de gauche) toujours prêts à revenir sur leurs décisions au moindre
coup... de vent.
Un très joli texte en tous cas, le tien, qui me parle. L'opposition du chaud et du froid, de l'âtre et du puits tu l'as si bien mise en valeur. Merci !

Aredius 04/01/2015 15:15

Mon voisin en Périgord a une cuisinière. Il y fait du feu en hiver 24h/24H en fermant l'arrivée d'air (son bois est parfaitement sec). Le conduit de sa cheminée est couvert d'une épaisse couche de
goudron (bistre) dégoulinante.
Quand il commence à allumer sa cuisinière, je quitte la région. Et lui va voir le médecin car il tousse. Il consomme un tas de médicaments dont la plupart terminent leur vie dans son compost.

Et il me répète. Ah ici, c'est le bon air, etc.

Eh oui. La réalité est souvent bien loin des clichés des gens des villes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9osote

Carole 04/01/2015 16:37



Ah évidemment, s'il coupe l'arrivée d'air, ne ramone jamais, et en plus brûle tout ce qui lui tombe sous la main...


Mais là, ce n'est plus "faire du feu", c'est faire n'importe quoi. C'est vrai qu'on voit ça à la campagne, parce que les gens se sentent moins surveillés, et aussi parce qu'ils sont pauvres et
peu instruits en biologie et en médecine.


 



Nounedeb 04/01/2015 08:06

Tant qu'il y aura des guerres, je ferai du feu pour brûler ma douleur.

Bonheur du Jour 04/01/2015 06:51

Nous devons tenir bon. La raison finira par l'emporter, j'en suis sûre.

Anick de Paris 03/01/2015 17:56

Magnifique, ta plaque !

Carole 03/01/2015 22:31



Tu sais bien que je la tiens de papi. Il voulait la mettre dans sa propre cheminée.


Elle est d'autant plus belle.



flipperine 03/01/2015 16:41

mais je crois que cette loi n'est pas passée

Carole 03/01/2015 22:31



Non, mais il s'en est fallu de peu !



FAN 03/01/2015 16:23

Je pense que c'est une loi qui veut interdire les feux ouverts dans les appartements pour les personnes qui ne respectent rien, ni leurs voisins ni la loi, d'ailleurs!! le fait d'avoir froid ne
justifie pas de faire n'importe quoi!! Perso, je m'habille de "polaires"!!! BISOUS FAN

Carole 03/01/2015 22:22



Non, non, il s'agissait bien de les interdire dans toute l'Ile de France, pas uniquement en ville et dans les appartements (mais là ça doit tout de même être rare). De toute façon, cette nouvelle
réglementation ne sera pas appliquée. Mais je pense que ça viendra. Ce que je voulais dire, en tant que campagnarde, c'est que "mon" mode de vie "à l'ancienne" allait bientôt disparaître, de
réglementation en règlementation, ou même sans règlementation, du simple fait de l'avolution des esprits, ça ne sera plus très long



michèle 03/01/2015 13:34

Je n'ai jamais profité de l'un ni de l'autre bien que j'aie habité dans des maisons anciennes. Il est vrai que rester assis à regarder brûler des bûches devait être bien agréable.

Ici le soir je me tiens près d'un foyer au gaz que je ne risque pas de voir s'éteindre quand je quitte la maison mais ça n'a pas le même charme, c'est sûr.

Carole 03/01/2015 22:29



C'est vraiment dommage (en ce qui concerne les cheminées, car les puits étaient plus difficiles à vivre). Pour ma part, j'ai toujours fait de la présence d'une cheminée dans l'habitation un
critère de choix pour mon logement, mais j'ai habité souvent de vieilles fermes sans confort, en échange ! 



Adamante 03/01/2015 10:30

La nostalgie accompagne depuis toujours le chemin des hommes. Ils auront encore un certain temps, pour rêver, les feux du soleil.

almanito 03/01/2015 10:29

J'ai bien du mal à croire qu'on pourra encore la qualifier "d'humaine", cette future société qu'on nous prépare...
Peut-être a t-on prévu pour les arriérés que nous sommes, des réserves, à l'image de celles de ces pauvres Amérindiens?

Adamante 03/01/2015 10:29

La nostalgie accompagne depuis toujours le chemin des hommes. Ils auront encore un certain temps, pour rêver, les feux du soleil.

Aloysia_Martine 03/01/2015 10:05

Ah ! non ! Toujours le feu et le puits !... :)

Richard LEJEUNE 03/01/2015 09:46

Oh non ! Pas des arriérés ceux qui aiment encore lire ou écouter Clara Haskil au coin d'un feu : ils sont simplement d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ...

Aredius 03/01/2015 09:13

Sur le feu de cheminée

http://lefenetrou.blogspot.fr/2013/09/la-causerie-au-coin-du-feu-les-vux-des.html

http://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2014/12/09/segolene-elle-est-marrante-vive-la-segoecologie/

Mea culpa, mais c'était dans l'autre siècle :
http://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2014/12/16/je-me-souviens-dun-reveillon-de-noel-au-coin-du-feu-a-bourdoux/

P.S.
Un descendant d'un ancêtre fabrique des plaques de cheminée.
http://www.lacoste-cheminee.com/catalogue_ecran.html

X 03/01/2015 08:22

Le feu, le puits et le grain.... C'est avec le grain qu'on se pose pour attendre la récolte, avec l'eau qu'on l'arrose, avec le feu qu'on le cuit, c'est là aussi, non loin du feu, qu'on creuse les
tombes des ancêtres....
Vous citez Bachelard. J'ai un très vieux souvenir avec "La flamme d'une chandelle" qui m'avait émerveillée quand j'avais vingt ans. Il y a bien longtemps que nous les avons mouchées, nos
chandelles....

jill bill 03/01/2015 04:18

Je connais un magasin de bricolage par chez vous qui en propose de bien belles en fonte... le feu ouvert, le puits à eau, plus que des souvenirs donc, sous prétexte que... soupirs !