Joie

Publié le par Carole

joie.jpg
 
 
Prendre le temps de découper des lettres et des étoiles, pour venir les coller dans les lieux les plus sales et les plus délaissés de la ville. S'accroupir sans dégoût dans la boue et l'urine, s'appliquer lentement à faire éclore ces pauvres fleurs de papier, qu'emportera la première pluie, que sèchera le premier soleil. Dans le bouquet fragile qu'on avait préparé, choisir de tous les mots celui qui fane le plus vite. L'accrocher tout en JOIE, au fond de la forêt des graffitis et des débris d'affiches, sur sa tige d'étoiles. Puis le laisser jongler, dans son habit de clown, sur son mur de misère, avec la laideur et la crasse.
Pourquoi, mais pourquoi donc se donner tout ce mal ?
Mais pour rien, presque rien. Juste pour ça :
J
O
I
E
.

 

Publié dans Fables

Commenter cet article

Jonas D. 08/04/2014 13:37

Carole, j'aime cette joie-là !
Jonas

Catheau 04/04/2014 11:26

Le vert de l'Espérance sous les lettres de la Joie.

dalva 03/04/2014 22:06

Et un tel acte rend joyeux.

zadddie 03/04/2014 00:51

et ça fonctionne!

flipperine 02/04/2014 17:31

il faut semer la joie autour de soi

MARIE 01/04/2014 23:23

C'est quand même beau un tel élan d'optimisme dans le monde actuel !

mansfield 01/04/2014 22:47

Presque rien dis-tu? Ce mot-là est tellement porteur d'espoir et de vie! Ton habileté à l'écrire est parfaite.

michèle 01/04/2014 19:07

J'adore les villes et ces décorations spontanées et éphémères y participent à la joie du joli temps du printemps

almanito 01/04/2014 14:56

Tu as raison, c'était "la vie est belle" inscrite en lettres rouges au bas d'une porte! 21 novembre 2013.... quel message, là aussi!

Carole 01/04/2014 15:07



Dans les deux cas, ce qui frappe, c'est l'endroit où le message est déposé : pour "la vie est belle", c'était juste en face de l'hôpital psychiatrique. Et là dans une sorte de terrain vague
bourbeux.



almanito 01/04/2014 13:36

Il me semble me souvenir d'un billet ou tu montrais ce mot écrit ou peint sur des marches d'escalier. Décidément il y a de bons génies à Nantes, pour moi, c'est un peu la même démarche que les
musiciens qui jouent de façon désintéressée pour donner un peu de bonheur autour d'eux...

Carole 01/04/2014 14:06



Je ne me souviens pas du billet dont tu parles. C'était peut-être un autre mot. 


J'aime bien que tu fasses le rapprochement avec l'article précédent. J'ai voulu ce lien en effet. Et puis ça nous sort un peu de l'actualité très pesante.



Nounedeb 01/04/2014 12:56

C'est aussi de la VIE...

Carole 01/04/2014 23:34



Oui, c'est un peu la même chose.



Joëlle Colomar 01/04/2014 12:03

Je comprends cette démarche, si seulement elle avait un effet bénéfique sur les gens et les lieux !Amitiés. Joëlle

Carole 01/04/2014 23:34



Cela m'étonne toujours tellement. Alors je prends en photo. Pour qu'au moins il en reste quelque chose.



ADAMANTE 01/04/2014 10:58

Une très belle façon d'exorciser la tristesse et la solitude. Le cadrage de ta photo est formidable, un vrai tableau.

emma 01/04/2014 08:44

avoir la foi... ou peut être un adepte de la méthode Coué ?

Carole 01/04/2014 15:07



ou quelqu'un qui a foi en lui-même, et en nous tous aussi ?



Richard LEJEUNE 01/04/2014 08:12

"JOIE" ...

Dans toute cette laideur, c'est presque incroyable que quelqu'un ait envie de nous rappeler qu'elle existe : encore faut-il apprendre à la débusquer là où elle se cache ...

jill bill 01/04/2014 01:32

Quand les grandes villes sont sans joie.... on en trouve encore qui ose le "dire" et aimer ce mot de 4 lettres... merci Carole !