Fissures

Publié le par Carole

fissures-1.jpg.psd.jpg.psd-copie-1.jpg
Nantes - ruelle des Tanneurs 
 
Sur le flanc fatigué de cette vieille maison j'ai vu tant de fissures, tant de fractures, tant de blessures...
Dans ces brèches béantes on aurait pu serrer le poing, glisser la lame du couteau, affûter le fil de l'épée, faire avancer des tanks, faire marcher des armées, des désastres et des épouvantes, des incendies, des bulldozers, de longs écroulements.
Mais on les avait toutes, l'une après l'autre, soigneusement pansées, rejointes, réparées, cimentées, rassemblées,
pour qu'elles tiennent encore un moment ensemble, ces pierres usées, désunies, désolidarisées, prêtes à se séparer, à éclater en sanglots gris, et à s'abattre en ruines comme de longs malheurs.
Sur le flanc fourbu de la vieille bâtisse l'écorce de crépi sale se crénelait de blanc. Et c'était comme si un lierre avait fait courir sur un tronc mourant ses racines vivantes.
La maison revenue des tempêtes s'était peu à peu redressée vers le ciel où, lentement, dans la paix retrouvée, bleuissaient les nuages.
 
Il en faut de la patience, et de l'envie d'aimer, et de l'amour de vivre,
et du travail lent, et des mains d'artisans,
pour que cela tienne debout,
un édifice humain,
même un peu de travers, même pas bien joli, même pas pour toujours.
juste debout
un moment
pour que cela grandisse, pour que cela s'élève au lieu de s'effondrer
dans les beaux jours et dans le mauvais temps.

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cardamone 09/12/2012 13:08

Elles sont belles je trouve ces rides blanches, sillons du temps qui passe sur la ville - et cette invitation à prendre soin, consolider, redonner force... et même si j'aime mieux passer du temps à
rêver sur ton blog qu'à repriser des chaussettes, aujourd'hui c'est trop, elle est grande la fatigue de tout jeter, la folie de former des continents de déchets...

Porte-toi bien! Beau dimanche!

Carole 12/12/2012 23:43



C'est certain, il y a un lien entre l'idée de solidarité humaine que je développais et celle de respect de l'environnement. Peut-être s'agit-il toujours de décliner justement ce mot "respect", et
de trouver par là une forme de sagesse.



Nym 07/12/2012 19:11

Je vois dans ces fissures l'esquisse d'une femme... qui avancerait malgré tout, avec un peu d'imagination. Vous jouez brillamment avec les mots, et nous en sommes les heureux bénéficiaires, merci !

Carole 12/12/2012 23:15



Une maison très humaine, je crois.



marisol 07/12/2012 14:14

Quel bel hommage au courage et à l'opiniâtreté !

Carole 11/12/2012 22:36



Vertus souvent dédaignées, vertus de "petites gens"... Merci, Marisol, pour vos lectures si chaleureuses.



Lorraine 06/12/2012 16:55

Tendre la main, panser une blessure, relever un maladroit, sourire à l'indifférent, ignorer le ricanement, marcher quand on ne peut plus courir, s'asseoir quand on ne peut plus marcher, et le
taire...Il en faut des minutes d'acceptation pour que grandisse l'être humain,qu'il tienne debout comme la vieille bâtisse, cachant ses plaies, gardant la paix...

Carole 08/12/2012 00:36



Qeul beau - et sage - commentaire ! merci, Lorraine, à bientôt.



Richard LEJEUNE 06/12/2012 09:29

Quelques traits esquissés par un nouveau Cocteau, ce bras blanc, presque dégarni de vie, élevant le long de ce vieux mur une main qui se voudrait encore protectrice, mais à l'index crochu déjà et
aux quatre autres doigts qu'une vicieuse arthrose commence aussi à déformer est à l'image de ceux, éternels Sisyphe, qui n'ont de cesse de tenter le sauvetage d'un patrimoine architectural : bonne
volonté, mais tâche à toujours recommencer ...

Carole 10/12/2012 22:18



Et excellent commentaire, auquel j'applaudis !



michèle 06/12/2012 06:40

Ces fissures comblées et blanches seront sûrement repeintes lorsqu'on repeindra la façade.
En l'état actuel le travail inachevé est déjà tellement positif!

Carole 11/12/2012 12:54



De plus riches auraient recrépi le mur... mais il m'a plu ainsi, avec ses cicatrices et ses rides.



Adam 05/12/2012 22:51

Bonsoir Carole,
moi aussi sans voir les commentaires je pensais à des rides rieuses, il doit y faire bon vivre pour qu'on les pansent avec application !
Bien vu , tout me plaît ici, bises ;0))

Carole 10/12/2012 22:17



J'espère que cette vieille maison tiendra encore le coup... quitte à reboucher quelques fissures.



Valentine :0056: 05/12/2012 18:42

Oui, ces fissures sont comme des rides sur ces vieilles maisons fatiguées par le temps...

Carole 11/12/2012 12:49



Si bien que ces maisons ont de vrais visages, de plus en plus "humains" avec le temps.



mansfield 05/12/2012 18:03

Je suis surprise et amusée de lire dans ton texte, un peu de ce dont je parle dans mon petit poème à publier demain. Et comme toi j'adore regarder au-delà des fissures, qu'elles soient
architecturales ou vécues.

Carole 06/12/2012 15:33



Il y a un petit air de famille, c'est vrai. Mais deux articles bien "personnels" chacun à leur façon. C'est que, sur les maisons, nous projetons ce que nous sommes, non ?



@nnie54 05/12/2012 17:58

Que de cicatrices pansées a cette maison. C'est mieux que de ne rien faire.
@nnie

Carole 10/12/2012 21:15



Et, au moins, cela permet de réfléchir à d'autres plaies et cicatrices à réparer, dans les "maisons" des hommes.



jill bill 05/12/2012 17:32

Bonjour Carole, juste debout, juste réparée, colmatée, sa voisine n'a pas meilleure mine, pas une raison encore pour les abattre... comme de vieux chevaux, merci...

Carole 10/12/2012 21:58



C'est un très vieux quartier, un quartier pauvre en centre ville : attention, promoteurs ! Pourvu qu'elles "tiennent" encore longtemps, ces vieilles maisons...



M'amzelle Jeanne 05/12/2012 17:30

Comme tu le dis bien ! C'est pourquoi j'ai tant de peine lorsque je vois aux infos.. ces maisons détruites par une bombe aveugle qui tombe où la vie était pour détruire tout.. Ils ne savent pas ce
que cela coûte .. pour faire un modeste rafistolage, reconstruire un petit home pour se préserver du froid de la tempête.. J'aime beaucoup ton texte Chère Carole !
Bises de Jeanne

Carole 10/12/2012 21:37



Merci, Jeanne, je sais à quel point tu es sensible à cette vie des maisons : et tu as raison !