Un regard au Jardin

Publié le par Carole

Jardin des Plantes de Nantes - septembre 2016

Jardin des Plantes de Nantes - septembre 2016

Au Jardin, j'ai admiré cet Oeil, que Claude Ponti y posa vert et blanc comme un oeuf en son nid, comme une aile songeuse endormie sous le ciel.
 
Car si tout jardin prend sa source dans le regard d'un jardinier
 
Dans tout regard humain
prend naissance un jardin
où le monde se sème
se cultive et s'éclaire
pour grandir et fleurir
s'envoler comme un arbre
et s'ouvrir en oiseau
 
et se semer encore
dans le grain de la terre
 
 
- à moins que sur la nuit
tirée comme un rideau
se ferme sa paupière
dans un grand bruit de fer
 
comme une aile retombe
sur la paille
fanée.

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Q
Je ne peux pas imaginer qu'il se ferme...
Par contre, j'adore t'écouter parler des jardins qui naissent dans nos regards....

Merci pour tout, Carole.
Passe une douce soirée.
Répondre
J
Gardons nos yeux grands ouverts pour ne rien perdre de tes mots et de tant de beautés ! Belle journée à toi Carole; Amitiés.Joëlle
Répondre
N
Ronron.
Répondre
C
Comme dans un conte de fées où, de dessous la terre, un géant nous observerait.
Répondre
M
Cet oeil s'est fait pour toi l'oeil de la terre, de ses origines, et tu le révèles avec beaucoup de poésie!
Répondre
J
Quel joli regard que cette poésie-la.
Répondre
L
Je vais aller me promener au jardin des plantes afin de voir, si l'oeil me regarde du fond de la pelouse!
Belle journée
Répondre
L
Le jardin a la couleur des yeux qui le regardent. Certains n'y voient qu'un peu de vert sur un peu de terre. Et bien peu songent à la nuit comme une paupière qui se ferme pour permettre au jardin de dormir et de se réveiller dans l'éblouissement d'un ciel bleu.
Répondre
A
Je suis autant en admiration devant cette création de l'inimitable Claude Ponti, que devant le beau texte que tu en as tiré - sauf que je n'ai jamais entendu de paupière se fermer dans un grand bruit de fer...
Répondre
A
Toute l'histoire des hommes contenue dans ce poème en apparence si paisible...
Répondre
J
Bonjour Carole... ah l'art du jardinier qui se donne de la peine pour qu'on le remarque ! Demi-oeil ou demi-lune qui serait tombée au sol une nuit, toute étonnée, c'est beau... ,-)
Répondre
H
Que c'est beau!
Je le récite en mon coeur. Merci pour ce cadeau!
Répondre