L'odeur du chocolat

Publié le par Carole

Blois, rue Robert-Houdin

Blois, rue Robert-Houdin

Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ?
(W)
 
 
A Blois où je suis née, je suis toujours chez moi. A Blois où j'ai été enfant, je suis toujours perdue.
Des trains sifflants caracolent et galopent sur les coteaux de brume, comme petits poulains, en versant sur hier leurs confettis de suie. Et le fleuve s'en va comme une île qui passe, avec son chargement de morts souriant doucement, tandis que sur les quais je salue de la main, toute seule égarée, cherchant plus loin ma route.
Les carrefours m'arrêtent pour me demander leur chemin avec de vieilles voix, et je ne sais que dire pour démêler leurs mains qui s'accrochent et me serrent. 
Car tant de villes se mêlent à cette ville où je marche en moi-même que je n'en peux tracer la carte qu'avec des crayons d'ombres et des traits de lumière. Pourquoi ces escaliers où se creusent mes pas ne remontent-ils pas jusqu'aux sources des jours ? Il doit bien y avoir quelque part, pailleté de dentelles et enflammé de briques, un château pour les heures ?
Parfois j'arrive à l'entrevoir, toute bleue comme l'aube, la rue qui s'en revient vers le jardin fleuri de glaïeuls et de rires. Ou bien je l'aperçois, chaude et vivante encore, dans un coin de rempart, cette vitrine jaune où flotte sans visage le regard encore là d'un vendeur sur le seuil.
 
Mais qui donc me rendra l'odeur du chocolat qui flottait sur la ville ?
L'odeur du chocolat

.

Publié dans Enfance

Commenter cet article

michèle 24/02/2016 09:43

Quel bel article entre souvenirs,rêves et réalité, soutenu d'une belle écriture.

Dalva 23/02/2016 11:24

Hum... l'odeur du chocolat. En lisant les commentaires, je comprends qu'il y avait une usine. Mais, même sans le savoir, cette odeur disparue (et sûrement délicieuse) a un côté très nostalgique et même triste. C'est tellement important les odeurs.

Quichottine 23/02/2016 10:52

J'avais visité l'usine... et je me souviens bien de cette odeur de chocolat.
J'ai gardé la boîte qui était offerte à chaque visiteur. L'assortiment de chocolat n'y est plus mais le souvenir reste.
Merci pour ce très beau texte, Carole.
Passe une douce journée.

JC 23/02/2016 10:17

L'odorat est, je crois, le plus archaïque des sens, le plus ancien aussi dans nos souvenirs. J'aime ta façon de parler des choses de la vie. Belle journée à toi. Amitiés. Joëlle

Gérard 23/02/2016 00:17

C'est vrai fut un temps en arrivant à Blois on sentait le chocolat

Cendrine 22/02/2016 18:22

Sous la patine de tes mots, c'est la magie des Correspondances qui se dévoile et cette nostalgie qui fait pleurer des larmes gourmandes. Amitiés. Cendrine

FAN 22/02/2016 17:16

Un joli brin de nostalgie où court une odeur du chocolat comme Proust et sa madeleine! il n'est pas si facile de revenir sur les pas de l'enfance, le coeur se serre souvent! Bisous Fan

l'angevine 22/02/2016 16:07

j'aime ce premier cliché

Richard LEJEUNE 22/02/2016 08:01

Dans votre esprit, chère Carole, il semblerait que ce chocolat "est encore plus grand mort que vivant" ...

Carole 22/02/2016 18:37

A Blois, cela s'imposait : le passé y a de longues ombres...

zadddie-lllelie 22/02/2016 00:31

c'est magnifique comme tu écris..

mansfield 21/02/2016 20:02

Un ressenti qui me rappelle ce que j'éprouve à Casablanca où je suis née, où tout m'invite et me rejette aussi car les souvenirs sont traîtres et ne restituent pas ce qu'on a vécu.

Dominique Bouvet 21/02/2016 16:45

J'aime ces souvenirs olfactifs. Une odeur retrouvée, et la mémoire se met en branle. Les souvenirs affleurent.

almanito 21/02/2016 09:48

C'est le parfum de l'enfance que tu cherches. Tu ne le retrouveras sans doute pas flottant dans l'air, mais il est en toi.

Aloysia 21/02/2016 09:16

Ah ! La chocolaterie Poulain, je l'ai visitée ! L'odeur y est vraiment âcre et particulièrement puissante ! Blois, la ville des nostalgies XVIIIe siècle...

jill bill 21/02/2016 08:41

Ah bonne question, boutique abandonnée, certaines manquent à l'appel... merci Carole

Alain 21/02/2016 07:29

Parfum chocolaté soudain ? Envie gourmande ? Réminiscence ? Ce vendeur sur le seuil de la vitrine jaune offrait peut-être des chocolats aux jeunes filles qui passaient, et Carole y venait souvent ?
Le chocolat de Blois, c'est bien connu... Non, c'est Bayonne... Bruges, évidemment.... ou la Suisse...
Je ne comprends plus, je suis mal réveillé...