Les tilleuls

Publié le par Carole

tilleul-bellier.jpg
 
Il suffit de passer, en juin, sous un tilleul en fleurs, pour que tout soit de nouveau là, intact : la chaleur qui s'allonge dans les ombres du soir, et l'appel monotone des tourterelles lentes, tandis que l'enfant, libre comme un jeune arbre au dernier jour d'école, s'avance dans la rue gardée de vieux tilleuls, balançant son cartable, vers l'été des vacances qui ne pourra jamais finir.
Et c'est toujours la même stupeur, et c'est toujours le même bonheur, quand on s'en va, en juin, dans l'odeur des tilleuls : que ce soit justement le plus impalpable qui nous fasse franchir les années, que ce soit le plus périssable qui sache seul guider notre mémoire vers son éternité.

 

Publié dans Enfance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Un moment de poésie à déguster ... sous les tilleuls ... à moins d'une allergie!
Répondre
C
"Un tilleul qui embaume dans la fin du jour, c'est un ravissement qui s'imprime en nous de manière indélébile et, au creux de notre joie d'exister, trace un sillon de bonheur que la douceur d'un soir de juillet à elle seule ne saurait expliquer." Comme vous Muriel Barbery est sensible, inexplicablement, à l'odeur du tilleul.
Répondre
C
"Un tilleul qui embaume dans la fin du jour, c'est un ravissement qui s'imprime en nous de manière indélébile et, au creux de notre joie d'exister, trace un sillon de bonheur que la douceur d'un soir de juillet à elle seule ne saurait expliquer." Comme vous Muriel Barbery est sensible, inexplicablement, à l'odeur du tilleul.
Répondre
F
le parfum des tilleuls sont inoubliables!!! A Nîmes, au jardin des Fontaines, je respire ce délice tout en faisant mon Taï Chï!!! Bisous Fan
Répondre
A
J'avais oublié l'odeur des tilleuls... Subitement ils se sont rappelés à moi ! Mais pas du tout comme tu le dis : juste l'odeur, rien d'autre. En fait tu évoques là quelque chose qui rappelle le goût de la madeleine pour Proust : un éveilleur de mémoires... Très beau poème au demeurant, comme toujours.
Répondre
A
Parfums des crépuscules d'été : celui du tilleul qui abritait ma balançoire et celui du chèvrefeuille qui cascadait dans la haie ... Merci pour cette bouffée d'enfance !
Répondre
A
Chez moi ce n'est pas le tilleul dont je respire le parfum avec plaisir, mais le troène. Je ne peux oublier le souvenir de cet arbuste lié à un déménagement vers le pays basque et cette odeur qui nous attendait à l'arrivée. Nous entendions la mer au loin, c'était en juin également, notre avenir s'annonçait radieux.
Répondre
N
J'aime particulièrement la dernière phrase. Étrange en effet que les parfums, impalpables et volatiles, aient une telle puissance évocatrice.
Le parfum des tilleuls me rappelle les tout premiers jours des vacances: j'étais consignée à la cueillette des inflorescences, pour tisanes hivernales. Souvenir mitigé. Il fallait retenir encore un peu l'envie fougueuse d'aller courir les prés et les bois...
Répondre
A
Comme j'aime ce texte qui revient avec le parfum des tilleuls. Lorsque je suis passée sous celui qui ombrage la poste de mon quartier, l'autre jour, me croiras-tu, j'y ai pensé.
Répondre
J
J'ai connu un tilleul planté à côté d'une chapelle dans ma rue... alors bel et bon été Carole ;-)
Répondre
M
Belle madeleine de Proust
;)
Répondre
C
Comme tu décris bien ce grand chamboulement émotionnel !
Répondre
L
Et au creux de l'hiver, l'infusion douce nous rappellera cet été qui s'annonce.
Répondre
G
...et se l'infuser c'est le bonheur sucré
Répondre
F
et que les arbres c'est beau
Répondre
A
Pas l'ombre d'un tilleul dans mon enfance et pourtant lorsque je respire ces douces effluves un sentiment particulier lié au bonheur m'envahit. C'est peut-être l'arbre du bonheur...
Répondre
C


Probablement. Pour ma part j'habitais une rue entièrement bordée de vieux tilleuls. Je crois que je ne pourrai jamais les oublier.



J
Son parfum nous attire et son ombrage nous protège. Un pur bonheur à lui seul. Amitiés. Joëlle
Répondre
L
Une belle réminiscence apportée par le parfum des tilleuls. Il suffit souvent d'un parfum qui passe pour nous ramener au coeur de notre enfance, dans une parfaite harmonie.
Merci, Carole, our ce partage,
Lorraine
Répondre
M
Les amandiers pour moi ont gardé ce même charme de l'enfance et de l'année qui s'achève!
Répondre
M
Eh bien c'est surement ce même souvenir d'école en juin à trier le tilleul pour le donner "aux vieux"(j'aime ce mot)que me rappelle le tilleul chaque année.Respirer son parfum qui m'enivre ! c'est
un bonheur!belle journée d'ivresse à tous sous les tilleuls.
Répondre
C


Je pense que ce souvenir d'enfance renvoie à une expérience que beaucoup ont faite : l'odeur des tilleuls en juin, c'est celle des vacances et de la liberté, au seuil de l'été.



T
Dans l'école où j'ai grandi, au régime sévère, il y avait un jour (béni pour nous les gamins) consacré à la cueillette de l'immense tilleul qui ombrageait la cour.Chaque enfant ramenait à la maison
ce qu'il avait cueilli. Je suis sûre que tous ceux qui jadis partagèrent cette journée-là s'en souviennent encore. Oui, un très bel arbre odorant, au parfum du passé, que le tilleul...
Répondre
M
Ils embaument toute la ville surtout quand il fait chaud. Tu en fais une belle évocation.
Relire la 2e strophe du poème de Rimbaud ou réécouter On n'est pas sérieux quand on a 17 ans...
Parfum écoeurant mais adoré.
Répondre
Q
Je suis d'accord... on n'est pas sérieux quand on a 17 ans et qu'il y a des tilleuls verts sur la promenade...
J'y ai pensé tout de suite en te lisant. :)
Merci pour ces souvenirs partagés.
M
C'est tout à fait ça. j'ai la même sensation que toi.
Ce souvenir est ancré dans ma mémoire.
Merci Carole
Répondre
A
Que j'aime l'odeur légère, sucrée et apaisante des tilleuls en fleurs au mois de juin, un parfum d'été avant l'été...
Répondre
J
Ah je me souviens de celui de ma rue ado, au pied de la chapelle à Marie qui lui faisait ombrage... merci Carole !
Répondre