Rue de la Convention

Publié le par Carole

Rue de la Convention
Je me posais cette question, tout à l'heure, rue de la Convention, dans ce vieux village républicain de Chantenay où les boulevards s'appellent encore Liberté, Egalité et Fraternité :
La Convention, combien sauraient encore ce que ce mot veut dire, si on interrogeait, en ce jour d'élections législatives, non seulement ceux qui iront voter et ceux qui n'iront pas, mais même ceux qu'ils éliront et ceux qu'ils n'éliront pas ?
 
Il y a longtemps que nous ne la connaissons plus sur le bout des dates, l'histoire de nos institutions. Et c'est dommage.
Mais après tout ça ne change pas grand chose. Car l'Histoire, elle, est comme le petit bonhomme vert qui court, intrépide, devant nous, chaque fois que nous traversons au feu.
Ignorante ou savante, elle s'en va toujours pressée, dès que la route est libre, et, quoi qu'on vote ou ne vote pas, il ne reste rien d'autre à faire, quand elle s'est élancée, qu'à courir derrière elle, sans bien savoir pourquoi, sans bien savoir pour où.

Publié dans Divers

Commenter cet article

Catheau 27/08/2017 18:03

J'aime bien celle du XV° arrondissement, dans le prolongement du pont Mirabeau :
"Ni temps passé
Ni les amours reviennent..."

Quichottine 19/06/2017 11:06

Tu as tellement raison !!!
Merci de nous le rappeler.

Passe une douce journée Carole.

Mo 18/06/2017 13:44

Bonjour,
Je viens de chez les Caphys,

Un peu de curiosité.

La raison de tout cela est sans doute que l'enseignement a bien changé. La chronologie est abandonnée au profit d'une sorte de zapping. J'ai 72 ans et la Convention me parle à moi.
Mais bon... Génération smartphone oblige.
Je tiens là sans doute un discours de vieux cons du genre c'était mieux avant?

Bon dimanche,
Mo

Carole 18/06/2017 16:53

Merci d'être passé. J'aime bien les Caphys même s'il y a un moment que je ne me suis pas promenée chez eux.
C'est vrai, l'enseignement de l'histoire a bien changé. Et les rues "de la Convention" se font rares aussi maintenant.

Richard LEJEUNE 18/06/2017 09:51

Eh oui, vous avez entièrement raison, Carole : très souvent en séjour en France, je suis atterré de constater, lors de petits déjeuners pris à une table d'hôtes, par exemple, combien les Français que nous y avons croisés, sont ignorants de leur propre histoire nationale ... C'est à mon sens, - d'ancien Prof d'Histoire en Belgique, évidemment -, dramatique.

Les cours d'Histoire seraient-ils délaissés, voire abandonnés dans l'Enseignement français ? Nous, "Belges", qui, depuis l'époque romaine et jusqu'en 1830, avons vécu bien des "dominations", la connaissons parfois mieux que les Français : en toute modestie, combien de fois ne suis-je pas intervenu dans l'une ou l'autre conversation matinale pour expliquer ou faire une mise au point sur un sujet précis ... et pour m'entendre répondre : "Ah ? Je ne savais pas ! " ...

Carole 18/06/2017 16:57

Je ne sais pas quoi vous répondre. Les revues et émissions historiques se multiplient, mais en même temps l'histoire, dans les classes françaises, est maintenant enseignée de façon très morcelée (on passe d'une époque et d'un lieu à l'autre, sans ménager la moindre transition), et par ailleurs de façon aussi peu "narrative" que possible (c'est devenu un principe de ne plus "raconter" l'histoire).
Il doit y avoir un rapport entre ces deux constatations...

almanito 18/06/2017 09:46

S'estimer heureux, malgré tout que le petit bonhomme ait gardé sa couleur d'espérance, car il y a encore un mois, rien ne disait qu'il ne virerait pas au rouge colère...

Carole 18/06/2017 11:43

Vert et rouge alternent avec régularité, heureusement ou hélas ! - du moins c'est ainsi aux feux...

Aloysia 18/06/2017 09:17

J'aime beaucoup ton discours de ce jour, Carole !! Eh oui, le petit bonhomme court, court, court si bien qu'à force de le suivre nous n'avons pas même le temps de définir les événements avec des mots ! La seule réalité est ce Mouvement.

jill bill 18/06/2017 01:47

Que dire de plus... girondine, montagnarde, thermidorienne pour vous français entre ces deux dates... qui prit fin avec le Directoire, eh oui qui sait encore tout cela... !? Bon dimanche Carole...