Voyager

Publié le par Carole

péniche 4.psd
 
 
Un commandant à casquette, une belle voyageuse... A la fenêtre de la péniche depuis si longtemps immobilisée à quai, on avait malicieusement exposé ces deux visages inattendus, plus évocateurs des circuits en avion ou des croisières de luxe que d'une simple promenade sur la modeste barge qui vieillissait là.
Dans le décalage calculé de la dérision, sous l'ironique antiphrase, il y avait, comme bien souvent, beaucoup de profondeur, et de quoi méditer.
 
Pour voyager luxueusement, somptueusement, pour voyager vraiment, on n'a besoin ni d'aller loin, ni d'aller vite, ni d'aller cher, ni de voler dans les airs, ni de manger à la table d'un capitaine engalonné, ni d'avoir un destin de star.
On n'a besoin de presque rien.
Une simple péniche, un vieux bateau de bois que lestent de gros pneus, c'est bien assez, pour s'en aller rêver sur les eaux lentes et vertes qui innervent la terre, et pour glisser, tout près de soi, entre les rives herbeuses plantées d'arbres pensifs.
Jeter son ancre au fond des roselières, s'agripper à ce qui fléchit.
Entendre dans le soir le froissement des vagues, quand les troupeaux de cygnes remontent vers les sources.
Suivre là-haut le grand remuement des étoiles qui bâtissent les mondes.
S'endormir à la voix du rossignol, se réveiller au chant des oiseaux nouveau-nés.
Fouler dans l'herbe la rosée qui fume et le parfum des fleurs qui s'ouvrent.
Sur les chemins de halage marcher sans hâte en tirant le temps par sa longe.
Glisser d'une écluse à l'autre, grimper sur ces escaliers d'eau comme on irait, par des lacets, aux collines du ciel.
Partir pour arriver juste un peu plus loin que son point de départ, mais s'y rendre en passant par les reflets, par les errances et par les ombres, et surtout par soi-même.
On n'a besoin de presque rien pour ce voyage-là.
On n'a pas même besoin d'une péniche.
Une simple barque nous suffirait. 
On pourrait tout à fait ne pas partir du tout.
Rester à quai sur la péniche arrêtée au soleil, ou sur la barque immobile qui tangue un peu, trouver le ciel et les nuages dans leurs reflets qui passent.
Rester assis sur un banc du rivage, regarder danser sous le vent une petite vague traçant en cercle son long chemin toujours le même.
Et ainsi s'en aller loin, très loin, si loin que, là où l'on va, bien peu de ceux qui vont partout en avion, en train, en paquebot pourraient nous suivre.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Les voyages immobiles ne sont-ils pas ceux qui vous emmènent le plus loin ? Un beau texte comme toujours !
Répondre
J
Voilà un nomadisme qui me plaît. J'habite à proximité de la rivière Moselle, canalisée aux chalands et péniches de transport. J'aime les regarder passer dans leur nonchalance active, dans leur vie
étonnante. Je n'y vois que trop l'agitation de la mienne. Merci pour cet article Carole.
Jonas
Répondre
F
on peut tjs rêver à de grands voyages quand on se promène
Répondre
J
Comme tes paroles disent juste Carole. Mais je crois que ces voyages là ne sont pas accessibles à tous, malheureusement. ! Amitiés. Joëlle
Répondre
A
Les plus beaux voyages sont peut-être ceux que nous faisons en rêve, c'est la photo qui le dit et je t'ai suivie avec enthousiasme dans ce "voyage de rêve".
Répondre
J
Dès que j'ai vu cette péniche, je me suis dit déjà vue... mais oui, enfant derrière chez moi il y avait un terrain vague et ses carcasses de voiture, le rêve dès qu'on y montait gamin... papa
n'avait pas d'auto....
Répondre
L
Partir tout en restant...Partir.
Répondre
C


J'aime bien cette formulation circulaire : une définition...



E
Magnifique, Carole! Combien de voyages se sont faits à l'arrêt , dans un bateau échoué, une voiture au rebus, une charrette engrangée...... le rêve ainsi a pris forme et le voyag fut
merveilleux.Quel superbe cadeau que celui de savoir rêver. Bonne soirée , bisous
Répondre
C


Merci, Erato. Le rêve est, heureusement, notre bien commun.



N
Laisser ses rêves partir au gré du vent ou sur le dos d'une vaguelette pour voyager loin, au fond de soi...
Très belle image et pleine d'admiration aussi pour la poésie de tes textes Carole.
Merci à toi et belle soirée !
Répondre
C


Merci Nath, belle soirée à toi aussi !



M
il suffit parfois de peu de chose pour partir en voyage, une soudaine envie d'aller voir ailleurs...
Répondre
C


et il n'y a pas besoin d'aller très loin, juste un peu ailleurs.



E
j'aime bien ce voyage presque immobile... qui nous emmène si loin...
Répondre
C


C'est qu'on voyage d'abord en soi-même.



A
"marcher sans hâte"
"Glisser d'une écluse à l'autre"
"Rester à quai"
"Et ainsi s'en aller loin"

Je suis allée loin, ce soir, sans bouger et je te dis merci Carole.
Répondre
C


Merci alors de m'avoir accompagné dans ce voyage "autour de ma péniche" - pour reprendre le titre du "voyage autour de ma chambre" que tu connais peut-être (bien qu'on ne le lise plus beaucoup).



J
Un texte qui laisse la place au rêve... J'ai aimé ton voyage.
Merci
Répondre
C


Merci, Jackie, d'avoir un moment voyagé avec moi.



B
J'aime beaucoup cette photo qui invite à la rêverie du voyage !
Répondre
C


Ce sont les propriétaires de la péniche qui sont à féliciter, ils ont beaucoup d'humour, je trouve.



N
J'ai éclaté de rire en voyant la photo. Je me suis biensûr régalée à te lire. Et m'est venu un souvenir, d'une soirée au mouillage, dans un petit estuaire. Impossible d'apprécier la tranquille
poésie du lieu: les moustiques!
Répondre
C


A l'endroit où j'ai pris la photo, il n'y avait pas de moustiques... sinon... j'aurais écrit un autre texte. Mais ça viendra peut-être.



J
Pas faux Carole ! Pas faux.... Clin d'oeil de jill
Répondre
C


Clin d'oeil qui répond au précédent, Jill. Merci.



E
superbe ode à l'imagination..
Répondre
C


nos seuls vrais voyages se font par elle, non ?



D
Bonjour Carole

les mots voyagent au regard de celui qui sait.....

merci du partage
Danielle
Répondre
C


Merci, Danielle, à bientôt.



J
Bonjour Carole ! Les lieux que tu traverses t'inspirent de beaux textes, presque rien pour aller loin ma foi pas faux... Bonne continuation alors dans tes voyages... Jill
Répondre
C


Tu vois que "voituriner", cela peut devenir "cheminer" en "voiture" - ou en bateau -, si l'on veut...


Les chiens sont des sages, qui nous inspirent, et les réflexions s'enchevêtrent et s'emboîtent, d'un blog à l'autre.



Z
encore un texte bien évocateur....
sinon moi qui ne permets presque jamais d'agrandir mes images, j'avoue que j'aimerais bien mieux voir ces visages..
Répondre
C


Zadddie, je reviendrai sur les lieux pour voir si je ne peux pas m'approcher davantage. Mais ce ne sera pas immédiat, car je pars en vacances demain.