Juste avant le mot "FIN"

Publié le par Carole

santons.jpg
 
C'est un soir dans la ville. Un soir comme tous les autres. On passe dans la rue remplie de figurants et de décors banals.
Et soudain cette image sur l'écran qui tremblote. Une très vieille femme qui s'affaire à ranger. Juste avant le mot "FIN".
C'est un soir dans sa vie. Un soir pas comme les autres. Car c'est le dernier soir. La boutique est à vendre. La boutique est vendue.
La femme ne nous regarde pas. Elle a tant de travail. Toute une vie à trier à mettre dans son ordre. Santons vieillots figurines oubliées visages effacés. Et ces livres de comptes qui paraissaient si lourds mais qui tombent en poussière. Se hâter tout ranger dans les cartons sans fond de la mémoire qui flanche. Puis tirer le bilan comme un rideau de fer. Avant de refermer la porte.
Il vient toujours, ce soir-là, dans une vie - le soir, le dernier soir, si longtemps redouté, si longtemps attendu sur la pellicule un peu floue.
On tourne tant de films, et toujours ce mot "FIN" sur la dernière image.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aloysia 09/11/2014 19:19

Une belle réflexion qui n'est pas sans me rappeler le début du film "sous le figuier". Et une jolie photo, intrigante, sur laquelle on cherche quelque temps la femme avant de la trouver...

Carole 09/11/2014 21:03



J'ai pris plusieurs clichés pour obtenir cet effet. Je ne voulais pas qu'elle soit trop visible, justement, et surtout je voulais qu'on ne puisse pas la reconnaître. Universalité du sens + "droit
à l'image"...



mansfield 09/11/2014 11:56

Nous sommes tous scénaristes, dialoguistes et metteurs en scènes mais nous l'ignorons!

flipperine 09/11/2014 11:46

et que c'est triste de voir un magasin se fermer

Anne-Marie 09/11/2014 10:31

La vie est ainsi faite de ces "fins", petites morts en minuscules, morts dont on tire des enseignements,dont on renaît toujours...
Quand surviendra la mort en majuscule, le "carton sans fond" nous entraînera aussi dans le vide avec les restants dérisoires de ce que furent nos vies...

Quichottine 09/11/2014 10:25

C'est toujours émouvant...
Trier, ranger, ce n'est pas facile quand la vie est en jeu.

Passe une douce journée Carole. Merci pour ce très beau texte.

Michèle F. 09/11/2014 09:47

C'est étrange : j'ai fait ces jours derniers ce même tri dans mon ordinateur : très vieilles photos, musiques qui ont accompagné des moments importants de ma vie, des centaines de notes ou de bouts
de textes que j'avais oubliés, il me fallait rouvrir tous les documents pour savoir ce qu'il y avait dedans, et puis après, effacer, couper, ou sauvegarder... J'en avais la tête farcie mais,
naturellement, cela ne peut pas provoquer d'émotion chez les autres, il n'y a rien à voir, alors qu'évidemment, la photo parle tout de suite.... Mais un ordinateur personnel est une drôle de
boutique.

Alain 09/11/2014 09:24

Cette fin d'une période de vie, les joies, les peines, sont entrées dans le passé. Déjà, un renouveau se prépare qu'un espoir aperçoit, au loin, auréolé.
Lorsqu'il s'agira de la véritable fin, celle qui nous emportera, alors on pourra, peut-être, si on le peut, remercier la vie pour nous avoir permis d'exister un court instant. Et, disparaître sans
faire de bruit...

almanito 09/11/2014 09:22

Fabuleux spectacle qui n'autorise ni bis ni rappel, l'artiste tire sa révérence dans l'ombre de l'indifférence.

Tizef 09/11/2014 09:22

Un mariage étroit entre la photo et le texte, que je trouve splendide de simplicité et en même temps de profondeur ...
Merci

jill bill 09/11/2014 06:07

Juste avant la Noël, son dernier jour dans sa boutique, cette dame aux cheveux blancs a tenu tant qu'elle a pu... merci Carole... et heureure fin de vie aussi madame, jill