Villa Brimborion

Publié le par Carole

villa brimborion.psd
 
Fouillant parmi mes souvenirs de vacances, j'ai retrouvé cette photo. C'était, à D*** où nous ne devions passer qu'un après-midi, une maison charmante et inconnue, étroite et tarabiscotée comme un biscuit de Sèvres, qu'on s'apprêtait à démolir, sur le front de mer, pour la remplacer sans doute par un vaste immeuble de béton, aux balcons rationnellement distribués et aux baies largement ouvertes sur l'océan.
J'avais photographié rapidement la plaque de pierre usée, fêlée d'une large ride, sous la dure lumière qui accentuait les ombres. Je savais que je ne la reverrais jamais.
C'était le plein été, le chèvrefeuille fleurissait rouge, le ciel grandissait bleu - la villa Brimborion se mourait comme une vieille belle, dans ses parfums et ses bijoux.
 
Et aujourd'hui, fouillant parmi mes souvenirs fanés, tandis qu'en plein vent de novembre l'automne m'étreint de ses bras de grisaille, de ses mains de cisailles - comme elle me semble précieuse, comme elle me semble belle et vivante, cette villa d'un autre âge où jamais je ne suis entrée, et qu'étrangle déjà, là-bas, la griffe des bulldozers.
Car il n'y a rien, peut-être, de plus précieux, quand tout a disparu, que ces brimborions fragiles, babioles et bibelots du temps perdu, que le hasard, ce beau flâneur, absurde et généreux, offre à notre mémoire - en souvenir. 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Et c'est de tous ces brimborions que nous emplissons notre vie pour qu'un jour ils aillent passer une étape suivante de la leur à la devanture de l'antiquaire que vous nous avez présenté le 30
octobre dernier ...
Répondre
C


Vous avez raison, les sujets ne se suivent pas "par hasard" - je ne m'en rends pas toujours compte clairement.



S
Le pouvoir d'une photo retrouvée, le tien de restituer en quelques mots ce lieu prégnant de souvenirs. Cela aurait pu être une frustration que de ne pas avoir ouvert sa porte mais cela a parfumé
pour longtemps ta mémoire. A bientôt. Suzâme
Répondre
C


Merci, Suzâme. J'aime bien les portes fermées, elles s'ouvrent sur l'imaginaire.



T
Certaines bâtisses sont attachantes sans aucune raison particulière si ce n'est d'attirer notre regard

Bon et doux Lundi CAROLE
Bisous
timilo
Répondre
C


Oui, et c'est toujours un plaisir de rêver qu'on pourrait y vivre. Merci, Timilo.



A
Jamais on ne reverra ces "chères vieilles choses" et leur charme ne sera jamais remplacé par les "petites boites" de béton.
Répondre
C


Il n'y en a plus beaucoup, de ces belles villas. Je les photographie souvent, comme on photographie ce qui va disparaître.



E
J'aime le nom de cette maison.Et je suis sûre que la connotation n'est pas la même autrefois et maintenant.Si les propriétaires l'ont baptisée " babiole" , c'est avec amour et maintenant cette "
bricole" est bonne à démolir!
La vie se joue sur le sens des mots!
Belle soirée Carole
Répondre
C


Belle analyse, Erato, merci !



L
Une description de très grande qualité, bel hommage à ce vestige menacé...
Répondre
C


Merci, Louv'. A bientôt.



M
Un beau souvenir et une marque du temps dans les mémoires, fragile et pourtant tenace. La photographie, une bien belle invention! Merci Carole
Répondre
C


La photographie, je crois, a profondément changé notre rapport au passé, au "souvenir", en brouillant les frontières entre images mentales et images imprimées.



N
Brimborion. Tu me rappelles les promenades en famille, nous amusant des noms donnés aux villas de bord de mer. Parfois, comme ici sans doute, un nom modeste pour une belle propriété!
Répondre
C


Tout à fait. En bord de mer on voit beaucoup de ces "brimborions" en réalité coûteux. Mais de peu de prix aujourd'hui pour les promoteurs ?



V
Une belle histoire, un joli poème en prose puisque même parfois reviennent des assonances... Toujours un beau sujet élégamment traité, avec une fin qui laisse à rêver.
Répondre
C


Merci, Valentine. C'était un rêve d'été en hiver.



@
Merci de ta réponse
@.
Répondre
C
Toujours aussi beau et touchant ce texte un vrai travail d'orfèvre
Répondre
C


Merci Christian, à bientôt. J'ai beaucoup de retard, excusez m'en.



@
Une villa qui aura certainement laissé des souvenirs dans son quartier !
Ce nom "Brimborio" voulait-il dire quelque chose ?
Bon weekend,
@nnie
Répondre
C


Le nom exact est  "Brimborion", un mot un peu passé de mode qui signifie "babiole, objet sans valeur".


D'où mon dernier paragraphe...



J
Avec du petit on va faire du grand, rentable... Avec moins de charme sans doute... Merci Carole !
Répondre
C


Comme toujours... Les époques se succèdent...



J
Même scénario vécu ces derniers temps avec une maison ocre du sud de la France.Depuis sa disparition, la circulation est plus aisée mais comme elle me manque ! Bises. Joëlle
Répondre
C


On ne devrait jamais détruire ces "Brimborions" qui font la vie précieuse... Merci, Joëlle.



G
En hiver ou tout du moins lorsque le temps n'y est pas, on plonge dans la boite à souvenirs
Répondre
C


Oui, et c'est toujours plus intense. Le temps est un plus grand artiste que nous, bien souvent.