Vieux couple

Publié le par Carole

 

chaises - vieux couple.psd-copie-1
 
Deux vieilles chaises attachées l’une à l’autre
démodées, oubliées,
silencieuses, un peu raides.
Deux vieilles chaises attendant sur la rive,
si serrées, prisonnières,
mais à deux dans ce monde
solitaire.
 
Tournant résolument le dos au fleuve
qui s’en va tout là-bas
et ne reviendra pas,
deux vieilles chaises appuyées l’une à l’autre
bancales et fatiguées,
mais à deux sur le bord
du chemin.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
un peu plus encombrant que les cadenas d'amour...mais tellement plus poétique.
Répondre
C


Un "emprisonnement" consenti dans les deux cas.



R
Métaphore d'un vieux couple, je retiens. Replié sur lui-même, je retiens. Isolé, je retiens.
Mais pas dans le sens négatif où vous employez ces termes, Carole ...

Je préfère voir ces deux-là isolés volontairement, volontairement repliés sur eux-mêmes pour profiter, les yeux dans les yeux, dans la nature qui les a vus heureux, au bord de ce cours d'eau, Vie
qui s'écoule, du bonheur d'être encore ensemble, d'être toujours, si pas plus profondément, amoureux après autant d'années ...

Sous cette pluie qui nous écrase en Belgique, ce sera mon interprétation ensoleillée du jour ...
Répondre
C


Oui, j'avais essayé d'insister sur l'importance du mot "deux". Je pense comme vous que cela finit par devenir l'essentiel.



N
Comme si d'un vieux couple, resté uni dans la mort même, on n'avait pas voulu que leurs chaises, après eux, ne soient séparées.
Répondre
F
Tendrement enlacées, elles attendent un couple d'humains qui va venir poser séant et se chuchoter quelques fadaises en regardant les passants sans se soucier de l'autre rive!! BISOUS FAN
Répondre
G
deux anciennes du barreau en retraite
Répondre
C


amusant !



H
Je suis attristé par la position de ces deux chaises qui se trouve en fin de vie.
Répondre
C


Oui, ce qui m'a frappée c'est bien qu'elles tournent le dos au paysage. Repliées sur elles-mêmes, sur le couple qu'elles forment, comme bien des vieux isolés.



C
Un couple ayant l'habitude de s'asseoir là a décidé d'y laisser les chaises pour les prochaines fois. À un autre moment, tu aurais pu voir les chaises libérées, occupées par le couple, néanmoins
toujours aussi serrées.
Répondre
C


Un hypothèse intéressante. Mais je ne sais pas à qui appartiennent ces chaises, en fait.



A
Très touchantes, ces deux chaises reliées l'une à l'autre pour que nul ne les sépare. Vieillir à deux en se serrant les coudes..
Répondre
C
D'antiques chaises pour Philémon et Baucis.
Répondre
J
Chaque objet a son histoire, réelle pour ses propriétaires, imaginaire pour ceux qui le découvre. Je joue à Hercule Poirot, à Rouletabille, Sherlock Holmes..., basant mon raisonnement sur
l'utilisation du temps du dimanche d'un vieil ouvrier jardinier travaillant avec mon grand-père: tous les dimanches, sa femme et lui emportaient deux chaises, s'installaient le long de la rivière
Ourthe qui traverse notamment la ville la plus touristique des ardennes belges: Durbuy. Ils regardaient les passantes et les passants puis, l'heure du dîner arrivée, ils rentraient chez eux,
emportant leurs chaises. Sur cette photo de Carole, à la loupe (Sherlock...) on peut voir que non seulement les chaises sont reliées entre elles mais aussi qu'elles sont attachées au parapet. On
peut logiquement imaginer que les deux personnes qui les utilisent ne sont plus du premier âge (le design des chaises ne correspond d'ailleurs pas aux normes du XXIè siècle) et que, lassés de
transporter leurs meubles, ils ont décidé de les laisser "à demeure". Combien de vélocipèdes ne voit-on pas attachés aux arbres, aux grilles?
Répondre
C


Je retiens le petit récit. Je ne sais pas du tout à qui sont les chaises, mais en les voyant j'ai immédiatement pensé à deux "vieux", à ce "vieux couple" dont j'ai parlé. Et ce qui m'a frappée
est qu'elles tournent le dos au fleuve.



J
Comme pour empêcher de se foutre à l'eau... sais t-on ce qui se passe dans la tête d'une chaise ! Merci Carole
Répondre
C


Oh là, pauvres chaises solitaires !



Z
j'imagine le chagrin de celui qui s'en est séparé...malgré son attachement manifeste..
Répondre