Uniques

Publié le par Carole

enfant-mur-2-rue-de-l-ecluse.jpg
Nantes - papier collé sur un mur, rue de l'Ecluse 
 
Uniquement des enfants uniques, uniquement des humains uniques
 
 
J'ai connu une mère qui disait sans cesse : "mon fils...", allongeant l'adjectif possessif, comme d'une caresse, d'un sourire, peut-être même d'un léger reproche, adressés à l'enfant unique qu'elle aimait tant, et qu'elle semblait, dans ce mot, faire venir tout entier à elle, comme au jour lointain de sa naissance.
"Mon fils..." Elle le disait à tout propos, elle ne semblait pas pouvoir se lasser de parler de cet enfant. Elle n'en avait qu'un et il était le sien.
Mon fils - Et l'enfant ne se perdrait pas dans la forêt ombreuse qui menace, loin des mères, tous les enfants de ce monde incertain. Souriante elle veillait.
"Mon fils...", et elle le mettait de nouveau au monde, parlant de lui à tant d'inconnus qui auraient pu, ignorant tout de lui, lui dénier ce miracle qu'était son existence.
"Mon fils..."
 
Et, c'était extraordinaire, en une même journée son fils trouvait le moyen de se marier, de divorcer, de perdre un emploi, d'obtenir une promotion, de tomber malade, de s'inscrire à un club de judo, et, pourvu d'un don d'ubiquité véritablement unique en effet, de se rendre à Paris, à Lyon, à Singapour, à Nantes, à la crèche, chez le dentiste, en voyage d'affaires, ou à l'université.
J'ai fini par comprendre qu'elle avait sept enfants - sept garçons, dont deux qu'elle avait adoptés - tous siens, et, surtout, tous uniques.
 
Je n'ai que trois enfants, mais je lui ressemble beaucoup. Moi, bien d'autres, toutes peut-être... comme nous lui ressemblons...
Car il n'y a que des enfants uniques.

Publié dans Fables

Commenter cet article

Anne L S 25/03/2012 19:03

Je l'ai regardé longtemps cet enfant qui semblait désolé, puis j'ai deviné son sourire dans la tendresse d'une mère. Chaque être est unique et c'est une grande richesse, une grande joie que de
porter attention à chacun. Merci Carole pour ton profond regard !

Carole Chollet-Buisson 25/03/2012 22:05



Et merci à toi d'avoir fait ce chemin, de regard en regard.


Carole



Nath 21/03/2012 16:44

Nos enfants sont uniques... comme leurs parents, comme nos parents, comme nous, comme toi et tes très pertinentes réflexions ! Belle soirée Carole !

Carole Chollet-Buisson 21/03/2012 19:03



uniquement des êtres uniques : mais on ne s'en souvient pas toujours, et il est bon de le rappeler.


Bonne soirée à toi aussi, Nath.



greg 20/03/2012 12:23

Bonjour,

J'aime beaucoup cette photographie, la texture du mur, le papier collé puis les ombres créent un ensemble graphique en surimpression des plus intérêssants.

Si j'avais une critique à émettre c'est sur l'arc de cercle rouge.
Il n'est pas assez présent selon moi pour donner un plus à l'image et donc trop présent en tant qu'élément perturbant.

Peut-être aurais-tu gagné en richesse graphique en lui donnant plus d'importance.

Bref, j'aime beaucoup cette photographie.

Carole Chollet-Buisson 20/03/2012 13:24



Bonjour Greg,


Ta critique est judicieuse, mais pour recadrer cette photo j'ai rencontré deux problèmes :


-avec un recadrage serré sur l'enfant, on ne comprenait plus qu'il s'agissait d'une image collée sur un mur, on avait l'impression d'un sol. 


-sans recadrage, sur la photo d'origine, on avait un bel arc rouge complet, mais aussi, en grosses lettres, les mots PARU VENDU : tu te doutes que cela ne m'arrangeait pas.


Restait bien sûr la solution du tampon photoshop, mais en principe je ne l'utilise pas pour des modifications importantes, car je ne veux pas truquer mes photos (ou alors si je le fais, je le
rends très visible au contraire). Il est important pour moi de choisir nettement entre partir du réel ou partir de l'imaginaire.


J'ai donc recadré ainsi, avec l'idée aussi qu'un peu de rouge s'accorderait au sens du texte.


Merci de tes observations auxquelles je vais continuer à réfléchir. Je verrai si je peux trouver d'autres solutions ou non.


Bonne journée, Greg.


 



Jean-Claude 19/03/2012 23:18

Vous ne m'en voudrez pas, je l'espère, d'avoir cité telle quelle cette belle phrase de réponse en introduction à mon article de ce jour ...

Carole Chollet-Buisson 19/03/2012 23:29



Non, j'en suis au contraire très heureuse !


Merci, Jean-Claude.



JcVincent 19/03/2012 21:15

C'est certain : il n'y a que des enfants uniques.
Que des enfants irremplaçables.

Carole Chollet-Buisson 19/03/2012 22:01



uniquement des enfants uniques, uniquement des humains uniques.


Bonne soirée.



Gérard Méry 19/03/2012 09:43

En regardant bien la photo de l'enfant, il s'agit d'un cliché d'un photographe très connu aujourd'hui disparu. Je cherche son nom en vain.

Carole Chollet-Buisson 19/03/2012 12:26



Je le crois aussi, car c'est une photo ancienne et très belle. J'ai cherché du côté de Doisneau, sans trouver.


 



joelle.colomar.over-blog.com 19/03/2012 08:00

Ton texte me ravit. Quelle mère ne s'y retrouverait pas ! Mais ces enfants ..uniques nous sont seulement prêtés, ils appartiennent à la VIE et le possessif devient alors déplacé ! Belle journée
Carole. Joëlle

Carole Chollet-Buisson 19/03/2012 12:43



Je suis d'accord avec toi ! Et c'est bien pour cela que j'ai fait aller le texte de "siens" à "uniques"


- mot qui ne peut s'appliquer qu'à un individu, un être autonome.


Belle journée à toi aussi, Joëlle !



Gérard Méry 18/03/2012 23:51

J'ai omis de te dire que j'aimais cette photo qui nous montre un enfant (unique) dans une cour d'école

Carole Chollet-Buisson 19/03/2012 07:28



Merci, cela me fait vraiment plaisir, de ta part !


Il s'agit d'un morceau de papier représentant une photo d'enfant (dans une cour d'école), qui a été découpé et collé contre un mur, non loin de l'Ecole des Beaux arts - une autre école, où
l'auteur de cette farce poétique est certainement étudiant...



Gérard Méry 18/03/2012 23:49

Comme tu as raison, les enfants qu'ils soient seuls ou avec frères et soeurs sont uniques bien entendu. J'ai uniquement une fille et un garçon..si j'ose dire. Bon début de semaine Carole.

Carole Chollet-Buisson 19/03/2012 07:25



Bon début de semaine à toi aussi, Gérard.



Erato :0059: 18/03/2012 22:09

J'adore ta photo. Ton texte est magnifique .... oui, nous n'avons que des enfants uniques à qui nous donnons tout l'amour possible et dont nous sommes fières! Douce soirée, bises Carole

Carole Chollet-Buisson 18/03/2012 22:18



Bises à toi aussi, Erato ! Et à tes enfants, tous uniques !



Voilier 18/03/2012 19:20

Bonsoir Carole, j'aime beaucoup tout ce que j'ai lu ici (c'est ici que je laisse mon commentaire, mais j'ai passé du temps avec plusieurs de tes textes) tout en sensibilité, en Humanité... très
touché.
Je reviendrai :)))
Voilier

Carole Chollet-Buisson 18/03/2012 19:23



Merci, "Voilier", je reviendrai chez toi aussi, car je m'y suis sentie bien, dans un univers proche du mien. Alors, à bientôt ! 


Carole



Nounedeb 18/03/2012 17:55

Belle histoire. Et au delà des enfants, chaque individu est unique. Et j'ai un fils. Unique.

Carole Chollet-Buisson 18/03/2012 18:02



Unique, exactement. Humain signifie cela : unique. Les mères le savent mieux que les autres, c'est tout. Si tous le comprenaient, il n'y aurait ni guerre ni oppression, ni aucune souffrance
évitable.


Amitiés, Nounedeb.



MARIE 18/03/2012 15:20

Je disais "mères juive" car on les dit excessives avec leurs fils, ma mère est ainsi avec notre frère unique et ma soeur fait de même avec son fils pour se moquer gentiment ;)

mais c'est bien qu'un enfant soit "unique" même dans une grande fratrie...

Carole Chollet-Buisson 18/03/2012 15:31



C'est bien ainsi que je l'avais compris. 


Mais qu'un enfant soit "unique" pour de bon, c'est bien en effet, car cela rappelle à tous que tout enfant est "unique" (en un autre sens, le "vrai").


A bientôt, Marie,


Carole



MARIE 18/03/2012 14:10

C'était une mère juive... mon fils, qu'il est beau !
ma mère et ma soeur sont pareil, moi je n'ai qu'une fille :)

Carole Chollet-Buisson 18/03/2012 14:27



C'est à une de mes collègues que j'ai pensé, j'ignore ses origines, mais, comme je l'ai écrit, juives ou non, nous sommes toutes pareilles, la religion ou la culture d'origine n'y fait rien, même
si peut-être elle encourage ou réprime certains comportements.


Si tu n'as qu'une fille, alors elle est sans doute pour toi plus qu'unique !