Une vieille bête

Publié le par Carole

bete-eglise-1.jpg.psd.jpg
            Eglise de Selommes - Loir-et-Cher 
 
 
J'ai beaucoup d'affection pour cette vieille bête qui garde, près du saint qu'on ne reconnaît plus, le portail de la petite église.
Elle a des yeux usés qui s'ouvrent au grand soleil et qui pleurent sous la pluie, et les traits assombris de ceux qui ont vécu.
Elle n'a plus de gueule que ce qu'il en faut pour sourire ou gémir, et sa mâchoire emportée ne nous mordra jamais.
La saponaire grandit confiante près de son front qu'éclaire le lichen. Ses oreilles pointues entendent tout ce que nous disons - même ce que nous n'osons qu'à peine chuchoter dans nos coeurs. Et toujours elles pardonnent.
Un sculpteur de village l'a taillée autrefois dans un bloc arraché aux coteaux du Loir. Non un sculpteur de cathédrales ou de châteaux, mais un simple, un modeste, un de ceux qui passaient de chantier en chantier pour orner les églises des humbles et les manoirs de Sigognac, et qui dormaient le soir dans la paille des granges.
C'est lui qui lui a fait , de ses mains de brave homme, de son burin de paysan-maçon, ces yeux tendres de bête douce, ce bon museau de chien fidèle, ce visage de sable usé comme le lit de la Houzée. Cet air qu'elle a, auprès du saint presque effacé à la bouche revêche, d'être la bête et la hideur, l'objet de tout mépris, et cependant de ne pouvoir qu'aimer.

Publié dans Le village : Selommes

Commenter cet article

Cendrine 24/07/2012 16:45

J'aime tant ces êtres façonnés dans la pierre et cet hommage rendu à une vieille bête m'enchante au plus haut point... Elle témoigne de tant de siècles écoulés et elle garde la clef des
secrets.
Merci pour ce magnifique moment.
Bises ensoleillées
Cendrine

Carole 24/07/2012 20:47



Cette bête sait tout de nous, je crois.


Merci, Cendrine, profite bien du soleil toi aussi pour te remettre.



Hélène Carle 23/07/2012 19:57

Une douce bête et une plante, qui semble l'imiter, la main sur sa tête pour signifier son amitié.

J'aime cette image vivante!

Hélène*

Carole 24/07/2012 00:45



C'est la petite église qui m'a donné l'image. Je n'ai fait que regarder.



mansfield 23/07/2012 18:14

tu décris tout, le rôle de l'oeuvre dans le paysage, celui de l'artiste et de son travail, celui de la pierre que tu charges d'âme. Le nôtre alors est d'apprécier l'harmonie du tout.

Carole 24/07/2012 00:31



Merci, Mansfield, pour ce commentaire qui me plaît beaucoup.



emma 23/07/2012 17:33

tu fais vivre et parler les pierres, bien bellement. Où était le saint dont tu parles plusieurs fois, au dessus ?

Carole 23/07/2012 23:59



Le saint... c'est pour demain...  il est à la droite de la bête. Alors j'ai décidé que deux articles se feraient pendant, comme ces deux-là au portail de l'église.



Nounedeb 23/07/2012 17:25

Cette hure - car j'y vois pour ma part un sanglier - frustre et vivante, te permet d'évoquer avec une empathie qui me plait beaucoup, le tailleur de pierre dans son quotidien.

Carole 23/07/2012 23:57



Je retiens ton interprétation : la hure me convient, je la glisse dans le texte "jumeau" sur le "saint"...



zadddie 23/07/2012 12:38

moi, je crois reconnaitre une tête de porc...

Carole 23/07/2012 15:56



Vraiment, je ne sais pas. C'est pourquoi j'ai dit "la bête" (en pensant aussi à Cocteau)



Suzâme 23/07/2012 10:53

Tes lignes si bellement descriptives me donnent envie de te lire chaque jour. Peut-être as-tu édité ou te prépares-tu à le faire... Je verrais ton recueil soit avec des gravures pour leurs détails
soit avec des aquarelles plus estompées... Les photos parlent déjà. A bientôt. Suzâme

Carole 23/07/2012 16:01



Je prépare un petit album à destination familiale et amicale, il serait exagéré de parler d'édition, mais j'ai pensé comme toi à associer une ou deux aquarelles aux photos.


Merci, Suzâme, pour ton conseil qui m'a beaucoup intéressée.



Catheau 23/07/2012 08:51

Sur les gisants les lévriers des seigneurs ; ici, l'humble emblème d'un artisan. La même fidélité.

Carole 23/07/2012 15:58



Oui, fidélité de la "gardienne", sur le mur de l'église qui représente les forces du bien et du mal, du beau et du laid dans leur équilibre divin. Et la "bête" a une douceur que je trouve divine.



jill bill 23/07/2012 07:29

Bonjour Carole, difficile d'y voir un chien ou un loup... mais vrai que cette bête a du vécu... et des yeux si tristes de voir les églises sonner creux... Merci !

Carole 23/07/2012 19:01



Tu as raison : l'église est fermée presque tous les jours maintenant.



Miche 23/07/2012 04:51

Cette pierre est vivante...

Carole 23/07/2012 15:55



Il me semble que oui... j'ai toujours l'impression que la "bête" regarde et écoute avec bonté les habitants du village, en bas.