Une ombre sur le mur

Publié le par Carole

ouvrier---ombre---Graslin.jpg
 
   Je croyais achevée la restauration de notre vieil opéra Graslin... Mais il paraît qu'on n'a pas tout à fait fini de le remaquiller. Debout sur sa nacelle, un ouvrier travaillait hier à masquer de blanc les joints de ciment des colonnes. Et son ombre avec lui travaillait sur le mur, juste au-dessous du nom prestigieux de Crucy - l'architecte des Lumières qui nous légua le fameux monument aux huit Muses.
   La nacelle avançait, le pinceau besognait, l'ombre peinait comme elle aurait dansé, suspendue au soleil qui frappait la façade.
 
   Il n'était pas de ceux dont on retient le nom, celui qui devant nous travaillait comme une ombre.
   Mais sa silhouette obscure imprimait sur le mur la belle forme humaine, unique et si vivante, des armées d'ouvriers qui bâtissent en ce monde les monuments, les gloires, et les réputations.
  Funambule laborieux, il nous peignait là-haut, étiré comme un fil au bord de son pinceau, le geste universel du grand effort humain qui se trace dans l'ombre.
 

Publié dans Nantes

Commenter cet article

nanegrub 11/10/2014 03:07

Travailleur de l'ombre en pleine lumière...
Superbes, l'article et la photo.

Michèle F. 06/10/2014 13:12

"une mauvaise vue vue n'empêche pas de voir" : je souscris. Je suis myope, pas myope myope, mais myope quand même. J'ai toujours soutenu que je voyais mieux que les autres parce que j'étais obligée
d'y regarder de plus près...

Carole 06/10/2014 23:11



Ce n'est pas une archi-myope qui vous contredira ! Au moins, la myopie donne le sens du détail (forcément...)



flipperine 04/10/2014 16:22

un travail pas évident et il ne faut pas avoir le vertige

zadddie 03/10/2014 23:31

allez savoir pourquoi je pense au profil de Hitchcok...Les magiciens ne se montrent pas je crois

Cendrine 03/10/2014 01:12

Magnifique évocation de cette ombre laborieuse, sublimée par la lumière d'or!
Bises amicales, je te souhaite une belle nuit
Cendrine

Carole 05/10/2014 00:26



Merci Cendrine ! Tes visites sont toujours un bonheur pour moi.



mansfield 02/10/2014 19:23

Une photo vraiment parlante, et que tu fais merveilleusement bien parler, à quelques jours de la nuit blanche, une belle illustration!

almanito 02/10/2014 17:13

Sans ces petites ombres fugitives, aucun "Crucy" ne serait possible. C'est bien que cette silhouette reste gravée, pour une fois, juste sous le nom prestigieux grâce à ta photo.

eva 02/10/2014 11:28

Ton billet me touche car je pense toujours ainsi lorsque je vois des ouvriers sur un échafaudage...

Gérard 02/10/2014 11:24

Bien vu, nous sommes dans les silhouettes aujourd'hui

Michèle F. 02/10/2014 10:28

Je les regarde parfois ces travailleurs de l'ombre, qu'ils soient ombres ou silhouettes haut perchées, peintres, laveurs de carreaux ou je ne sais quoi encore, et j'en ressens à la fois admiration
et effroi.... La photo saisie en dit aussi long que le texte....

Aloysia 02/10/2014 09:55

Magnifique ! Quel beau texte !... Merci Carole encore une fois, cette ombre est grandiose sous ta plume (et bien photographiée).

JC 02/10/2014 09:35

Bonjour Carole,
ton texte me fait pensé aux ouvriers que j'ai vus mardi matin, reprenant le travail dans des chantiers dévastés par les inondations. Il n'avaient pas l'air accablés, mais très motivés. Tu as raison
de leur rendre hommage. Amitiés. Joëlle

oups 02/10/2014 09:30

Elle a une excellente vue...."notre" Carole....

Carole 05/10/2014 01:04



Excellente vue... certes non, hélas, mais une mauvaise vue n'empêche pas toujours de "voir". 



Anne-Marie 02/10/2014 09:08

Car, dans l'ombre, discrètement se cachent aussi de bien jolies choses qui méritent de temps en temps d'être mises dans la lumière, comme tu le fais...

Richard LEJEUNE 02/10/2014 08:58

Magnifique !!

Et la photo et la réflexion ...


Donc, magnifiquesssss !

Catheau 02/10/2014 08:30

Comme l'ombre anonyme d'un bâtisseur de cathédrale : un bel instant fugitif.

jill bill 02/10/2014 00:58

Eh oui, il y les architectes et puis l'ouvrier qui exécute... dans l'ombre, lui sans nom et pourtant méritant aussi, merci Carole