Architecte des ombres

Publié le par Carole

 ombre réverbère
 
 
    L'ombre souple, inclinée comme une fleur au bras du jour, posait tant de lumière sur le mur que je me suis arrêtée, éblouie. Le réverbère s'était uni au ciment lisse et nu, au bois grossièrement cloué, et, ensemble, par la grâce de l'ombre, ils étaient devenus cette épure - cette fleur dans ce vase, cette souple aiguille de cadran solaire emportée dans sa ronde. Le bâtiment banal en avait été transfiguré.
   Et j'ai rêvé d'un architecte nouveau, qui saurait bâtir avec les ombres. Qui non seulement penserait le bâtiment, mais penserait aussi le jeu compliqué des ombres se posant sur ce bâtiment. Qui songerait à disposer les poteaux et les arbres, le flot des voitures et celui des passants, chaque grille, chaque banc, chaque haie, chaque fleur, et jusqu'à chaque brin d'herbe de la rue, assez habilement pour que chaque muraille, à chaque instant redessinée de silhouettes mouvantes, soit enfin cet écran où s'inscrirait le monde en jeu d'ombres chinoises.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Le soleil, bel architecte rêveur...
Répondre
A
Cet architecte n'existe pas, je le crains! Mais qu'importe puisque tu prends sa place chaque jour, tu déniches ce que d'autres regards ne voient pas, et tu nous l'offres en mots et en images.Des
images que toi seule a vues tandis que se presse le monde indifférent; et nous recueillons cette fleur penchée, ce cadran solaire, sachant qu'ils sont éphémères, surgis de l'ombre passagère comme
un petit miracle et retournant bientôt à l'ombre définitive. Merci, chère Carole, de nous faire voyager en poésie!
Lorraine
Répondre
C


Merci Lorraine, c'est si gentil et si beau aussi, ce que tu m'écris là !



G
Une composition intéressante et créative
Répondre
N
Reflets; ombres. Tu nous montres la beauté fugitive que l'on peut voir n'importe où. Jacques Tati l'a fait ainsi, avec son humour décalé.
Répondre
N
Très belle réflexion autour de cette image inédite que les architectes travaillant les ombres... pendant de la lumière... Toujours autant de recherche et de délicatesse... J'aime...
Répondre
Z
magnifique en effet
Répondre
M
Un monde dedans le monde, jeux d'ombres, jeux d'écriture, une même démarche! Merci Carole
Répondre
E
or c'est un opéra de silence qui se joue sur le fond de la caverne de Platon pour des enchainés au banc public d'où tu prends la photo
Répondre
C


Prise en marchant, "au passage", comme d'habitude. Opéra de silence, voilà une expression qui me convient.



A
Un architecte poète et plus jamais caché derrière un ordinateur capable de regarder et de faire entrer dans ses projets cette "dimension" supplémentaire
Répondre
C


Un rêve, bien sûr, pour réapprendre à "lire" ce qui nous entoure.



A
Un décor et un rêve différent pour chaque heure de la journée, dessinés par le mystère des ombres..
Répondre
C


Oui, le rêve avancerait avec le décor d'ombres.



J
Le soleil est bon architecte.... il suffit de regarder comme toi tu le fais, merci...
Répondre
C


Le meilleur d'entre eux, ce soleil.