Une fleur pour Elisa - réédition

Publié le par Carole

Il paraît qu'on vient de vendre chez Drouot un manuscrit d'Elisa Mercoeur.
 
210 pages adjugées à 700 euros. Au moins...
Je me demande combien cela ferait, en vieux francs romantiques de naïve poétesse ?
Pauvre Elisa.
On se souvient si rarement d'elle qu'il m'a semblé que je pouvais bien, que même je devrais, aujourd'hui qu'elle est un peu de vente, ressusciter le petit texte que je lui avais consacré en 2013.
Alors voici... Cela s'appelait "Une fleur pour Elisa"...
 
***
 
 fontaine-mercoeur.jpg
 
   Cette photo toute grise et perlée de pluie est la dernière que j'aie prise d'Elisa.
   Elisa, c'est ainsi que j'avais appelé cette danseuse faite au tour des "Nanas" de Niki de Saint-Phalle - qui s'élançait, face au château, dans le square Elisa Mercoeur, au sommet de la belle fontaine qu'on vient de démolir pour laisser place à l'un de ces grands miroirs d'eau si à la mode en ce moment - sans doute parce que les villes d'aujourd'hui aiment mirer leurs gloires anciennes sur les cieux désormais obscurcis qui tracent en longs nuages l'avenir qui déchante.
   Je la trouvais si émouvante, ma danseuse, si proche de la véritable Elisa, avec sa façon d'être nue, d'être forte et fragile, tout en haut suspendue, et d'attendre la chute.
 
   Elisa Mercoeur... vous ne la connaissez pas ? Qui la connaît ? Même ici, dans sa ville natale, elle n'est plus rien qu'un nom, elle qui pourtant n'eut jamais de nom véritable.
  Car ce fut tout d'abord une Cosette, cette Elisa. Elle commença sa vie à l'Hospice des Enfants trouvés, non loin du cimetière, dans l'ancienne rue des Orphelins. C'était en juin 1809. Le papier bleu épinglé sur les langes disait que l'enfant s'appelait Elisa, mais ne mentionnait évidemment aucun nom de famille. Le commissaire qui enregistra l'abandon, touché par le petit billet tremblant rédigé par la pauvre mère au coeur déchiré, où elle disait son espérance de retrouver plus tard l'enfant, décida en poète de l'appeler Elisa Mercoeur - du nom d'un héros local, et d'une vieille rue de la ville. Et ce fut peut-être - qui sait ? - cet étrange baptême qui décida du destin de l'enfant.
    Deux ans plus tard, sa mère, qui s'appelait en fait Adélaïde Aumand, saisie de regret, vint en effet chercher son Elisa. Elle s'était enfin résolue, pour son enfant qu'elle n'avait cessé d'aimer, à affronter son sort de fille-mère, abandonnée de sa famille qui se disait respectable, travaillant sans relâche à de très humbles travaux de couture.
    Adorée de sa mère solitaire, la petite Elisa grandit, s'instruisit, s'appliqua, devint remarquable. On s'émerveillait de son savoir, de ses capacités, de son talent poétique, qu'on appelait génie. On l'applaudissait dans les colonnes des journaux locaux, on lui écrivit même de Toulouse pour la convier aux Jeux floraux.
    Elle en conçut de l'orgueil. Quoique femme, provinciale, enfant illégitime, et très pauvre, Elisa voulut devenir poète. Son courage était sans failles, ses illusions sans limites. Quelques Nantais qui l'aimaient se cotisèrent, et elle partit un beau matin, avec sa mère au coeur tendre, pour Paris, capitale des poètes. Là-bas, elle parvint à rencontrer Chateaubriand, qui la trouva charmante, et qui l'encouragea, la présenta un peu. Lamartine l'admira un moment, elle fit un tour de valse au bras d'Alexandre Dumas et fut même, dit-on, aperçue du très jeune Baudelaire. Ses oeuvres parurent dans des revues qui s'appelaient Le Voleur, la Muse française, Le Globe ou la Revue des deux Mondes. Elle crut avoir vaincu. Elle était perdue.
    Car la Misère n'aime pas qu'on décide à sa place. Un soir d'hiver, Elisa rentrait en robe de bal dans la mansarde où elle logeait avec sa mère, quand la Vieille Garce l'arrêta ; elle arracha les camélias du corsage, déchira les rubans, piétina les volants, et de sa main sèche et glacée serra ce coeur rêveur qui avait, sans la moindre autorisation des puissances qui décident du sort des humains, battu d'espoir et d'ambition. C'était la loi, l'inexorable loi. Elisa mourut bientôt, d'indigence, d'oubli, de phtisie galopante. On la coucha toute blanche au Père-Lachaise. Elle avait vingt-cinq ans.
     - Le pendant féminin d'Aloysius Bertrand, en somme ?
    - Si vous voulez. Un peu aussi du Millevoye à pas lents, et un brin de Chénier, car elle avait quelque chose là, sous son front bombé de belle plante.
   Seulement Elisa n'était pas un grand écrivain : elle avait eu l'immense courage de défier le destin, mais, sans doute épuisée par la terrible lutte, elle n'avait jamais pu trouver l'autre courage, le courage des grands artistes, le seul qui vaille, le courage surhumain de braver les lieux communs et les facilités de son époque. Ce n'était qu'un petit camélia romantique, joli mais frêle et bientôt fané comme du Lamartine.
   Sa mère au grand coeur de vestale leva une souscription pour faire éditer ses oeuvres en trois volumes épais.
    Et puis on l'oublia.
  En 1909, les érudits de la Société Académique de Loire-Atlantique, qui manquaient de gloires locales à célébrer, se ressouvinrent brièvement de ses titres au renom, un médaillon fut commandé au sculpteur de Boishéraud, alors fameux, et scellé sur le mur du Jardin des Plantes - hommage à cette fleur poussée sur le terreau nantais.
 
elisa mercoeur
 
    Dans la dernière moitié du dernier siècle on repensa encore brièvement à elle - ou plutôt à son nom, puisque déjà elle n'était plus qu'un nom - pour baptiser le petit parc aujourd'hui dévasté. 
    Que vous dire d'autre ?  Sinon qu'au square Mercoeur même les débris de la fontaine ont disparu, emportés vers on ne sait quelle décharge. Que le bronze du médaillon vert-de-grise au portail du Jardin, et que les trois volumes posthumes des oeuvres de la belle poétesse, jamais réédités, tombent en pièces au fond le plus obscur de ma bibliothèque.
    Je vous en livre ces deux phrases, avant que l'acidification du papier - ce mal qui atteint même les plus délicatement parfumés des livres du XIXe siècle - n'ait raison des derniers lambeaux :
   "Il faut briser une pierre pour trouver un diamant. Eh bien ! l'éducation, les circonstances, un moment quelquefois peuvent briser la pierre, et le génie du poète peut s'en échapper."
    De la statue du square nul génie pourtant ne s'est échappé quand on l'a brisée.
 
   Tout près du médaillon, dans son coin d'ombre triste, une fleur de camélia tendait hier son minois délicat hors des grilles du Jardin. Quand je suis repassée ce soir, ses pétales effeuillés formaient sur le trottoir un petit tas fané que dispersaient le vent, et la pluie revenue.
 
camélia grille

Publié dans Nantes

Commenter cet article

mansfield 30/04/2017 21:43

Une Elisa que je ne connaissais pas. Une vie riche, intense à côtoyer nos grands écrivains du XIXème, dommage qu'elle n'ait pas eu de vraie reconnaissance de son vivant!

Martine 29/04/2017 01:56

25 ans! Que c'est jeune!
Un bel hommage mélancolique.Comme la rose à la beauté éphémère, tout passe sur cette terre... Mais grâce à tes mots, le nom de cette jeune poète a brillé d'un éclat temblant et délicat
Merci Carole. Je ne la connaissais pas

Pastelle 28/04/2017 13:37

Un bel et doux hommage. Ils ne sont pas tout à fait morts, ceux dont on parle avec une telle tendresse, tant de temps après leur disparition....

Quichottine 28/04/2017 11:51

Une vie brisée... mais Elisa a trouvé en toi un biographe émouvant.
Merci, Carole.
Passe une douce journée.

Catheau 28/04/2017 10:46

« Je ne tire pas de ce récit la conclusion que toutes les filles comme Marguerite sont capables de faire ce qu’elle a fait. Loin de là, mais j’ai connaissance qu’une d’elles avait éprouvé dans sa vie un amour sérieux, qu’elle en avait souffert et qu’elle en était morte. J’ai raconté au lecteur ce que j’avais appris. C’était un devoir. » Voilà ce que dit Alexandre Dumas de "sa" dame aux camélias. Vous écrivez un peu la même chose de la vôtre, à ceci près que son amour était celui de la poésie. Merci pour cette découverte.

Aloysia 28/04/2017 10:00

Elle s'en fiche, Elisa, elle a écrit de la poésie, cela lui suffit. Et combien de poètes aujourd'hui ont leur buste dans un square ? Même déchiré ?...

Carole 28/04/2017 13:22

Je crois que dans le cas si particulier d'Elisa, cela ne suffisait pas tout à fait. Il y avait chez cette femme à l'enfance si difficile un désir très fort de reconnaissance. Elle n'a aucun buste à Nantes, juste un médaillon que presque personne ne connaît (mais il se trouve que je suis passée devant tous les jours pendant 30 ans).

Richard LEJEUNE 28/04/2017 08:26

Que voici, Carole, un bien bel hommage rendu à une poétesse nantaise qui m'était totalement inconnue avant que vous lui accordiez votre attention ...

J'ai ce matin ici épinglé une phrase magnifique : "sans doute parce que les villes d'aujourd'hui aiment mirer leurs gloires anciennes sur les cieux désormais obscurcis qui tracent en longs nuages l'avenir qui déchante".

jill bill 28/04/2017 02:18

700 euros soit 28.000 anciens francs belges, c'est peu, comme son temps de vie, au vu d'autres objets chez Drouot, merci Carole...

Mansfield 06/04/2013 22:06

Une poétesse que je ne connaissais pas et dont tu retraces la vie avec beaucoup de pudeur et de justesse, heureusement que tu sais faire revivre un peu de l'oeuvre d'un auteur méconnu, car le
talent à mon avis consiste avant tout à s'exprimer afin de partager.

emma 06/04/2013 14:21

la bien belle biographie très tendre d'un petit camélia brisé...

Lorraine 06/04/2013 11:09

Une époque, une danseuse, un square saccagé, une statue détruite, une femme oubli&e à jamais, un camélia....Merci d'évoquer si délicatement cette vie immolée d'un autre siècle, Carole!
Lorraine

erato:0059: 05/04/2013 20:42

Une chronique magnifique et émouvante d'une femme oubliée qui a voulu devenir poète. Je connaissais son nom sans en connaître sa vie. La vie est ingrate.
Belle soirée Carole

Nounedeb 05/04/2013 17:08

Combien se croient poètes..:) Celle-ci a la chance que tu t'en souviennes, et la compares à l'admirable et éphémère camellia.

PHOTOGUS 05/04/2013 16:44

J'aime beaucoup les oeuvres de NiKi de Saint Phalle. Merci aussi pour la découverte de la vie d'Elisa Mercoeur.

Mamilouve 05/04/2013 11:25

Comme toutes les beautés fragiles, c'est hélas le sort des fleurs, des poètes, des fontaines et même des médaillons de bronze de s'effeuiller au vent du temps qui passe, de se fendiller sous
l'assaut des ans et de se fondre au bout des siècles dans la brume des souvenirs. Mais avant la déchéance et l'oubli, ils auront été. N'est-ce pas l'essentiel ?

Marc Lef 05/04/2013 11:21

Triste destinée... j'en ai hélas lu beaucoup comme ça...

michèle 05/04/2013 10:33

On dirait que la narration de ce triste échec enduré par Elisa aurait pu être un genre de leçon donné aux filles de l'époque: si vous êtes fille et pauvre, acceptez votre destin. L'ambition
féminine était acceptée chez les nobles ou les riches, apparemment moins en milieu pauvre.
Ton récit est excellent: tu as le souci du détail que peuvent avoir les historiens. Serais-tu historienne?

Joëlle Colomar 05/04/2013 09:51

Bien belle hommage à une petite fleur si vite coupée par la vie. Fragilité de celle-ci dont nous n'avons pas toujours conscience. Amitiés. Joëlle

Anne-Marie 05/04/2013 07:48

Les rues de nos villes, les squares, les places parlent de célébrités locales, de véritables héros oubliés de l'histoire, ou de martyrs devenus"chair à canon" . Ton texte nous invite à regarder de
plus près les noms de nos rues

Gérard 04/04/2013 23:26

La vie est éphémère et pas toujours rose

Valentine :0056: 04/04/2013 21:33

Magnifique hommage, qui nous informe avec cette sensibilité et cette beauté dans l'expression dont tu as le secret. je ne la connaissais pas davantage que Paul Ladmirault, ce qui est en soi plutôt
positif, car Ladmirault paraît bon musicien, donc elle était probablement d'aussi grande valeur en tant que poète. Mais pourtant, pourquoi connaît-on Sabine Sicaud, Rosemonde Gérard, Renée Vivien,
Marceline Desbordes-Valmore, et non Elisa Mercoeur ? Sans doute faut-il qu'un éditeur connu la remette sur le marché.

M'amzelle Jeanne 04/04/2013 21:18

"On est bien peu de chose..
et mon amie la rose me l'a dit ce matin..."

Merci Carole pour cette triste mais belle histoire vécue!
Bises

jill bill 04/04/2013 20:01

Merci Carole, histoire émouvante d'une vie qui ne fut ni bien heureuse ni bien longue...