Un stylite

Publié le par Carole

Louis XVI - version revue modifié-1.psd
- Statue de Louis XVI - Place Foch - Nantes - 
 
D'autres villes ont des statues de la Liberté, des statues de la Victoire, des statues de l'Avenir en chantant.
Nantes, seule, a sa statue de Louis XVI, sorte de Solon ventripotent perché sur sa longue colonne cannelée, obstinément tourné, dit-on, vers la Vendée, et, certainement, vers l'Océan.
 
Au sommet de sa longue colonne, il est à l'étroit comme un aigle égaré qui nicherait sur un perchoir de canari. On a beau écarquiller les yeux, on ne distingue ni son sourire indulgent, ni les boucles de sa perruque, ni son menton un peu fort sous le nez bourbonien. On le reconnaît pourtant, à son ventre qui bombe sous la tunique à l'antique, et à ce quelque chose d'un peu maladroit dans la silhouette qu'on lui a toujours vu, depuis la prise de la Bastille.
L'un de ses bras repose raide, comme paralysé d'arthrite, sur les plis de sa robe, l'autre tient un Rouleau qui doit être la Loi, ou la Paix, ou l'Ordre souverain du monde, scellé de pourpre ou de crotte de pigeon. Il a l'air d'un agent qui ne saurait pas faire la circulation, au milieu du carrefour. Et il regarde très loin devant lui.
Si loin qu'on se demande s'il a jamais pu voir autre chose que l'horizon qu'il fixe, et qui, d'en-bas, nous échappe tout à fait.
A-t-il vu fusiller les petits gars de 1830 ? A-t-il vu revenir les vaincus de 70, dans leurs capotes verdies de bronze ? A-t-il vu s'épanouir la grande usine Lu, en face ? et la Loire mise à mort, enterrée sous le sable, l'a-t-il veillée quand elle agonisait ? et les détenus que la Gestapo déchargeait près de lui, a-t-il tenté de son bras ankylosé un geste pour les protéger ? et les tracteurs de 68, a-t-il remarqué comme ils brillaient au soleil ?
Grand oiseau calme et obstiné, il a l'air de fixer, plus haut que nous, des lointains mornes, mais je crois que depuis longtemps ses yeux rongés d'usure ou de détresse ne voient plus rien de ce qu'il faudrait voir. Et il serre son Rouleau, d'autant plus fort, dans sa main souveraine.
Derrière lui la Grande Roue tourne lente et sûre, aux deux saisons de foire.
 
 
Venant de la rue Clemenceau, et  passant près d'un réverbère de l'angle du cours Saint-Pierre, je l'ai vu ainsi soudain, notre Louis XVI, un après-midi, en équilibriste étrange. Un nuage passait par là, offrant un fond plus clair au cercle gris du globe de verre, et à cette bougie qu'il enfermait comme une âme fragile.
Je me suis souvenue de ces globes royaux qu'on peut encore voir à Versailles, de ces mondes que le roi géographe faisait tourner en pleine Révolution, pour suivre les voyages et les tourments de La Pérouse, le doigt posé sur les mers et les îles lointaines, étrangement séductrices et cruelles, où le navigateur s'était égaré. 
Et puis j'ai pensé à ces moines stylites des premiers temps chrétiens, qui passaient leur vie, rêveusement perchés sur des colonnes, au plus près du ciel, s'efforçant de ne rien voir du monde d'en bas. On peut tenir ainsi longtemps, paraît-il, en équilibre - mais on finit toujours par retomber, emporté par le poids de la réalité.

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Catheau 11/07/2012 13:58

Pauvre Louis XVI qui aimait la serrurerie mais ne trouva jamais la clé d'une politique qu'il aurait voulue éclairée.

Quichottine 19/06/2012 21:33

Ta photo est superbe !!!

J'ai beaucoup aimé ta façon de raconter et les leçons que tu as tiré de ce moment.

Merci !

Carole 21/06/2012 00:19



Ces leçons ne sont peut-être pas seulement nantaises en effet.



Gérard Méry 09/06/2012 10:33

Marie en Toilette ..aussi

Carole 09/06/2012 23:13



Ce jeu de mots, j'y avais pensé, mais je ne l'avais pas osé, car pour cette pauvre reine la "dernière toilette" fut épouvantable...



MARIE 08/06/2012 21:20

Excellente prise de vue, ça donne un tout autre relief à la statue ! :)

Carole 09/06/2012 23:06



Je n'ai aucun mérite, je passe si souvent à cet endroit... un après-midi, j'ai "vu" cela en passant sur la place à quelques pas du réverbère en question.



Nounedeb 08/06/2012 12:48

Une belle synthèse de certains aveuglements!

Carole 09/06/2012 22:59



Ce Louis XVI de Nantes résume peut-être aussi certains aspects de la ville et de son passé...



Gérard Méry 08/06/2012 00:21

Il a du connaitre Marie de Midi six

Carole 08/06/2012 22:36



Marie de Midi six, et Marie en Toinette aussi.



joelle.colomar.over-blog.com 07/06/2012 08:12

Ne vaut-il pas mieux garder les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, une histoire d'équilibre en somme ! Belle journée Carole. Joëlle

Carole 07/06/2012 23:53



C'est ce qui a manqué à mon pauvre Louis XVI ! Un vieil ami, devant qui je passe chaque jour...



Richard LEJEUNE 07/06/2012 07:46

J'aime beaucoup la symbolique de votre angle de prise de vue : Louis XVI, monarque éclairé qui, seul au-dessus de tous, s'éteint comme s'éteint le siècle des Lumières ...

Carole 07/06/2012 23:52



Oui, c'est très juste. Mais le réverbère s'allume le soir sans rallumer la flamme des monarchies disparues.



lutea 06/06/2012 21:20

excellent

Carole 07/06/2012 23:51



Merci Lutea.



jill bill 06/06/2012 20:03

Bonsoir Carole ! Joli point de vue photographique trompeur ! Ah que de questions... Merci pour ta nouvelle page découverte.... Jill

Carole 07/06/2012 23:50



Ce Louis XVI... je passe devant lui tous les jours, alors...