Un nid de fil électrique

Publié le par Carole

poteau-electrique---lierre.jpg
 
Dans son fourreau de lierre, avec ses bras poussés comme des branches, et son air de vieux saule pêcheur, il m'a fait repenser, ce poteau électrique, à un étrange objet que j'avais vu, il y a des années et des années, au musée Philips d'Eindhoven.
C'était un nid d'oiseau, entièrement et parfaitement tressé de fil électrique, un drôle de nid de câbles qui était bien un nid pourtant. Un couffin de métal où des oisillons étaient nés, avaient crié pour la becquée, d'où enfin ils s'étaient envolés.
Le gardien nous l'avait présenté comme l'un des objets les plus précieux du musée. On aurait cru en effet une de ces oeuvres merveilleuses que des prisonniers sculptent avec des bouts de barbelés ou des morceaux de douilles, non par passion de l'art, mais parce qu'ils sont vivants, et que la vie ne peut que travailler à la métamorphose de tout ce qui la nie.
Je me demande si on le montre encore, là-bas, ce nid bâti dans une cour d'usine par un oiseau du ciel. Mais je sais une chose : quand nous, les humains, avec nos usines et nos villes, et nos moteurs et nos fumées, nous aurons disparu, ils nous oublieront aussitôt, les autres, les vrais habitants de la Terre. Ils recouvriront de leurs feuilles, de leurs ailes et de leurs élytres, nos villes et nos usines, et de nous il ne restera rien, pour cette éternité où tout recommencera, que des nids de fil électrique tout pépiants d'oisillons, et des poteaux de béton ruiné tout refleuris de ronces.
Mais s'il faut s'en réjouir ou s'il faut en pleurer, ou si cela doit nous être parfaitement indifférent, je n'en sais rien. Vraiment rien.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Adamante 10/07/2014 20:55

D'une certaine façon, cela me rassure, nous assumerons nos responsabilités et une autre partie de moi se dit que c'est regrettable. Nous pourrions être si heureux à lire notre chemin dans le regard
du ciel.
Au japon les corneilles font leurs nids avec des cintres chapardés aux boutiques, ils sont dignes de la FIAC et ils sont utiles.
Si tu as quelques minutes, c'est en droite ligne :
http://www.ciwf.fr/actualites/2014/06/video-les-secrets-du-marketing-alimentaire/#video

Carole 10/07/2014 23:34



Merci, je vais voir.



Nalo 16/06/2014 11:30

Produit-il des oiseaux électriques ?

Carole 16/06/2014 23:00



ça ne m'étonnerait pas...



Richard LEJEUNE 16/06/2014 08:02

Votre texte, Carole, pourrait donner naissance à une nouvelle approche, un nouveau débat sur la célèbre réflexion cartésienne de "l'homme, maître et possesseur de la nature" ...

Reste à savoir comment tout un chacun la comprend !

Carole 16/06/2014 23:04



Il se croit le maître, il n'est qu'un locataire indélicat.



zadddie 15/06/2014 21:43

ces "nouveaux "arbres m'avaient déjà frappés....mais ma photo ne rend pas aussi bien que la tienne...

flipperine 15/06/2014 18:51

tous ces fils électriques dénaturent les paysages maintenant on commence à les faire passer sous terre l'environnement est plus joli et le lierre s'empare de tous les supports pour pousser c'est
quand même plus beau que des poteaux en ciment

Mamilouve 15/06/2014 18:48

Hier, chez Laurent Ruquier, Jean d'Ormesson rappelait que l'humanité disparaîtra comme ont, avant elle, disparu les dinosaures et tant d'autres espèces. Mais la terre, elle, poursuivra sa course
dans l'univers et si toute vie n'a pas été éradiquée par la folie des hommes, la végétation reprendra ses droits. Elle y travaille déjà, chaque jour, chaque minute, chaque seconde. Il suffit, pour
s'en convaincre, d'ouvrir les yeux.

Carole 19/06/2014 00:01



Oui, il suffit de regarder, par exemple, les racines des arbres, sous le bitume des trottoirs. C'est toujours impressionnant.



Pascal 15/06/2014 16:05

Un clin d'oeil à ce jeune lierre qui aime la technologie
et qui comme tous les jeunes voulait être branché.
Ne lui trouvé vous pas un petit air branché ?

Maintenant il peut entré en contact avec tous les lierre branchés de la terre... sourire

Carole 16/06/2014 23:13



Aussi sage qu'une vieille branche, en somme.



MARIE 15/06/2014 16:00

Où l'on voit que la Terre ne nous appartient pas et que chaque lieu qu'on abandonne est repris par qui de droit...

almanito 15/06/2014 14:48

La nature qui reprend ses droit, à l'assaut de nos poteaux électriques, de nos cubes de béton et de la bêtise humaine:
J'applaudis!

Carole 16/06/2014 23:19



Tu applaudis ? Moi je ne sais pas... mais c'est ce que j'ai écrit dans l'article.



La magie mysérie 15/06/2014 14:20

Une invitation à l'humilité. Merci, Carole.

eva baila 15/06/2014 12:10

Comme ton regard sur les choses qui nous entourent est poétique Carole !

M'amzelle Jeanne 15/06/2014 11:23

.. Car la terre est un manège.. tourne et tourne sans fin.
Nous n'avons qu'un petit tour à faire.. celui qui nous est imparti.. depuis la nuit des temps c'est ainsi ! Le lierre grandira.. montera au poteau et puis sera étouffé.. le ciment ne tenant plus..
le poteau tombera.. et d'autres viendront pour recommencer.. et réinventer la vie !

jamadrou 15/06/2014 10:03

la nature est une fille sauvage
elle accepte un temps d'être domptée
mais une fois abandonnée
bien vite elle reprend ses droits
et son devoir:
celui d'enrichir la terre...

JC 15/06/2014 09:21

Grande question Carole. La nature est toujours la plus forte. De cela j'en suis sûre car elle reprend toujours ses droits alors qu'arrivera-t-il après.... Amitiés. Joëlle

jill bill 15/06/2014 02:13

Mais j'ai le même en face de chez moi, nos voisins laissant libre cours au lierre de faire sa vie au poteau et plus encore... comme quoi le monde est petit... ;-) merci à toi...