Un sourire

Publié le par Carole

graffiti-passage-pommeraye.jpg
 
Le Passage Pommeraye est en travaux. Partout on gratte, on nettoie et on racle. Les araignées s'enfuient et les souvenirs trébuchent au milieu des gravats. 
Je m'étais avancée, téméraire, entre les échafaudages. Sous les miroirs qu'on avait déposés pour les restaurer, on avait mis les boiseries à nu, et, comme sur les plâtres des maisons qu'on déshabille de leurs papiers peints, des plans et des chiffres posés là par les ouvriers du passé étaient remontés à la surface, après un siècle et demi de sommeil. Parmi ces gribouillis ressuscités, j'ai découvert ce bref profil. Un tout petit dessin crayonné, un peu pâli mais encore bien lisible. Expressif et maladroit, élégant et risible, comme un officier bellâtre de 1842, armé de favoris et de moustaches, remontant la rue Crébillon pour se rendre au théâtre - ou au café - en lorgnant toutes les belles..
Deux siècles qu'il était là, jeté rapidement sur la paroi du Passage en construction par un ouvrier malicieux, ou par un lycéen insolent qui passait là... par un rêveur ou un bon à rien d'alors, mort depuis si longtemps.
Mais le dessin sur le bois était comme ce sourire du chat du Cheshire d'Alice, qui flotte dans l'air vide bien après que le chat ait disparu. Un sourire léger arraché au temps, et qui flottait encore près de nous avant de disparaître. Bientôt, demain, aujourd'hui même peut-être, on reposera le miroir. Et le sourire attendra pour deux siècles encore, un peu triste mais patient, dans son coffret de verre et de vieux bois.

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Catheau 11/10/2013 23:49

Une petite gloire posthume pour un militaire d'opérette ?

Carole 12/10/2013 21:57



Et pour l'auteur de la caricature !



lorraine 11/10/2013 20:23

Comme surgissent soudain, dans nos souvenirs bien rangés, l'insolite, l'inattendu,le message. Un sourire...Celui de quelqu'un qu'on ne connaîtra jamais, dont tu as surpris le profil embrumé par
deux siècles de sommeil; et il te restera ce moment de tête-à-tête furtif et pourtant inoubliable!
Lorraine

Carole 12/10/2013 22:00



Merci Lorraine. Et ton commentaire est un autre sourire pour moi dans ce soir bien froid.



Jamadrou 11/10/2013 02:23

Oui je connais Nantes Carole je t'en avais déjà parlé à propos de ton livret sur Nantes que j'ai feuilleté sur le net et que j'aurais aimé "en vrai" livre papier
Tu devais m'en faire parvenir un, dès sa parution ...
Bisou Carole

Carole 11/10/2013 11:07



Oui, j'y travaille. Mais depuis six mois j'ai été obligée de "ralentir le rythme". J'attends une opération à la fin du mois d'octobre. Il me faudra encore un certain temps ensuite pour remonter
la pente. Mais l'album n'en sera que meilleur, puisque j'aurai fait plus de textes...



Gérard 11/10/2013 00:08

non non je parlais bien de toi

Anne-Marie 10/10/2013 22:45

On est ému par ce témoignage du passé, parce qu'il témoigne du passé justement, mais surtout parce qu'il est humble et discret...

Carole 11/10/2013 00:07



Un tout petit dessin, mais émouvant un peu comme les graffitis de Pompéi.



dalva123 10/10/2013 22:10

Ton billet montre à quel point les mots sont importants. Certes, cette photo est très intéressante en elle-même, mais, avec tes mots, tu lui donnes vie, tu l'entoure d'une histoire. Je ne la
regarde pas de la même manière avant et après t'avoir lue.

Gérard 10/10/2013 19:48

Tu as le chic pour découvrir le petit truc intéressant où que tu passes, un sourire de récompense.

Carole 10/10/2013 23:48



Là, ça doit être plutôt de toi-même que tu parles, non ?



jill bill 10/10/2013 18:33

Un sourire par deux siècles, un demi par siècle... comme ce profil... Merci à toi voyante des rues... Jill

Carole 11/10/2013 00:04



Oui, on ne le verra pas souvent, celui-là.



mansfield 10/10/2013 17:32

Un smiley d'autrefois, comme quoi tout n'est que renouvellement!

Nounedeb 10/10/2013 16:30

Comme Alice, tu es allée de l'autre côté du miroir, où il y avait un sourire que seule tu pouvais voir... :)

Carole 10/10/2013 23:50



La boutique "Alice délice" se trouve juste à côté... Je dois avouer que ce nom d'"Alice" a un peu "travaillé" dans mon imagination.



Hélène Carle 10/10/2013 15:32

Tous ces mondes sous le monde vivant dans un autre présent.

J'aime, à droite du dessin, cet oeil mi clos dans le bois sous son ¨bonnet de nuit¨ comme si on venait de réveiller une vieille planche si bien dans son rêve de forêt enchantée.

Une photo que j'aime énormément Carole!

Hélène*

jamadrou 10/10/2013 13:54

Magnifique Carole ce don que tu as de trouver ces petits détails de vie que tu sais si bien, à ta façon, raconté avec tant de sensibilité!
tu es une "découvreuse de trésors" et ton coeur est riche.
Le passage Pommeraye est un endroit que j'aime beaucoup beaucoup... peut-être neo classique? mais je l'aime en pensant art nouveau.
Merci Carole.

Carole 11/10/2013 00:06



Il est néo-classique en effet, mais tellement original et moderne qu'il est déjà art nouveau. Tu connais Nantes ?



almanitoo 10/10/2013 13:45

Un secret entre toi et le dessinateur, tandis que sur la droite, le bois fait un clin d' oeil.
Penser que dans quelques décennies un autre passant curieux le découvrira aussi fait rêver...

Carole 10/10/2013 23:47



C'est vrai que le bois semble cligner de l'oeil. Profil et face, en somme ?