Un fromage et des souris

Publié le par Carole

enseigne-souris-fromage-1.jpg
      Enseigne - Nantes, rue Kervégan
 
 
Il y avait 
un monde qui tournait
lourd et bien gras
comme un fromage
un monde qui tournait
 généreux et crémeux
tendre riche et si frais
dans son grand ciel tout bleu
un monde qui dansait
sans penser à sa fin
un monde qui tournait
dans son ciel à jamais...
 
Et des souris qui avaient faim
qui grignotaient et qui dansaient
en tournant avec lui.
 
Et puis voici
comment est-ce arrivé
voici que les souris 
sont devenues des rats
énormes et voraces
à force de ronger
de courir d'être avides
voici que les souris
ont dévoré l'espace
ont évidé le monde
qui ne tourne plus rond
dans son ciel de grisaille
qui pourrait bien tomber
dans son noir de mitraille
qui pourrait bien crever
d'avoir été bluffé
d'avoir été bouffé.
 
A moins qu'il ne secoue
ces souris qui s'agitent
qu'il ne les précipite
au néant des rats fous
hors du ciel
sans appel
à ha haaa... à
jamais !

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Cela vient. Doit-on s'en réjouir ou s'en désespérer ? Qu'il est difficile le chemin du juste milieu !
Répondre
E
Oh et bien dis donc elle est splendide cette enseigne !
Répondre
C
Une version animale de la roue de Fortune très bien trouvée.
Répondre
N
On frissonne, à lire cette petite fable. Il est temps de se secouer bien fort! Mais quelle jolie enseigne.
Répondre
M
Une belle image, un beau fromage, rogné comme une galette. Il ne reste que la fève et comme chacun sait, elle ne sert qu'à désigner qui portera la couronne! Pauvre monde!
Répondre
J
Carole mon histoire est prête
je l'ai déposée avant qu'il fasse noir.
"Souris au monde"
Répondre
C


Je suis d'accord, j'avais d'ailleurs écrit l'an dernier "sourissez à la vie"... Je vais voir !



J
j'aime bien la rue Kervégan et ses vieux immeubles
Fromagerie? je ne connais que celle de la rue Contrescarpe, celle où l'on fait la queue jusque dans la rue pour avoir le privilège d'un bon morceau de fromage...
ta fable, à ta façon, nous fait réfléchir à l'avenir de ce monde en péril; mais ouvre les yeux, le joueur de flûte est caché au coin de la rue. Dans peu de temps il va jouer, les rats, les souris
vont le suivre, ne restera que les gourmets d'un monde en paix...
en regardant bien cette enseigne, je vois encore tout autre chose, je vais te raconter l'histoire...ce soir quand il fera noir tu l'as trouvera là-bas dans mon jardin sous la grosse pierre où se
cache muse musaraigne musette: petites souris qui ne se nourrit que de vos mots et des fruits de la vie.
Répondre
C


L'enseigne est très ancienne apparemment. Il y a eu probablement une boutique de fromages à cet endroit, mais elle n'existe plus en effet. 



E
une forme inhabituelle chez toi, pour une fable sur la folie
Répondre
C


inhabituelle ? Je n'écris pourtant que des "fables", mais le mot n'a pas forcément le sens "fable de La Fontaine", et je ne crois plus guère à la poésie, aujourd'hui, que sous sa forme "en
prose", me fiant en cela à la prescience moderne de Baudelaire et de Rimbaud...


Reste que pour une histoire de souris, de rat et de fromage, c'était tout de même un passage obligé, La Fontaine...



J
Voilà une belle parodie de notre monde Carole. Et la fin n'effraie même pas les gros rats et les souris, ils n'y pensent pas, se croyants invincibles ! Amitiés. Joëlle
Répondre
O
aie aie...la suite se situe au village de Hammeln...Hammelin ?..flute alors.....
Répondre
C


Oui, tout est déjà écrit.... Hélas, hélas !



A
Quand les souris auront dévoré le fromage jusqu'à la croûte, il n'y aura plus de fromager pour nourrir l'appétit des souris...
Répondre
C


Alors elles se mangeront entre elles (je viens de regarder "Dreams" d'Akira Kurosawa...)



R
L'allégorie est belle qui débouche, malheureusement, sur l'utopie.

Nonobstant, l'on souhaiterait y croire ...
Répondre
C


sur l'anti utopie ?



L
Les objets qui croisent ton chemin t'inspirent toujours de très jolies choses. Cette enseigne particulièrement, je trouve...
Répondre
A
Et pourquoi ont-elles muté, ces souris? au départ le fromage était bio, je crois...
La folie humaine très joliment racontée Carole!
Répondre
C


Encore plus fous que mes souris, les humains...



J
Une très belle enseigne qui annonce un marchand de fromages... Notre monde est rongé par les malfaisants, braves gens il faudra le secouer.... Joli tout, merci !
Répondre