Une fresque

Publié le par Carole

sainte mere église
 
    Dans l'église de Sainte-Mère, en Cotentin, un beau vitrail moderne commémore l'héroïsme des parachutistes de la nuit du 6 juin 44.
     Je l'ai admiré distraitement, comme tous les touristes qui m'entouraient.
    Quand je me suis retournée, j'ai vu grandir, sur les piliers nervurés, cette fresque ardente aux longs plis de nuit, semée de coeurs vivants et d'oiseaux de lumière, qui palpitait comme un drapeau hissant haut ses couleurs, et que personne ne semblait remarquer.
    C'étaient, je crois, les vieux morts de la guerre qui repeignaient ainsi l'église, avec des pinceaux de soleil, des pastels d'harmonie et des crayons d'espérance, qu'ils trempaient de leurs larmes et lavaient de leur sang.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
magnifique ta photo irisée
Répondre
C


Merci, mais c'était tout simple à faire, c'est le reflet qui était magnifique.



F
Très émouvant ce reflet de nos morts pour la liberté et comme tu sais bien le décrire!! Merci pour eux!!BISOUS FAN
Répondre
C
Comme des parachutes de lumière.
Répondre
C


Belle image, merci !



N
Bonjour Carole !
Cette photo est sublime... et le texte qui va avec invite à l'imagination !
Je me sens toujours apaisée après une visite sur ton blog :)

Bises, bonne journée !
Nais'
Répondre
C


Alors tant mieux. J'essaie d'apporter un peu de bonheur à ceux qui me lisent.



M
Bravo Carol.. le reflet est aussi intéressant parfois et là ce reflet est superbe et laisse l'imagination travailler!
Répondre
L
J'adhère complètement à tout ce qui a été dit précédemment. Alors je ne peux qu'ajouter : bravo !
Répondre
P
Le soleil est un peintre merveilleux, l'artisan-verrier son précieux assistant. Forcément j'adore !
http://photogus.over-blog.fr/article-un-arc-en-ciel-en-sa-maison-118156395.html
Répondre
C


Merci Photogus, je vais voir !



V
Merveilleuse trouvaille d'une personne qui sait voir au-delà des apparences... Et ta dernière phrase est une splendeur - comme ta photo !
Répondre
C


Merci Valentine. J'ai seulement traduit l'impression que j'ai eue alors. Il est rare de voir des reflets de vitraux aussi vifs et ainsi projetés verticalement.



N
J'aime beaucoup ce - dialogue? - entre le vitrail, la lumière, la pierre, Messiaen, et vous. Non, évidemment pas un dialogue, un quintette d'artistes.
Répondre
C


Merci Nounedeb. Cette idée de quintette me plaît bien.



A
Des reflets qui embrasent l'église, bien plus troublants et émouvants que tous les monuments consacrés à ces héros car ils sont vivants.
Répondre
C


C'est l'impression aussi troublante que douce que j'aie eue en les découvrant.



A
Ta photo est très belle. Ton interprétation, en adéquation avec ce lieu aussi.
Répondre
C


Merci Anne-Marie.



E
l'objectif du photographe agrandit l'oeil du promeneur. Il fait regarder, et pas simplement voir.
Répondre
C


Souvent, oui. Je pense que tu as raison de souligner le rôle du "filtre" qu'est l'appareil-photo, qui change le regard, en obligeant à fragmenter le monde qui nous entoure.



R
Au-delà de vos mots, j'ai particulièrement apprécié cette distanciation entre le vitrail que vous évoquez - et que vous ne nous montrez pas - et cette "fresque ardente" dont vous nous faites
partager et la beauté et la symbolique ...
Répondre
C


Evidemment, je n'ai pas montré le vitrail. préférant le reflet (selon mon habitude), mais il est très connu. On peut le voir par exemple sur ce site : http://fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/1498402



J
Je l'ai visitée il y a 4 ans... Le soleil au travers du vitrail et là aussi tu as l'oeil ! Merci Carole...
Répondre
C


Merci, Jill.



M
J'aime beaucoup ton interprétation de ces effets de lumière. Beau cliché
Répondre