Tintin à Saint-Nazaire

Publié le par Carole

Tintin-a-Saint-Nazaire.jpg
 
    A Saint-Nazaire, j'ai voyagé avec Tintin, j'ai remonté le temps. Je suis allée sur le port voir s'en aller les grands paquebots transatlantiques, j'ai couru derrière le général Alcazar, je me suis mêlée à la foule toujours vivante des vignettes colorées.
    Dans chacune des sept boules de cristal il scintillait encore, intact et miroitant, l'ardent émerveillement de mes lectures d'enfant. Il n'avait rien perdu de sa lumière.
    Et j'ai cru comprendre ce que c'est qu'un "classique" : un de ces livres qui gardent, après qu'on les a lus, quelque chose de notre âme, quelque chose qu'on ne peut retrouver qu'en les relisant. Un livre à double fond, dont nous façonnons en nous peu à peu la clé qui ouvrira le dernier tiroir, celui qui en contient les vraies richesses. Si bien qu'aucun livre ne peut accéder à ce rang de "classique" qu'après que le temps a passé, enfermant en lui un pan de la vie d'une époque autant que de celle de chacun de ses lecteurs successifs. Si bien aussi qu'il ne faut pas s'étonner de découvrir, après soixante-cinq ans, qu'une simple bande dessinée ait pu devenir un "classique", alors que tant de chefs-d'œuvre vénérés en leur temps ont été sacrifiés à l'Oubli, ce dieu impartial et terrible qui veille sur les arts. 

Publié dans Lire et écrire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
J'aime bien quand, chaque année, La Grande Librairie revisite les "classiques" des invités. Il y a alors de bien jolies surprises et des chutes de piédestal !
Répondre
N
Merci du rappel !!
Répondre
M
Oh ! Un billet qui m'avait échappé ! Tu parles très joliment, Carole, des émotions d'enfance qui s'éveillent entre les pages d'un livre - fût-il une BD - et perdurent avec le temps quand l'univers
d'un auteur est si riche, son coup de pinceau si efficace, qu'il ne peut qu'offrir des ailes à l'imagination du jeune lecteur. Merci pour ce beau texte !
Répondre
T
les traces de Tintin, je les suis tous les jours
J habite saint nazaire
Répondre
C


Voisine, alors. Je suis de Nantes.



B
Mon prochain voyage sera-t-il sur les traces de Tintin?
Répondre
C


Excellente idée. Alors il faut partir de Saint-Nazaire !



A
Je ne sais pas...peut-être le, les livres qui laissent une trace à vie dans le coeur du lecteur, tout comme pourrait le faire un grand amour ou une grande rencontre avec les quels on se sent en
fusion?
(mais dans ces conditions, il se peut que parfois le "classique" soit bien...médiocre!!!)
Répondre
C


C'est pourquoi je crois à la "relecture", la pierre de touche. Donc au passage du temps qui décante.



N
Ronron :)
Répondre
Z
belle prise photographique
Répondre
M
Classiques, indémodables, toujours d'actualité, le grand mystère des choses qui durent et assurent à l'homme son immortalité!
Répondre
F
Une question : as-tu lu TINTIN?? c'est plutôt une BD pour garçon!! tu me diras, moi, j'aimais lire SPIROU!! qui reste aussi un "classique"!!Mais ce Tintin est fascinant comme Jules Verne car Hergé
et Verne sont deux auteurs qui ont su intéresser petits et grands et pourtant qui n'ont jamais bouger de chez eux!! Un énorme imaginaire les a envahi et c'est en cela qu'ils resteront dans les
annales des auteurs classiques!!Hergé savait dessiner en plus, il a ouvert la porte à la BD de qualité!! Jamais on ne l'oubliera!! BISOUS FAN
Répondre
C


Ah oui, j'ai lu Tintin ! Je ne me posais jamais la question de savoir si j'avais des lectures "de filles" ou de "garçons", j'aimais seulement lire. Et rien n'a changé pour moi sur ce plan.
J'espère qu'on pourra définitivement "libérer" nos filles de cette idée funeste (surtout pour elles, mais pas seulement...) qu'il y a des activités de filles et des activités de garçons - mais là
je rêve peut-être ?



L
L'oubli absorbe les chef-d'oeuvre qu'on a lus respectueusement mais nous gardons intacte l'émotion vécue il y a très longtemps, pour un livre qui éveilla en nous l'adhésion étroite, le
reconnaissance totale. Le rouvrir c'est replonger dans l'enchantement d'autrefois...Et les années ajoutées aux années n'y changent rien! Merci pour cette réminiscence si vraie, chère Carole.
Répondre
D
Bonjour, je me demande si le terme de "classique" s'applique bien à ce genre de bouquin dont tu parles si bien. Pourtant c'est totalement vrai, il est de ces livres dans lesquels une partie de
notre enfance est coincée dans les pages. De ces livres que l'on aurait envie de transmettre à nos enfants avec le risque qu'ils ne puissent lire ces moments de nous.
Répondre
C


Oui, j'ai conscience du côté "provocateur" de cette affirmation, mais je pense que le temps me donnera raison, et qu'il en ira de Tintin comme des récits de Jules Verne. Je voulais seulement
faire remarquer, en fait, que ce ne sont pas toujours ceux qui veulent être admirés qui sont finalement réellement admirables, et que se conformer aux hiérarchies admises ne permet pas toujours
de passer à la postérité. Donc que le passage du temps opère bien des bouleversements surprenants.



A
La découverte de la lecture fait partie des plus grands bonheurs de l'enfance et si nous n'avions pas droit aux BD, nous avions des contes chinois somptueusement illustrés dont je garde un souvenir
précis. Qui n'a jamais eu l'impression de "décrocher" de la vie réelle et de s'engouffrer entièrement dans un livre? C'est peut-être cela aussi, un classique.
Répondre
C


Belle définition. Mais je me dis maintenant qu'un "classique", c'est un livre tellement vaste qu'on ne sait plus comment définir ce qu'il contient. Comment, intuitivement, le "sait"-on, qu'un
livre est cela ?



J
Chaque page recèle une partie de notre enfance. Le livre ne vieillit pas et nous ? Amitiés. Joëlle
Répondre
J
Belge ce fut ma première BD d'enfance... le trait simple en dessin d'un héros qui perdure... Merci Carole et vive Tintin !
Répondre
R
... Et même jusqu'à 77 ans ! :)
Répondre
A
Peut-être existe-t-il des "classiques" officiels, académiques et des classiques personnels...( les deux listes ne correspondant pas forcément!)
Répondre
C


J'aime bien ce commentaire !