Sur le fil

Publié le par Carole

homme-sur-le-fil---Rennes.jpg
 
Nous voilà aujourd'hui comme cet homme que j'ai croisé dans une rue de Rennes : sur le fil.
Debout, mais un peu sonnés. En noir et saluant les copains morts, nous appuyant à ce que nous pouvons. Ne sachant où conduit cette route de fer qu'on a forgée pour nous. Prêts à dire adieu au malheur, à rire encore de tout comme de vrais Charlie. Ou bien à basculer dans le grand vide, chapeau melon arraché par l'ouragan, comme des charlots perdus.
Attendant, en équilibre au-dessus d'on ne sait quoi.

 

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cardamone 16/01/2015 23:06

J'aime beaucoup ton texte une fois de plus.

Lorraine 12/01/2015 19:11

Nous sommes endeuillés, nous sommes éperdus, nous ne savons pas où nous allons, vers quel demain, quel avenir? Nous sommes unis dans l'immense refus de la terreur, la révolte grondante contre le
crime. Nous garderons l'équilibre...
Lorraine

Martine 12/01/2015 18:41

Sonnés mais encore debout
20 000 personnes hier à la marche organisée à Carcassonne.

FAN 12/01/2015 10:39

La marche nationale de Dimanche contre ces intégristes et le "vivre ensemble" sans eux, fut plus que le peuple l'espérait et c'est magnifique!!Sur le fil, mais désormais un passerelle qu'il faut
renforcer contre des personnes que je ne considèrent pas humaines!! ESPOIR ET COMBAT D'IDEES POSITIVES DOIVENT SE METTRE EN PLACE!! BISOUS FAN

Jonas D. 11/01/2015 14:51

Je n'ai pas peur du fil, j'ai peur de ceux qui le coupe.
Jonas

Quichottine 11/01/2015 13:52

Sur le fil... tu as tout à fait raison.
Mais essayons de continuer, comme ils l'auraient voulu, pour que tous ces hommes et femmes assassinés ne l'aient pas été pour rien...

Nous ignorons ce que sera demain, mais j'espère qu'il n'aura pas tué le rire.

Christian Lefebvre 11/01/2015 10:52

Et ne pas baisser les bras…

michèle 11/01/2015 05:59

J'oublie: le rire en dit souvent plus que le sérieux. Il est d'ailleurs en général (...) plus stable que la rationalisation à tout crin.

michèle 11/01/2015 05:57

Cette silhouette noire à la fine canne et le bras négligemment levé je la trouve élégante et j'aime son geste souriant et sobre.

cathycat 10/01/2015 19:25

Toujours debouts ! c'est l'essentiel.
J'aime que tu habilles ces moments barbares de tes mots en poésie...

mansfield 10/01/2015 15:44

Equilibre précaire, fragilité de nos valeurs et de nos certitudes, que dire! Levons nous toujours plus grands, toujours plus vaillants!

zadddie 10/01/2015 13:03

...

flipperine 10/01/2015 12:00

notre vie ne tient qu'à un fil

Anonyme 10/01/2015 11:21

Bonjour Carole - Non, non il ne faut pas perdre l'espoir. Il faut combattre, il faut rester debout et ne pas sombrer dans le chaos. Non il faut vivre libre avec le courage de dire,
d'écrire.Combattre pour la liberté d'expression et la liberté de penser. Courage

Carole 15/01/2015 10:51



Ce sera en effet, désormais, le mot : "Courage". Et il y a bien des formes de courage - ou de lâcheté.



Catheau 10/01/2015 10:56

A-t-il jamais existé ce monde de gentlemen auquel me fait songer cette silhouette ?

JC 10/01/2015 09:51

Sonnés, oui. Mais tous ensemble, nous ne devons pas nous résigner. Nos petits enfants attendent et méritent autre chose de nous. C'est en nous qu'il faut faire grandir un monde de paix. Amitiés.
Joëlle

X 10/01/2015 09:29

Nous allons basculer dans une société de plus en plus sécuritaire, ce qui n'est pas drôle du tout, et de plus en plus clivée, ce qui ne l'est pas non plus. Toutes les dérives sont possibles.

Carole 13/01/2015 00:40



Ce sont des dérives qu'on peut craindre. On peut craindre beaucoup de choses, à vrai dire. Et même espérer ! J'ai essayé d'exprimer tout cela dans le récit que je viens de poster sur
wordpress. 



Nounedeb 10/01/2015 08:33

Pour garder l' équilibre, les yeux ouverts, peut-être sommes-nous en guerre. On ne pourra pas dire: je ne savais pas.

Richard LEJEUNE 10/01/2015 08:25

Baisser les bras, certes non ! Prêts À basculer, certes non !
Mais prêts DE basculer, parce que l'on nous y poussera, oui ...

Les exécutions chez Charlie-Hebdo, - car ce n'est en rien un attentat, mais bel et bien de froides exécutions ! -, celles des otages à la Porte de Vincennes, correspondent à des méthodes nazies
!

Je crois très sincèrement, Carole, que nous l'acceptions ou non, que les pays européens vont être progressivement engagés dans un état de guerre ...

Anne-Marie 10/01/2015 08:18

On va avoir du mal à se remettre de tout ça...Et on ne peut que s'inquiéter pour l'avenir.

almanito 10/01/2015 08:11

Nous sommes encore debout, sonnés, certes, mais prêts à basculer dans le vide, sûrement pas!
Ne baissons surtout pas les bras.

Richard LEJEUNE 10/01/2015 07:16

Je crois que, d'une manière ou d'une autre, nous devons nous considérer en guerre ...

Carole 13/01/2015 00:41



Franchement, c'est difficile à dire. A quel moment passe-t-on du "terrorisme" à la guerre ? Je crois qu'on est encore au premier stade, mais "ça" avance vite.



Aloysia_Martine 10/01/2015 06:43

Bravo pour cet hommage aussi original que profond ! C'est magnifique.

jill bill 10/01/2015 04:49

Faites l'humour pas la guerre, sonnés mais reprenant espoir d'un monde meilleur...

Hélène Carle 10/01/2015 01:00