Sun

Publié le par Carole

christ-cimetiere-sein.jpg
 
Au cimetière de l'île de Sein, la mousse avait doucement rhabillé le corps du Christ pendu dans le grand ciel.
Patiente mousse de l'île au vent, poussée dans la douleur et grandie dans l'espoir, nul ne t'arrache ici. Car tu es la vie, l'humble vie, la forte vie, qui rampe et lutte, rude comme misère, fière comme solitude. La vie qui bat son lent ressac contre le coeur meurtri des pierres en prière. La vie plus verte que sirène, plus haute que tempête, plus rousse que naufrage, sourde aux chants de néant que crache l'océan sur les rochers brisés.
 
 
patience---ile-de-sein.jpg
Ligneur "Patience", île de Sein
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Comme un coeur blanc ouvert au milieu de ce corps moussu éternel. Très beau, et le texte et la photo !
Répondre
J
Bonjour Carole ! La nature est plus patiente que la pierre. Joli texte.
Répondre
Q
J'aime cette patience que tu as si bien su montrer par tes mots.

Merci pour ce moment partagé, Carole.
Passe une douce journée.
Répondre
J
La vie, aussi infime soit-elle prend toujours le pas sur la mort. Ta photo et ton texte en sont un vibrant exemple. Amitiés. Joëlle
Répondre
N
Une mousse qui arrondit les angles, adoucit les formes, comme si elle avait eu pitié du triste crucifié.
Répondre
J
Je suppose que vous l'attendiez, ce poncif "pierre qui roule n'amasse pas mousse"...Il ne roulera plus, celui que, adolescent, je nommais "le grand cloué"et qui m'a valu les foudres des jésuites et
l'éjection "manu militari" du collège quand à la question "où est la place du Christ dans votre vie", j'ai répondu: "au mur".
Répondre
G
presqu'en tenue d'académicien
Répondre
F
un joli calvaire mais à entretenir
Répondre
A
L'histoire des hommes sur cette terre soumise à la brutalité des élément est particulièrement impressionnante. Chaque être, chaque chose y prend une dimension irréelle et forte.
Brave petit bateau "Patience" tout de même..
Répondre
C


Oui, son nom résonne fortement en ce lieu effectivement très impressionnant.



J
Au fils des jours la nature le couvre de velours vert, ce n'est pas vilain du tout...et ce coeur qui reste visible... merci Carole...
Répondre
C


Quel beau commentaire ! merci, Jill.