Songe

Publié le par Carole

songe - 15-01-15
 
Il n'avait pas franchi les portes de corne. Il n'avait pas traversé les portes d'ivoire. Il avait seulement rebondi dans la nuit sur les portes de verre de la ville moderne.
Rêvant de s'en aller plus haut.
Doux comme un fil de soie.
Songeant à devenir étoile.
Lui qui s'était fait son chemin au couteau.
 
Il y a dans la ville tant de mots suspendus
comme des vies
pas bien belles
enragées
désolantes
qui voudraient
délirantes
s'en voler
s'en aller
vers le ciel.
Il y a dans la ville tant de mauvais garçons et de mauvaises nuits.
Il y a dans la nuit tant d'appels égarés
Il y a dans la ville tant de songes perdus.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Nous aspirons tous à ce monde où l'action serait "la soeur du rêve".
Répondre
J
Heureusement, l'homme descend du songe et c'est ce qui le sauve. Amitiés. Joëlle
Répondre
C


Excellent, Joëlle, merci !



Z
"Songe" a une connotation particulière, non? il me semble que c'est rarement heureux un songe..
Répondre
C


Il y a bien celui d'Athalie...


Non, je blague. Le mot est juste un peu désuet. Mais c'est simplement un synonyme de rêve..



Q
Tant de songes perdus... et même gravés dans le verre, ils ne peuvent survivre.
Hélas !

C'est pourquoi c'est si difficile...

Alors, j'espère que ceux qui le crient à coup de couteaux auront un jour au moins l'espoir de les retrouver.
Répondre
J
Superbe, Carole, Bravo !
Jonas
Répondre
A
"Dur d'être un héros de ce côté ci de la planète", qui chantait ça?
Passe une belle journée.
Répondre
F
dans une ville on voit tant de choses certaines on les apprécie, d'autres nous font de la peine et d'autres on en a peur
Répondre
H
Le songe ! très beau texte mais j'ai pas de mots à écrire dans mon commentaire sauf d'acquiescer et d'accepter ce beau songe.
Répondre
A
Justement, depuis hier soir je suis plongée dans "El Desdichado"... Oui, la désespérance existe, et elle n'est pas d'aujourd'hui. Balzac évoquait déjà quand il est venu à Issoudun où il a écrit "la
Rabouilleuse", le Chevaliers de la Désoeuvrance" : très belle dénomination pour de jeunes chômeurs : http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article1815...
Répondre
X
Les songes se perdent toujours et se cognent aux dures réalités, sauf si l'on en fait une oeuvre d'art.
Répondre
M
Quel beau texte! Poétique. Symbolique et suspendu au dessus du réel.
Répondre
R
"La vie est un songe", il disait ...

Mais le destin est inéluctable ; et il n'y a pas que la nuit pour nous le rappeler ...
Répondre
J
"à sa façon" il a voulu nous dire que sa langue maternelle n'est pas la notre.
"Songe" il vient du Congo...
Répondre
C


Ah, merci pour le renseignement. Je me demandais. Je vois que c'est le nom d'un peuple bantou en effet installé au Congo. Mais je pense que ce "griffeur" joue sur la polysémie, à sa façon aussi.
Il est rare du reste que les gens qui écrivent sur les murs ne se donnent pas un "pseudo".



L
Et toi tu saisis au vol tout ce que les autres ne voient pas. J'aime tes mots tranchants de ce matin.
Répondre
M
La nuit cache bien des pièges. Les mauvais garçons y prennent leurs aises. Heureusement que la nuit donne naissance également à de très beaux songes...
Tranchants tes mots ce matin chère Carole
Bises

;)
Répondre
M
Le songe est aussi une plante... sur ses larges feuilles, tout glisse...
Répondre
J
Un mot taillé au couteau donnant une impression de fil de soie... et pourtant la vie n'est pas douce pour tous... merci, jill
Répondre