Soleil et ombre

Publié le par Carole

mouette-couchant.jpg
 
C'est l'heure où le couchant se penche aux rives frissonnantes, où la rivière se creuse un chemin d'or et d'ombre aux grands bois de la nuit.
Soudain il y a cet instant juste un instant, quand la mouette rêveuse entre dans la lumière et se trempe au soleil.
Puis glisse sans regret, silhouette si frêle, vers ce noir où s'efface tout ce qui sur l'eau passe.
Et le flot se referme comme un grand oeil ridé.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Moment magique !!
Répondre
C
Merveilleux saisissement doré de l'éphémère!
Répondre
N
Rien à dire. Juste savourer.
Répondre
L
Ce magnifique cliché est une pause de douceur vraie, dans la folie du moment. Merci Carole.
Répondre
H
Un œil qui a vu tant de laideur et qu'un seul instant de beauté réussit à effacer. Et chaque rides est un tendre sourire.

Hélène *
Répondre
C


Un oeil qui regarde un peu au-delà. Merci Hélène.



C
Douce et immense beauté.
Répondre
P
J'veux du soleil dans mes yeux, et chaque jour pouvoir lire/écrire des mots si beaux.
Répondre
M
Il me semble l'entendre ce mouvement soyeux et lumineux. Grâce au poids, non, à la légèreté délicate de tes mots.
Répondre
C


Merci Michèle. Voilà un beau commentaire.



G
l'oiseau dans la lumière c'est comme le temps qui passe ..si vite
Répondre
E
Songe d'une nuit dorée...
Répondre
Z
bientôt le 21..
Répondre
C


Tu as raison.



N
Heures poétiques !!
Répondre
J
Moment d'intimité entre le soleil, les oiseaux et le passant. Ne pas déranger ! Amitiés. Joëlle
Répondre
A
On a de si beaux couchers de soleil en ce moment pour le plus grand bonheur des peintres, des poètes et des photographes...
Répondre
C


Oui, chez toi aussi il était beau.



A
La nature est sage, elle sait regagner l'ombre en toute quiétude.
Quelle douceur dans ce poème...
Répondre
M
Comme c'est bien raconté.
Quelques clichés similaires dorment dans mes albums: des canards et... un ragondin, à peine discernable.

cette quiétude, ce bref si intense où la lumière semble ne pas abdiquer face à l'ombre.
Magnifique
merci Carole
Martine
Répondre