Soldes

Publié le par Carole

soldes-copie-1
 
 
Enfin quelqu'un le disait franchement :
pour changer un humain en bon consommateur,
cultivez dans son coeur les instincts du voleur.
 
Partout on brade, on solde et on liquide.
Alors on fouille, on pille, on en profite.
Un peu plus tard on fait les comptes, on s'en rend compte 
que l'on s'est enfermé dans une drôle de prison
avec le butin mort des objets désirés.
 
Qu'on l'a perdue au fond d'un sac, la clé
des $Onges, la clé de $OL, la clé des champs.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Superbe !!
Répondre
E
Oh j'adore ce coup de maître ! Une boutique qui a de l'humour :-)
Répondre
E
Tes mots ont un parfum énivrant de sagesse .J'aime la photo .Douce soirée Carole
Répondre
A
Perdue au fond d'un sac, la clé magique des petits bonheurs y reste souvent le temps des soldes, déjà avant, parfois après! Depuis très longtemps je m'en éloigne, sachant qu'un coup de foudre pour
un beau chemisier sera suivi d'un autre coup de foudre pour un sac à mains inutile, une robe de chambre superflue, ou un pantalon trop serré à la taille!
Et cette absence dans les magasins où quelquefois on se malmène, m'ouvre, avec beaucoup de sérénité, la clef des champs!
Merci pour ce couplet très sage, chère Carole,
Lorraine
Répondre
F
Amusante cette déco pour soldes!!Il faut désormais avoir des idées originales car avec la concurrence à l'année (promo et internet) je plains les boutiques de "fringues" j'oubliais LE BON COIN!!Je
n'ai jamais fait les soldes, j'ai en horreur cette foule qui se débat pour un article qui sera désuet dans 8 jours!! J'aime les vieilleries et vieilles pierres car elles ont une histoire à me
raconter!! BISOUS FAN
Répondre
D
Etonnante cette photo, très étonnante. Un montage ?
Répondre
C


Non, pas du tout un montage, mais un décor réel, photographié de nuit avec le rideau de fer du magasin.



M
Je n'y ai pas mis les pieds cette année!je me disais hier, que lorsqu'on a des activités nourrissantes, on n'a pas envie de faire les magasins ni de dépenser...on mange les magasins, pour se
nourrir....et comme on se fait avoir, on va faire les soldes....une façon dévalorisantes aussi de se voir.. merci Carole ; belle journée à vous toutes
Répondre
C


Oui, nourritures terrestres : on les accumule, on les consomme, mais on ne les savoure pas.



N
Joli texte et vitrine originale!
Répondre
B
Effectivement, je ne sais pas pourquoi tant de gens ont envie de vivre dans une caverne d'Ali Baba....
Répondre
M
C'est vrai qu'il y a un sentiment de dérober quelque chose lorsqu'on pense avoir fait une excellente affaire. Je dis "pense" car... beaucoup de déception sur la qualité au premier lavage d'un pull,
l'usure trop rapide des semelles, etc... Il y a longtemps que je ne fais plus les soldes.
j'aime la réflexion du grand-père de Almanito. Quelle sagesse

Bonne journée Carole
;)
Répondre
G
les soldes ? on a tout à y perdre
Répondre
Z
parfois, les autres vous aident à rester libre...quand ils ont deja tout dérobé..
Répondre
E
tu as vu, je suppose, ce formidable docu sur ARTE ?
http://www.youtube.com/watch?v=0VwCPQ7iLwc
comme dit l'un des personnages : les générations futures ne nous pardonneront jamais
Répondre
C


Oui : un monde de fous furieux, voilà ce qu'ils penseront, plus tard.



C
Un joli jeu sur le S !
Répondre
S
J'aime beaucoup cette approche des soldes.
Donner l'illusion à quelqu'un qu'il s'enrichit en amassant des choses inutiles parce que pas chères, quel paradoxe !
Répondre
A
J'adore ce poème drôle et grave en même temps. Tout semble si limpide sous ta plume!
Mon grand-père qui n'avait jamais un sou en poche disait "nous n'avons pas les moyens d'acheter pas cher"...parole de sage (chez un homme qui par ailleurs l'était si peu...)
Répondre
J
S comme solde et dollar ! Les vitrines affichent, les gens de la rue se ruent et tous comptes faits l'appart devient la maison d'Ali Baba pour le plaisir des yeux, sourire, merci Carole !
Répondre