Un Dimanche dans la ville

Publié le par Carole

je-ne-dis-jamais-rien.jpg
 
    Sur le panneau où tant d'espoirs s'affichent, où tant de mots aguichent, le malicieux monsieur Dimanche (clic), celui qui écrit et dessine, inlassable, sur les murs de la ville, avait eu un moment le dernier mot :
"JE NE DIS JAMAIS RIEN."
 
    Ne rien dire pour parler : voilà vraiment le comble du bavardMais un autre bavard était passé par là, recouvrant ce bon mot du Dimanche d'un petit Papillon, déjà trempé de pluie et fatigué de braire...
 
    C'est toujours si curieux, si joyeux et si triste, au fond, ces panneaux d'"affichage libre", palimpsestes de nos rues, naïves vanités où chacun s'en vient dire son désir d'échapper au silence, avant de se taire aussitôt, bâillonné par l'affiche plus fraîche qu'un autre vient poser pour parler à son tour.
 
    Je crois bien que le temps est un colleur d'affiches, un monsieur Dimanche en habit de tous les jours, qui marche dans la ville avec ses rouleaux de papier et son grand seau de colle, et travaille, inlassable, tandis que nous courons derrière lui, de spectacle évanoui en fête disparue.

 

Publié dans Nantes

Commenter cet article

Cardamone 22/12/2013 23:43

Merci Carole pour cet article: j'adore les panneaux d'affichage libre, mais dans ma ville beaucoup ont été supprimés.

Gérard 22/12/2013 23:03

ceux qui ne disent jamais rien ne s'en vantent pas au contraire

Anne-Marie 22/12/2013 19:40

Tant de couches superposées sur nos murs intérieurs qu' on voudrait parfois retrouver un petit morceau de la couleur originelle...

Nounedeb 22/12/2013 17:49

Les merveilles de l'affichage libre. Dans mon petit bourg, il y de beaux panneaux proprets, fermés à clef. On ne peut y mettre n'importe quoi. Pas de métissage...

Mamilouve 22/12/2013 10:53

Le temps est un colleur d'affiches : la belle image que voilà ! Leur boulot à l'un et à l'autre ? Rajouter une illustration, une photo, une info, un discours à ceux qui les ont précédés, en sachant
le destin éphémère de chacun. Destin fugaces, de soleil ou de pluie, de succès ou d'échec, d'indifférence ou de gloire... Trois petits tours et puis s'en vont. C'est le sort des affiches et celles
des humains. Qui a dit "Joyeux Noël" ?

Catheau 22/12/2013 09:55

Une parole "migrante" qui va de mur en mur. Est-ce la bonne ?

Joëlle Colomar 22/12/2013 09:49

Les taiseux en disent souvent bien plus long que les bavards ! Faut-il savoir les écouter ! Bon dimanche Carole. Amitiés. Joëlle

michèle 22/12/2013 08:14

Oui, ça se comprend.

Et ton article sur cet affichage libre est magnifique, Carole!

almanitoo 22/12/2013 07:41

Soupir...comme j'aimerais avoir une "madame Dimanche et un monsieur Dimanche", pour transcender mes rues, en tirer toute la poésie et proposer une jolie réflexion sur le temps, plutôt que...enfin
tu vois de quoi je veux parler...