Seul

Publié le par Carole

seul.jpg
 
Il devait se sentir bien seul, l'homme en gris.
C'était un peu après six heures, hier soir, pendant "le" match. Il s'était attablé tout gris près d'un arbre tout gris, sur l'esplanade grise, à la table grise d'un petit café gris démuni de tout téléviseur et par conséquent désert. Un peu plus loin, dans le café voisin magnifiquement doté de trois écrans, il y avait foule et c'était l'été brésilien.
Loin des jeunes gens au maillot coloré qui se battaient pour un ballon, loin des groupes d'amis qui s'étaient rassemblés partout, loin des cris de victoire et des hurlements de dépit, loin des bonheurs criards et des orages télévisés, il devait se sentir bien seul, l'homme en gris.
"Ils" ont perdu finalement, et "nous" avons perdu avec eux, paraît-il.
Lui, je crois qu'il avait perdu depuis longtemps, mais qu'il aurait bien aimé pouvoir jouer encore un peu. Dans un film en couleurs.

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
A mon avis, il est sans doute comme moi : il s'en moque éperdument et il est bien content d'être au calme !... :-)
Répondre
C


Ah non, il se penchait, il se tournait vraiment vers "les autres". Sinon du reste je n'aurais pas pu le photographier. De face, je ne l'aurais pas fait.


Sinon, si ça peut te rassurer, moi aussi, je m'en moque éperdument, du foot. Mais ces passions collectives ne font que renforcer le sentiment de solitude, pour ceux qui malheureusement en
souffrent.



A
Deux plans couleurs, l'un yin, reflet argent, retiré et silencieux, l'autre yang, teinté de rouge, le mouvement, le bruit. Deux aspects de la vie qui se complètent. Il peut être si doux le temps du
retirement.
Répondre
C


Pas pour tous. Mais j'aime bien ton interprétation.



D
Peut-être apprécie-t-il la solitude ? Peut-être regarde-t-il les gens de l'autre café avec juste un regard curieux ?
Répondre
D
Une belle image de la solitude, aussi bien dans l'image que dans le texte...
Je la ressens parfois !
Merci et bisous Carole
Répondre
N
Un regard plein de respect et de tendresse que celui que tu poses sur cet homme. J'aime beaucoup ton article.
Répondre
C


Merci Nanegrub.



Z
probablement un fidèle du bar gris aux tables grises..
Cela n'a surement pas toujours été ainsi..
Répondre
N
Merveille, tes descriptions !!
Répondre
C


Merci Nalo.



T
J'ai fait comme ce monsieur tout gris, je suis allée dans un endroit sans télé... et avec la défaite de la France j'ai gagné une nuit de sommeil tranquille !
La solitude peut être un choix...
Répondre
C


Oui, un choix souvent. Mais pas pour tous.


De toute façon moi non plus je ne regardais pas la coupe du monde puisque j'étais sortie.



C
Peut-être a-t-il profité de ce recul pour observer cette foule gaie et colorée s'agiter autour d'un non événement et cela lui-a-t-il donné un sujet de réflexion pour les jours à venir. Il y a là
matière à philosopher...
Répondre
C


Difficile de savoir. mais matière à philosopher, oui, je le crois.



N
Je te trouve bien pessimiste. Il me semble plein de sympathie, cet homme âgé comme moi, pour le groupe de gens passionnés par le match. Il s'est retiré, mais il ne s'est pas exclu. Il participe, à
sa manière...
Répondre
C


Intéressé, manifestement, mais seul, sans aucun doute. Du moins à ce moment. C'est ce qui m'a frappée quand je suis passée dans la rue.



H
Oui l'homme en gris, dans une place grise face à un café et ayant les cheveux gris, n'a que faire d'un matche même de résonance mondiale. Il ne participe pas car cela ne l'intéresse pas même s'il
s'agit du Représentant de son pays. Car, pour lui sa vie est derrière. Sa vie actuelle, il l'a passe en rêvant. Oui il rêve de ce que sera fait demain ? Sera-t-il encore de ce monde ou non ? Mais
l'espoir renaît en lui et essaye de se reconstruire une nouvelle vie dans son esprit, espoir qu'il perd le lendemain. J'ai de la peine pour lui.
Répondre
C


Je ne sais pas ce qu'il pouvait penser. Il m'a fait de la peine aussi.



K
Ou peut être que le spectacle de la jeunesse exhubérante suffit à son bonheur?
Répondre
C


Je pense aussi cela.



R
Décidément, il y en a bien plus qu'on le croit, Carole.

Gris, mais uniquement de cheveux, je fuis également cette débauche de vrais cris et de fausses joies qui masquent bien des problèmes humains : je fais partie de ceux qui, tout à la fois, fuient ces
manifestations sportives (les J.O. de Sotchi ou le mundial) et ceux qui y accordent tant d'importance ...

Et là où je m'installe pour lire, je vous assure que je ne me sens nullement seul !


Pour la "petite" histoire du football, je doute que vous connaissiez cette "requête" de PLATINI et que, seule, semble-t-il, la RTBF (télévision belge) a osé retransmettre :


"Faut absolument dire aux Brésiliens qu'ils ont la Coupe du monde, qu'ils sont là pour montrer la beauté de leur pays, leur passion pour le football et que, s'ils peuvent attendre un mois avant de
faire des éclats un peu sociaux, ce serait bien pour le Brésil et pour la planète football, quoi."

Honteux, n'est-il pas ?
Le Pen n'est plus très loin, là !


Voici le lien qui vous permettra de vérifier ce que j'avance :

http://www.rtbf.be/info/medias/dossier/vu-sur-le-web/detail_le-derapage-de-michel-platini-a-propos-du-bresil?id=8257052
Répondre
C


Oui, c'est pour le moins "surprenant"...



A
Il me fait un peu penser à "mon" Joseph, ton vieux monsieur tout gris, qui voudrait bien encore marquer quelques buts juste pour jouer. Tel qu'il est, tourné vers les jeunes et la lumière, il n'est
peut-être pas si vieux que cela finalement.
Répondre
A
A chaque nouveau match, quand une espèce de liesse collective envahit le pays, quand plus rien d'autre ne semble avoir d'importance, si on n'aime pas le foot, on se sent presque exclu de la
communauté des hommes...C'est fini pour le foot, le Tour de France va prendre le relais!
Répondre
J
Un tableau bien gris mais si bien décrit d'une solitude qui qui fait mal. Amitiés. Joëlle
Répondre
J
Peut-être qu'il se joue de ceux qui s'amusent à regarder jouer des hommes avec un ballon rond.
Répondre
T
"il aurait bien aimé pouvoir jouer encore un peu" : c'est cela oui, et pas seulement que pour lui.
Répondre
L
S'il n'en reste qu'un, je serai celui-là... qui ne regarde pas le match des Bleus mais qui ne se sent pas seul pour autant.
Répondre
C


Alors nous étions au moins deux, car je n'aurais pas pris cette photo si j'avais été moi-même devant un écran de télévision...



J
Certes un peu seul à cette terrasse sans télé, ah sans télé au mondial, le spectacle était dans la rue pour lui... ;-)
Répondre