Le saint

Publié le par Carole

La-ruche-selommes.jpg
            Eglise de Selommes - Loir-et-Cher 
 
 
Lui, c'est le saint. Il est si fruste et si usé que nul ne sait plus qui il est. Peut-être d'ailleurs n'est-il pas du tout un saint, mais un homme. Ou même une femme, après tout, qu'en savons-nous ?
On l'a dessiné dans la pierre comme un masque, comme une idole païenne, à grands traits de burin, les yeux en amande, le nez long butant sur le carré large des narines, la bouche renfrognée, perdue de vieillesse et d'usure.
L'après-midi, au soleil, il a l'air de crier, quand l'ombre en aile de corbeau se pose et se déploie sur son menton informe, le tirant vers la nuit. Et, le soir, quand le vitrail, semblable au ciel du Cri, s'enflamme derrière lui, je lui trouve vraiment le visage du presque-mort qui hurle sur le pont, dans le tableau de Munch.
Mais, au matin revenu, il est, dans le pur tremblement de la lumière nouvelle, sous sa peau de lichen et de mousse,  comme un caillou très doux au profond de la source.

Quoi qu'il en soit, je l'appelle le saint, car, ainsi que l'exigent la sagesse des Hommes et la loi du Seigneur, il veille à la droite de la bête, comme l'Est doit veiller près de l'Ouest, et l'esprit se tenir à côté du corps, agneau très pur près de la hure hideuse. Et voici bientôt mille ans que leurs deux paires d'yeux grand ouverts sur le bien et le mal font aussi bonne garde que le berger Argus, sur le village confiant qui dort en cercle sous l'église.
Même si, parfois, il arrive qu'un nid de guêpes ou de frelons échappé du Chaos venimeux s'accroche aux pierres en bourdonnant.

Publié dans Le village : Selommes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Un cri dans la pierre qui ne cesse de résonner, grâce à vous.
Répondre
C


Merci, Catheau, c'est une très vieille église. Elle a beaucoup à dire.



S
Si je devais lui donner un nom, je l'appellerai "le veilleur silencieux". Il garde l'église et s'adresse aux passants, visiteurs et croyants. C'est sa mission depuis que des mains ont créé son
visage. Ce qu'il a dans sa tête lui appartient. A bientôt. Suzâme
Répondre
C


Je crois que c'est bien son nom. Merci, Suzâme.



G
Je connais un peu Selommes pour y avoir effectué il y a bien des années une course cycliste.
Répondre
C


Ce n'est qu'un petit village, mais c'est le mien.



H
milieu... à moins que ce ne soit mille lieux.

Hélène*
(demandant l'indulgence pour les fautes d'inattention)
Répondre
C


La correction est si subtile que je consens à pardonner ! Allez en paix, ma fille, dans le monde difficile que régissent les règles orthographiques...



H
Un matin, le saint se retrouvera-t-il au milieux de l'essaim?

Hélène*
Répondre
C


Excellent jeu der mots. Je regrette de ne pas y avaoir pensé...



M
Un saint peut-être! Mais surtout un pilier du village, sans lequel ce dernier ne serait pas tout à fait entier. On sent un grand attachement à tout ce qui pose ce village et qui le maintient. Très
beau Carole.
Répondre
C


Il veille, je crois.


Merci, Mansfield.



N
Peut-être que c'est grâce à la grande simplicité de ce visage - oeuvre d'un apprenti sculpteur? - que le soleil dans sa course journalière semble lui faire parcourir toute une vie d'homme simple,
de saint homme...
Répondre
C


Oui, c'est la simplicité de l'oeuvre qui l'accorde au monde. Je trouve que ce visage évoque l'art dit "premier".



E
le visage est fin, n'est ce pas une de ces femmes usées qui ont peuplé le monde depuis qu'il est ?
Répondre
C


Peut-être, mais justement, on ne peut pas décider. Mais le visage a quelque chose d'un peu triste, fatigué.



J
Bonjour Carole... D'entrée de lecture je me disais, hum nid de guêpe ça... Rivalise avec la tête du saint... Les insectes sont aussi de grands sculpteurs, bâtisseurs ! Les termites entre autres....
Merci, bon mardi...
Répondre
C


Tu as raison, c'est comme una autre sculpture, grise aussi, sur le vieux mur.


Merci et à bientôt.