Scotch

Publié le par Carole

grand-large-4.jpg.psd.jpg
- Projet "scotch" - Canal Saint-Félix - Nantes -
"Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots" (Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre)
 
C'est un drôle de projet imaginé par la Compagnie des Maladroits qui depuis bientôt un an "scotche" la ville - et le regard étonné des passants : pour ce mois de juin, les tristes bornes d'amarrage dépeintes et taguées qui jalonnent les quais du canal Saint-Félix ont été enrobées de mousse, sculptées de bout de ficelles, puis emmaillotées bien serré dans les bandelettes de ce large adhésif brun carton qu'on emploie d'habitude pour les emballages.
 
Et voilà que, sur les quais où l'herbe pousse plus dru et plus fleurie, des bonshommes en short bariolé, au torse nu comme le soleil et bronzé comme du papier kraft, nous font signe, nous hèlent et nous appellent à l'assaut des péniches.
Suivant ces sémaphores tranquilles, de canal en estuaire, nous descendrons les Fleuves en bateaux ivres, pour gagner le Grand large, sans autre paquet, sans autre bagage que nous-mêmes. Légers comme des bouchons à danser sur les flots, nous partirons.
 
- Pour tout changer, pour métamorphoser le monde, pour s'en aller plus loin et gagner le Grand large des rêves, que nous faut-il ?
- Presque rien, voyez-vous, c'est si simple.
Prenez une paire de ciseaux, quelques grammes de mousse, trois bouts de ficelle, et un large rouleau d'adhésif à kraft - ou tout autre matériau de la vie quotidienne, les ingrédients étant ici de bien faible importance. 
Pétrissez, ficelez, et roulez dans l'immense désir de partir, d'oublier les bornes et les attaches.
Ajoutez-y l'obstination du scotch qui adhère si fortement à ce qu'il enserre - ou tout autre désir têtu qu'il vous plaira.
Recouvrez de la sainte inhabileté des doigts des Maladroits, qui ne façonnent que des formes précaires et imparfaites.
Laissez reposer sous le ciel, près des reflets, des oiseaux, des nuages.
L'oeuvre une fois terminée, posez sur elle votre regard d'avant. Celui qui faisait surgir les signaux, les silhouettes amies, et les chemins si bleus de l'autre vie.
Restez là un moment, laissez venir l'enfant que vous avez été.
 
scotch-1.jpg.psd.jpg

Publié dans Fables

Commenter cet article

valdy 13/06/2012 10:22

Bonjour Carole,
Depuis l'autre rive,
la blogueuse que j'ai été
vous adresse un salut appréciatif
de votre créativité,
@micalement,
Valdy :)

Carole 13/06/2012 19:53



Merci Beaucoup Valdy, je suis très touchée que vous ayez pris le temps de faire un détour sur mon blog. J'ai été attristée de la disparition du vôtre, qui était si beau. Je me dis souvent moi
aussi, pensant à "après", ces vers un peu adaptés pour mon propre usage  "Blog, il vivra ce que vivent les blogs, l'espace d'un matin" - mais c'est ce qui fait la beauté des roses.


Avec toute mon amitié, Valdy.



Quichottine 11/06/2012 14:52

C'est une merveilleuse idée ! J'adore !

Et, tu as raison, retrouvons nos âmes d'enfant !

Passe une douce journée.

Carole 11/06/2012 18:18



Merci, Quichottine. J'aime beaucoup les réalisations de ces "Maladroits" de Nantes et je voulais montrer au moins celle-là.



dominique 11/06/2012 14:26

"restez là un moment, laissez venir l'enfant que vous avez été"
j'aime ton article, c'est beau, plaisant, optimiste.
Mais tu sais, l'enfant est resté en beaucoup de nous. Ça ne nous rend pas plus heureux, mais peut-être plus vivants..

Carole 11/06/2012 18:17



Oui, je le sais, Dominique, et c'est pourquoi je suis toujours optimiste, comme tu le dis.
Merci beaucoup pour ton commentaire qui me touche.



juliette 11/06/2012 13:14

Il ne faudrait parler du monde qu'en poète !

Carole 11/06/2012 18:16



Je ne vois pas d'autre moyen d'en parler. Sinon, il me semble toujours qu'on parle "à côté".


Merci, Juliette.



juliette 11/06/2012 13:13

De la poésie, encore et toujours de la poésie !

Carole 11/06/2012 18:15



Il ne nous faut rien d'autre...



Gérard Méry 11/06/2012 11:21

Tu vas me faire rougir ...

Carole 11/06/2012 18:17



Mais non...



Richard LEJEUNE 11/06/2012 08:25

Avez-vous déjà remarqué combien les enfants avaient, en un tournemain, de la ficelle colorée et de quelques bouts de ce papier qui avait servi à emballer un jouet, imaginé et composé un petit
personnage qui tant les amusait ... peut-être plus volontiers que le jouet lui-même que, pourtant, ils attendaient impatiemment parce que demandé à saint Nicolas ?

De la magie poétique de faire un "beaucoup" avec un "presque rien" ...

Carole 11/06/2012 18:14



Vous avez raison, c'est exactement la même attitude, c'est le bel esprit poétique (c'est-à-dire créateur) de l'enfance.



joelle.colomar.over-blog.com 11/06/2012 08:10

...et l'enfant qui vit encore au fond de chacun de nous ! Certains l'ont laisser se développer plus que d'autres ! Belle journée Carole. Joëlle

Carole 11/06/2012 18:11



Oui, mais au fond il est en tous. Certains veulent l'oublier, voilà tout. Merci Joëlle.



Hélène Carle 11/06/2012 05:07

Il y a des villages qui transforment les bornes fontaines en petits personnages colorés et ludiques, et cela me fait penser à ceci. J'aime cette douce folie qui habite l'âme humaine, ces
fantaisies, ces idées qui défroissent le sérieux et qui chiffonnent le trop plat. Je souris à cela qui nous rappelle notre nature première d'enfant joueurs, des enfants qui, trop souvent, se
prennent dans les filets du raisonnable.

Hélène*

Carole 11/06/2012 18:10



Oui, heureusement beaucoup laissent parler leur "nature première d'enfants joueurs". C'est pour cela, du reste - à mon humble avis - que l'humanité a pu survivre à tant de misères et de
désastres, et le pourra encore longtemps.



zadddie 11/06/2012 02:06

magnifique recette, magnifique écriture

Carole 11/06/2012 18:08



Merci, Nathalie. Mais je voudrais te dire que la fameuse "recette", tu l'appliques très bien et depuis longtemps.



Gérard Méry 10/06/2012 23:38

J'admire ceux et celles qui ont de belles idées créatrices

Carole 11/06/2012 10:59



Mais... tu en fais partie, Gérard !



erato:0059: 10/06/2012 21:05

En lisant ton article , j'aime beaucoup ta dernière phrase .D'ailleurs , c'est avec des yeux d'enfants que l'on voit mieux.Belle soirée, bises Carole

Carole 11/06/2012 10:01



Comme dans beaucoup de mes textes, tout est bâti ici pour la dernière phrase. Alors je suis contente que tu l'aies aimée. Merci, Erato.



mansfield 10/06/2012 19:03

Une idée curieuse mais une bonne idée décidément que cette invitation au voyage.

Carole 11/06/2012 10:00



J'ai trouvé très séduisante cette "drôle d'idée" un peu enfantine du "scotchage".



jill bill 10/06/2012 18:29

Bonsoir Carole ! Alors voilà comment on fait d'une bitte d'amarrage un cul de jatte.... wouah ! Eh oui avec presque rien et deux, trois ID.... merci ! Jill

Carole 11/06/2012 09:53



Avec les "ID", on n'a besoin de presque rien. Mais c'est vrai que les bornes resteront "culs de jatte". Ce sont les pensées qui s'envolent et "démarrent". Merci, Jill.