Rouge et vert

Publié le par Carole

rouge-et-vert.jpg
 
Rouge et vert
Vert et rouge
 
Bourgeons et incendies
Braises et tranquilles pluies
Au jardin qui se noie
Automne qui flamboie
 
Flammes et tendres pousses
Se meurtrissent et s'enlacent
Et toutes choses se renversent
Et les heures sont des miroirs
 
Vert et rouge
Rouge et vert
 
Le peintre joue à tout repeindre
Rien n'est jamais que son contraire
Le temps tournoie
Derviche sage
 
Mais nous sur le chemin des feuilles mortes
Avançant vers le noir et rampant vers le gris
Suivant l'hiver de nos mains tâtonnantes
Reverrons-nous le printemps de notre âme ?

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Jolis contrastes! J'aime beaucoup le poème - et la photo... Et oui je veux y croire le printemps de l'âme est toujours prêt à refleurir!!
Répondre
C


Merci, Cardamone !



E
Superbe poésie , mais la chute me laisse interrogative.....mais oui, nous le verrons ce printemps! En attendant, regardons chaque jour avec amour.Bonne soirée, bises Carole
Répondre
C


Ah, parfois la tristesse nous submerge, Erato. Mais tu as raison, le printemps reviendra tout de même.



V
Roue et vers du temps
Rouge et vert se mêlent
pour enfanter
le noir hiver.
Répondre
C


Trèsb beau ! Merci Valdy pour cette roue dentelée de tes vers...



V
Beau texte, qui pose à la fin une belle interrogation ! Oui, cette image est de saison, mais tu as su y mettre une touche philosophique qui l'enrichit...
Répondre
C


La question finale a peut-être une portée trop personnelle pour qu'on puisse parler de touche philosophique. Mais je te remercie d'avoir lu ainsi mon petit poème.



S
Ton poème scande mouvements et couleurs de l'automne, saison qui ne vient pourtant que lorsque l'été est fatigué. A bientôt. Suzâme
Répondre
C


Je voulais dire que l'automne prépare le printemps au-delà de l'hiver, en un cycle éternel - mais que ce printemps des saisons ne sera pas celui des âmes fatiguées et vieillies. 



G
un peu de blanc et nous voilà en Italie
Répondre
C


Dommage alors que je n'aie pas trouvé le blanc !



Q
Oui, nous le reverrons, et il reprendra le pinceau à l'hiver.
J'aime imaginer ce pinceau-témoin que les quatre saisons se prêtent l'une à l'autre.

J'aime ce poème.

Passe une douce soirée, Carole.
Merci.
Répondre
C


Merci Quichottine. A bientôt.



J
Je crois que l'âme est la seule à n'avoir de saison ou d'âge... Amitié. Joëlle
Répondre
C


Belle formule ! Merci, Joëlle.



H
Une âme épanouie est toujours au printemps de son ¨Oui¨. À nous de reconnaître et notre âme et notre ¨Oui¨...

Hélène*
Répondre
C


Ah, ces jours-ci, l'âme s'étiolait. Mais le printemps appelle..;



M
Les heures miroirs et le temps derviche j'adore, et justement je crois très fort au printemps de l'âme... Je ferme les yeux, il n'est pas si loin...
Répondre
C


Il va venir, oui, finalement, je le crois...



N
Belle méditation poétique sur une image dépouillée et riche, comme un zoom vers l'automne opulent qui commence à se dépouiller.
Répondre
C


Une petite expérience photographique, liée au climat particulier de cette année 2012...



C
Dame Nature joue l'abstraction. Une belle géométrie.
Répondre
C


Et des couleurs ! automne noyé, automne coloré ?



J
Un mur qui se la joue lie de vin c'est divin... Bacchus aimerait ! Quant à revoir le printemps de notre âme... quand on avance vers l'hiver de son âge... Que te dire !
Répondre
C


"Lie de vin" : j'adore, Jill, merci pour la variation vinifiante !



M
C'est surprenant de voir ces prairies vert printemps en plein automne... y'a plus de saison ma pov' dame!... heureusement qu'il reste la vigne vierge pour rattraper le coup !
Répondre
C


Si tu savais comme il a plu ici en octobre ! et comme il continue de pleuvoir. Il paraît que c'est un record historique, même pour Nantes ! Je me console en observant les couleurs, très intenses,
très contrastées, du paysage noyé.